Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 27 septembre |
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

« Hommes au bord de la crise de nerfs », une comédie savoureuse sur les affres de l’homme moderne

HOMMES-AU-BORD-DE-LA-CRISE-DE-NERF.jpg

Capture Youtube

"Hommes au bord de la crise de nerf".

Louise Alméras - publié le 25/05/22

Troisième long-métrage de la comédienne Audrey Dana, la comédie "Hommes au bord de la crise de nerfs" explore le thème de la masculinité en berne lors d’un stage pour hommes en pleine nature. Drôle et loufoque, ce drame de l’homme moderne est un cri de détresse. En salles le 25 mai.

Après Sous les jupes des filles (2014) et Si j’étais un homme (2017), la réalisatrice Audrey Dana continue de questionner le rapport des hommes et des femmes, tout comme leur identité chamboulée par les déboires contemporains. Hommes au bord de la crise de nerfs suit sept hommes, trop citadins sans doute, décidés à aller mieux grâce à un stage en pleine nature, sous la supervision d’Omega (Marina Hands), une femme assez fantasque. Le bon casting est le vrai plus de cette comédie.

Mâle-être à la ville

Face à ce groupe d’hommes perdus, face à une femme qu’ils appellent « coach », on pense à cette phrase si juste de Tennessee Williams : « À vous autres hommes faibles et merveilleux, qui mettez tant de grâce à vous retirer du jeu, il faut qu’une main posée sur votre épaule vous pousse vers la vie, cette main tendre et légère ». Quand la virilité perd sa boussole, les hommes vont mal. Et sans doute les femmes sont-elles les seules à pouvoir les remettre sur leur chemin. Celles, pourtant, qui sont parfois la cause même de leur désarroi. On croyait la virilité dépendante de la force et du pouvoir, il n’en est rien. Sinon les poètes n’auraient pas tant pleuré. 

Ainsi, Hippolyte (Thierry Lhermitte), Romain (Ramzy Bedia), Antoine (François-Xavier Demaison), Michel (Laurent Stocker), Ivan (Pascal Demolon), Noé et Eliott, le plus jeune de la bande qui a 18 ans et en paraît 13, quittent leur confort pour se retrouver dans une prairie entourée de forêts, de cascades et de loups. Antoine, ancien scout, mène le jeu pour l’installation des lieux, digne d’un vrai lieu de camp. Ivan, écrivain et alcoolique sans le sou, ronge son frein, Romain et Hippolyte, eux, ne rêvent que de repartir. Omega leur a concocté des sortes d’épreuves initiatiques, de la plus insolite à la plus radicale, qu’ils doivent traverser sans faillir. 

Entre humour et solidarité, ces hommes arrivés le moral dans les chaussettes retrouvent un peu d’espoir. Ils se prennent même au jeu du végétarisme et de la thérapie par la bienveillance et les câlins, oubliant leur instinct de mâle quand il s’agit de pleurer à la mort d’un coq — et d’un futur poulet bien rôti. Certains dialogues sont assez drôles, quand d’autres nous permettent de mieux comprendre les hommes. Tous ont surtout un traumatisme ou une peur à dépasser, et ce ne sera ni par la force, ni par la volonté. Leur entraide est même plus efficace que la coach elle-même, que l’on découvre mère de famille démissionnaire et désœuvrée et à laquelle ils prêtent main forte. Cette comédie plutôt bien vue rappelle l’importance de la communauté. Car au-delà de la crise du féminin ou du masculin, elle dénonce aussi le chacun pour soi, seul de son côté, faisant croire à une crise personnelle quand il s’agit d’une crise de l’individualisme. Chacun aurait-il besoin, homme ou femme, de cette « main tendre et légère » pour regagner les rivages de la vie ?

Hommes au bord de la crise de nerfs, d’Audrey Dana, avec Thierry Lhermitte, Ramzy Bedia, Max Baissette de Malglaive, Michaël Grégorio, Laurent Stocker, François-Xavier Demaison et Marina Hands, 1h37, en salles le 25 mai.

Tags:
CinémaFilmmasculin
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement