Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 31 janvier |
Bienheureuse Bienvenue Bojani
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Mgr Scalabrini, l’apôtre des migrants en route vers la sainteté

Domaine public, Wikicommons.

Mgr Jean-Baptiste Scalabrini

I.Media - publié le 23/05/22

Le pape François convoque un consistoire ordinaire en vue de la canonisation de deux bienheureux italiens, dont Jean-Baptiste Scalabrini (1839-1905), évêque fondateur de congrégations en faveur des migrants qui portent aujourd’hui son nom, les "scalabriens".

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Le cas du bienheureux Mgr Scalabrini est particulièrement rare : le pape a en effet décidé d’approuver le vote effectué en faveur de la canonisation de Mgr Scalabrini lors d’une session ordinaire de la Congrégation pour les causes des saints, ouvrant la porte à une canonisation sans miracle. 

Cette canonisation n’est pas pour autant « équipollente », une forme rare de canonisation qui permet au pontife par un simple décret et sans messe de reconnaître comme saint une personne sans que la reconnaissance d’un miracle soit nécessaire. Dans le cas de Mgr Scalabrini, le pape compte en effet célébrer sa canonisation malgré l’absence de miracle, comme il l’avait fait pour Jean XXIII en 2014.

Un missionnaire au service des migrants

Né près de Côme en Lombardie en 1839, Jean-Baptiste Scalabrini grandit dans une famille nombreuse, son père étant marchand de vin. Tôt, il découvre sa vocation sacerdotale et se sent appelé à devenir missionnaire. Cependant, ordonné à 23 ans, il se voit refuser cette orientation par son évêque qui lui déclare : « Vos Indes sont l’Italie ». 

Pendant sept ans, il enseigne alors au petit séminaire de Côme, en devenant le directeur, puis est nommé curé d’une paroisse. Pendant ces années, il étudie attentivement le catéchisme, s’efforçant de le rendre plus adapté à la mentalité contemporaine. Son zèle est remarqué : à seulement 36 ans, il est nommé évêque de Plaisance par le pape Pie IX, sur conseil de Don Bosco. 

Dans son diocèse, il entame une intense activité pastorale et réformatrice, ouvrant un institut pour les sourds-muets, fondant plusieurs journaux et promulguant un nouveau catéchisme diocésain. Dans un période marquée par la ‘Question romaine’ – résultat de la perte des États pontificaux – il œuvre aussi à la réconciliation, multipliant les visites des paroisses de son diocèse. 

À cette époque, il est un des premiers à s’intéresser aux migrants, dénonçant les « marchands de chair humaine » qui spéculent sur leur désespoir. Il fonde un comité de protection des migrants en 1887, qu’il nomme Société Saint-Raphaël et qui œuvre à Rome, Gênes, Florence, Turin et Milan. 

En 1887, il réalise son rêve d’enfance en fondant la Congrégation des missionnaires de saint Charles Borromée, puis leur équivalent féminin, les Sœurs de saint Charles Borromée, en 1895, aujourd’hui surnommés « Scalabriens ». Ces deux congrégations ont pour vocation particulière l’aide aux migrants. 

Ses missionnaires vont s’installer en Italie mais aussi en Amérique auprès de la diaspora italienne. Pour être uni à ses missionnaires, Mgr Scalabrini décide d’ailleurs de se rendre aux États-Unis en 1901, voyage pendant lequel il enjoint les migrants italiens à se montrer patriotes dans leur nouveau pays. Il est en conséquence reçu par le président Theodore Roosevelt. 

En 1904, Mgr Scalabrini se rend au Brésil pour visiter les communautés italiennes locales. Ce voyage le fatigue, mais de retour en Italie, il se rend à Rome pour demander la création d’une Commission centrale pour tous les émigrants catholiques, une entité précurseur de l’actuelle Section Migrants et réfugiés du Saint-Siège. Il meurt quelques mois plus tard. Reconnu vénérable en 1987, Mgr Scalabrini a été béatifié en 1997 par Jean Paul II. 

Tags:
Béatification et canonisationÉglisePape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale