Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 01 octobre |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Revue de presse : L’athéisme, « religion » à la plus forte croissance aux États-Unis

Article réservé aux membres Aleteia Premium
PUSTE ŁAWKI W KOŚCIELE

Shutterstock

La rédaction d'Aleteia - publié le 18/07/22 - mis à jour le 18/07/22

Chaque jour, Aleteia vous propose une sélection d'articles de la presse internationale concernant l'Église et les grands débats qui préoccupent les catholiques à travers le monde. Les opinions et les points de vue exprimés dans ces articles ne sont pas ceux de la rédaction.

Lundi 18 juillet 2022

1 – L’athéisme, “religion” à la plus forte croissance aux États-Unis
2 – « La tradition n’est pas un monument à préserver mais un jardin à cultiver », analyse un théologien
3 – L’Église catholique devrait-elle supprimer l’exigence du célibat des prêtres ?

1L’athéisme, “religion” à la plus forte croissance aux États-Unis

« Ne pas être religieux » (être « nones ») est devenu une identité américaine spécifique, note cet article de The Atlantic. Si, au début du XXe siècle, plus de neuf Américains sur dix déclaraient croire en Dieu et appartenir à une religion organisée, au début des années 1990, le lien historique entre l’identité américaine et la foi s’est rompu. Le nombre de non-religieux n’a depuis cessé d’augmenter. La question évidente est donc : Que s’est-il passé aux alentours de 1990 ? Selon Christian Smith, professeur de sociologie et de religion à l’université de Notre Dame, l’emballement de l’Amérique en matière de non-religiosité est principalement le résultat de trois événements historiques : l’association du parti républicain avec la droite chrétienne, la fin de la guerre froide – où il semblait antipatriotique d’avouer son ambivalence envers Dieu alors que les États-Unis étaient engagés dans une épreuve de force géopolitique avec un Empire du Mal impie – et le 11 septembre – où s’est insinuée l’idée que toutes les religions étaient intrinsèquement destructrices. En outre, les scandales au sein de l’Église catholique ont accéléré sa perte particulièrement rapide de stature morale. Ainsi, beaucoup de « nones » sont d’anciens catholiques. Pourtant, relativise l’auteur de l’article, un fond chrétien demeure : les jeunes ne sont peut-être pas capables de citer l’Évangile de Matthieu, mais leurs politiques économiques et sociales ne sont pas si éloignées d’une certaine lecture des béatitudes. Et puis, si l’on considère que la religion est un ensemble – une théorie du monde, une communauté, une identité sociale, un moyen de trouver la paix et un but, et une routine hebdomadaire –, on peut dire que des millions d’Américains ont abandonné la religion, pour la recréer partout où ils regardent.

The Atlantic, anglais

À l’occasion du premier anniversaire de Traditionis custodes, l’universitaire italien Andrea Grillo, qui enseigne notamment la théologie des sacrements et la philosophie de la religion à l’athénée pontifical Saint-Anselme à Rome et la liturgie à l’abbaye Sainte-Justine à Padoue, se réjouit du recadrage opéré par le pape François après la situation confuse engendrée par le motu proprio Summorum Pontificum, en 2007, « qui avait créé quasiment ex nihilo la compréhension parallèle de deux formes rituelles du même rite romain ». L’attrait pour le rite extraordinaire était devenu un « critère de promotion à l’épiscopat » et un « critère de formation au séminaire », regrette Andrea Grillo, dénonçant ce « parallélisme rituel » comme « une idée théologiquement infondée, ecclésiologiquement dangereuse et liturgiquement destructrice ». Il considère donc que le pape François a eu raison d’opérer un recadrage, amplifié par la récente lettre apostolique Desiderio desideravi. « La tradition n’est pas un monument à conserver, mais un jardin à cultiver », explique le professeur de liturgie, qui estime qu’une formation liturgique « unitaire, non contradictoire et spirituellement non déchirante » est indispensable dans les séminaires, où la formation aux deux formes dites « ordinaire » et « extraordinaire » a parfois créé des déséquilibres qui se répercutent ensuite dans les paroisses, divisées en deux communautés distinctes selon des sensibilités liturgiques parfois contradictoires vis-à-vis des décisions du Concile Vatican II. 

Munera, italien

3L’Église catholique devrait-elle supprimer l’exigence du célibat des prêtres ?

Selon un article d’opinion paru dans l’hebdomadaire britannique The Economist, si les catholiques veulent « réduire le fléau des abus sexuels commis par des prêtres, ils devraient exiger la fin de la règle exigeant le célibat des prêtres ». « Les abus sexuels catholiques n’impliquent pas seulement des pommes pourries, mais un verger pourri », explique l’article, citant comment, rien qu’en France, le nombre de victimes a été estimé à 216.000 sur une période de 70 ans allant de 1950 à 2020. L’article affirme que de nombreuses personnes ne rejoignent pas la prêtrise en raison de la nécessité d’être célibataire, mais que des pédophiles peuvent se sentir attirés par ce style de vie n’impliquant pas la responsabilité d’une famille, et que l’Église n’a pas suffisamment travaillé pour éliminer “ceux qui représentent un danger pour leur troupeau ». « Si l’Église cessait d’exiger que les prêtres soient célibataires (ou masculins, d’ailleurs), elle pourrait recruter dans un vivier beaucoup plus large. Si elle les surveillait également mieux et agissait plus rapidement, moins de personnes seraient victimes d’abus », conclut l’article. 

The Economist, anglais

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
célibat des prêtresEglise catholiqueÉtats-UnisLiturgiePape FrançoisTraditionis Custodes
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement