Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 24 septembre |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Le couvent d’Orduña, un « Boulaur » espagnol?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
CLARISAS

Monastère des Clarisses d'Orduña

De gauche à droite, Sœur Israël, Sœur Paloma, Sœur Adriana et Sœur Myriam: Clarisses du monastère d'Orduña en Espagne

Valentine Leroy - Matilde Latorre - publié le 18/05/22

Les clarisses s’installent de nouveau dans le couvent d’Orduña, dans le nord de l’Espagne, laissé à l’abandon depuis près de vingt ans pour la plus grande joie de ses habitants. L’histoire d’un chantier de restauration fraternel.

Fermé il y a près de vingt ans par manque de vocations, le couvent d’Orduña reprend vie grâce au retour des Clarisses. Cinq jeunes religieuses et une sœur âgée de 99 ans ont quitté le monastère de Belorado pour s’installer dans ce couvent situé près de Burgos, au nord de l’Espagne.

L’histoire du monastère d’Orduña remonte à 1296. Alimenté durant plusieurs décennies par des vagues de vocations, il ne reste plus que neuf religieuses en 2003. Leur départ pour le monastère de Saint-Antoine à Vitoria signe la fermeture du couvent d’Orduña. Après dix-huit années d’inactivité, de nouveaux membres de la communauté des Clarisses rouvrent cette maison en octobre 2020.

« Nous avons trouvé le monastère en bon état », affirme à Aleteia sœur Myriam, l’une des religieuses. « Un monsieur de la ville [d’Orduña] avait pour mission de le visiter régulièrement afin de passer un coup de balai ou vérifier l’état des tuiles. Il y a des parties du monastère qui étaient en assez bon état pour y vivre et d’autres qu’il a fallu reconstruire. »

Les sœurs ont reçu un accueil extraordinaire. Signe de la Providence, toute la ville a apporté son soutien moral et matériel à la réhabilitation du monastère. « C’est une ville avec une profonde piété et un grand amour pour les sœurs de sainte Claire qui ont été présentes dans la ville pendant 422 ans », témoigne encore sœur Myriam. Dès leur arrivée, les habitants ont prié les religieuses de fabriquer des sucreries. En février 2021, la boutique et l’atelier étaient sur pieds et la production de beignets, muffins, donuts et autres friandises était lancée. Grâce au bouche-à-oreille, les ventes n’ont cessé de croître.

CLARISAS
Aménagement du Monastère d’Orduña

À l’été 2021, 300 jeunes de toute l’Espagne issus du séminaire de Madrid et de la Compagnie de Sainte Marie, une association catholique diocésaine pour les adolescents, sont venus aider les sœurs à nettoyer et réparer le monastère. Pour sœur Myriam, ce formidable enthousiasme collectif faisait écho à l’idée qu’il fallait reconstruire l’Église après la pandémie. 

Si les sœurs ont toujours besoin d’aide financière et matérielle pour réparer le toit qui menace de se fissurer à chaque intempérie et aménager leur jardin pour vivre de leurs plantations, elles témoignent de la joie qu’apporte dans une ville la présence d’une communauté contemplative.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
BoulaurespagnejeunesReligieuses
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement