Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 02 octobre |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Revue de presse : Ce que signifient les baisers dans la liturgie

Article réservé aux membres Aleteia Premium
A priest is kissing the altar – es

Corinne MERCIER/CIRIC

La rédaction d'Aleteia - publié le 07/07/22 - mis à jour le 07/07/22

Chaque jour, Aleteia vous propose une sélection d'articles de la presse internationale concernant l'Église et les grands débats qui préoccupent les catholiques à travers le monde. Les opinions et les points de vue exprimés dans ces articles ne sont pas ceux de la rédaction.

Jeudi 7 juillet 2022

1 – Ce que signifient les baisers dans la liturgie
2 – Le premier religieux non-prêtre élu à la tête d’une congrégation 
3 – Un livre à la mémoire des martyrs coptes décapités par Daech
4 – Un évêque mexicain propose un « pacte social » incluant le crime organisé
5 – Le cardinal Parolin encourage le président sud soudanais Salva Kiir

2Ce que signifient les baisers dans la liturgie

Voir un prêtre embrasser une croix, un autel ou les Évangiles est un geste que n’importe quel fidèle peut observer pendant la messe, mais chacun de ces gestes est l’expression d’une « attention particulièrement intime à Dieu », explique le liturgique Marco Benini au site allemand Katholisch.de. Pour faire découvrir le sens de ce geste, il suit le déroulement de la liturgie, commençant par le moment où le prêtre embrasse son étole dans la sacristie. Si ce geste n’est plus exigé par la réforme liturgique, il peut être fait pour se préparer « consciemment à son service de l’autel ». Ensuite, commence la messe et les prêtres et diacres embrassent l’autel au début et à la fin de l’Eucharistie, un « important rituel de salutation et d’adieu ». L’autel représentant le Christ, le baiser est donc dans ce cas un « signe sincère d’amour et de dévotion ». Il s’inspire des pratiques observées depuis l’Antiquité et dans le judaïsme et devient particulièrement populaire au milieu du Moyen Âge, notamment en présence de reliques sur l’autel. Fait amusant, le baiser de l’autel peut être remplacé par une autre marque de respect, comme le toucher sur le front, pratiqué dans les églises du Japon. Marco Benini explique ensuite le baiser des Évangiles, qui s’accompagne d’une prière préparatoire pour un prêtre et d’une bénédiction du prêtre pour un diacre. Le baiser vise non pas les Évangiles « mais le Christ, qui est présent au moment où l’Évangile est proclamé », souligne-t-il. Le liturgiste n’oublie pas le « baiser de paix », rituel qui existait au IIe siècle, et est signe de fraternité. Il est souvent remplacé aujourd’hui par une simple poignée de main, ou un signe de tête, en particulier en cette période de pandémie. Mais ce n’est pas tout, car le liturgiste détaille trois autres formes plus rares de baisers liturgiques avec une grande érudition…

Katholisch.de, allemand

Le Vatican a approuvé l’élection d’un frère laïc au poste de supérieur général de la Congrégation de Sainte-Croix, la communauté religieuse mondiale qui administre l’université de Notre-Dame aux États-Unis, annonce The Pillar. Il s’agit, analyse le média américain, de la première application d’un nouveau rescrit publié par le pape François en mai, qui permet aux frères laïcs de diriger des sociétés de vie apostolique et des instituts de vie consacrée, en exerçant le pouvoir de gouvernance y compris sur les clercs. Le frère Paul Bednarczyk est donc le premier frère laïc à occuper ce poste. En raison des dispositions du droit canonique, le résultat de l’élection nécessitait l’approbation du Vatican, qui doit désormais étudier ces élections au cas par cas – un processus connu sous le nom de postulation. Une nouveauté qui intervient sur fond de volonté de confier de plus en plus de responsabilités aux laïcs dans l’Église : la nouvelle constitution régissant la Curie romaine, en vigueur depuis un mois, crée la possibilité pour les laïcs, hommes et femmes, de diriger des dicastères et d’assumer d’autres charges et fonctions qui étaient légalement réservées aux clercs. 

The Pillar, anglais 

3Un livre à la mémoire des martyrs coptes décapités par Daech

Beaucoup se souviennent de ces sinistres images de l’assassinat par des membres de l’État islamique de 21 coptes revêtus de combinaisons oranges et placés à genoux sur une plage de Libye avant d’être exécutés. Un livre publié en italien et intitulé Les 21. Un voyage au pays des martyrs coptes, leur rend hommage. L’écrivain allemand Martin Mosebach s’est entretenu avec les familles des victimes ainsi qu’avec des membres du clergé copte. Il y rappelle notamment que ces chrétiens d’Égypte se considèrent être l’Église des martyrs et que tant que le christianisme vivra, leur Église comptera des drames comme celui de février 2015. 

Alfa&Omega, espagnol

4Un évêque mexicain propose un « pacte social » incluant le crime organisé

L’évêque de Zacatecas, Mgr Sigifredo Noriega, propose un « pacte social » incluant aussi des « criminels » pour mettre un terme à la violence endémique qui touche le pays. Depuis 2006, le Mexique est frappé par une spirale de violence qui aurait déjà fait quelque 340.000 morts. Des dizaines de milliers de disparus sont aussi à déplorer depuis que l’offensive militaire contre le crime organisé a été impulsée. Mgr Sigifredo Noriega justifie son pacte social par la nécessité d’intégrer toute la société pour sortir de la crise. « Notre engagement est que le dialogue construise un chemin de justice et de réconciliation qui nous mène à la paix », a souligné l’épiscopat mexicain, alors que deux prêtres jésuites ont été assassinés le 27 juin dans l’État de Chihuahua. De son côté, le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a exprimé son soutien à la proposition de « pardon » de l’Église, mais a précisé que son gouvernement « ne négocie pas » avec les criminels.

Noticias Lamira, espagnol

5Le cardinal Parolin encourage le président sud soudanais Salva Kiir

« Vous avez une grande mission en commençant par être un homme politique responsable et en poussant le pays vers les chemins de la paix, de l’unité, de la réconciliation, les chemins du pardon, les chemins de la coexistence sereine et du développement ». Tels sont les mots du cardinal Pietro Parolin au président du Soudan du Sud Salva Kiir. Le pape François aurait dû venir au Soudan du Sud pour soutenir le processus de paix dans ce jeune pays foudroyé par une guerre civile sanglante. Mais sa santé l’en a empêché, et c’est son secrétaire d’Etat dépêché sur place qui se charge d’encourager les acteurs du pays. Ainsi, après cet entretien avec le président, le cardinal italien devait se rendre chez le rival de Kiir, le vice-président Riek Machar pour un autre rendez-vous. L’article de La Croix Africa rappelle que les deux ennemis s’étaient rendus au Vatican pour une retraite spirituelle en 2019 au cours de laquelle le pape François s’était agenouillé pour les supplier d’œuvrer pour la réconciliation. Ce jeudi 7 juillet, le cardinal Parolin doit présider une messe au Mausolée John Garang, père de l’indépendance du Soudan du Sud. 

La Croix Africa, français

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
LiturgiemexiquePape Françoissoudan du sud
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement