Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 avril |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Pourquoi François part une semaine au Canada

Article réservé aux membres Aleteia Premium
POPE PLANE

FILIPPO MONTEFORTE I AFP

/ AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE

Anna Kurian - publié le 23/07/22

Dans quelques heures, le pape François doit s’envoler pour le Canada pour un voyage "pénitentiel" de six jours auprès des peuples autochtones, du 24 au 30 juillet. La réconciliation sera le fil rouge de ce 37e voyage apostolique.

Dans quelques heures, le pape François s’envolera pour le Canada pour un voyage de six jours, du 24 au 30 juillet, durant lequel il franchira au total plus de 19.000 kilomètres, en trois étapes : Edmonton, Québec et Iqaluit. Un déplacement très attendu que le pontife a présenté comme un “pèlerinage pénitentiel” auprès des peuples autochtones du pays blessés, par les mauvais traitements reçus au sein des pensionnats administrés par l’Église catholique aux XIXe et XXe siècles. 

La réconciliation sera donc le fil rouge de ce 37e voyage apostolique du pape François (le 56e pays visité) dont la devise est “Marcher ensemble”. Au total, quatre discours et quatre homélies sont inscrits dans un programme volontairement allégé. Les organisateurs ont en effet pris soin d’épargner trop d’efforts au pape de 85 ans, qui souffre du genou depuis des mois et se déplace fréquemment en fauteuil roulant ou avec une canne.

Le pape atterrira d’abord à Edmonton, en Alberta, province qui comptait le plus grand nombre de pensionnats autochtones du pays. Il y rencontrera les trois grandes réalités des peuples autochtones, qui représentent 5% de la population de 38 millions d’habitants : les Premières nations, les Métis – descendants d’unions entre colons européens et indigènes – et les Inuits. 

Parmi les grands moments attendus, le pape se recueillera, le 25 juillet, dans un cimetière pour autochtones, à Maskwacis. On trouvait dans cette ville le pensionnat d’Ermineskin, l’un des plus grands du pays, où la surpopulation et les maladies étaient courantes. Le pape se rendra aussi à l’église du Sacré-Cœur des Premiers peuples, paroisse où la liturgie reflète la culture autochtone. 

Sous le patronage de sainte Anne

Outre la démarche de repentance, le thème de la rencontre des générations, cher au pape, sera très présent. Il célébrera ainsi deux messes à Lac Ste Anne (26 juillet) et au sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupré (28 juillet), deux lieux dédiés à la grand-mère de Jésus. La sainte patronne du Canada est vénérée d’une façon particulière par les autochtones chez qui la figure de l’ancien est centrale.  

Dans ce pays où les catholiques sont majoritaires (44%) mais où la dynamique de sécularisation est très forte, le successeur de Pierre a choisi de visiter le berceau du catholicisme canadien, à Québec. C’est là qu’il rencontrera les autorités civiles, comme il le fait à chaque voyage. Le pontife y a également rendez-vous avec le clergé et les religieux. Enfin, dernière étape au pays à la feuille d’érable : le pape fera une halte sur le territoire de l’Arctique, à Iqaluit, pour rencontrer les Inuits, avant de rentrer à Rome. 

Des blessures qui restent ouvertes 

Si Benoît XVI avait formulé des excuses pour le comportement de l’Église envers les autochtones en 2009, cependant “des blessures sont restées ouvertes”, a souligné le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège en présentant le voyage à la presse le 20 juillet, soulignant le « besoin de réponse”.

Ces deux dernières années, a-t-il ajouté, un nouveau parcours a été fait avec François, qui a reçu en mars des délégations, a écouté leur témoignage, et a fait part de sa détermination à venir sur leur sol en démarche pénitentielle. 

Les représentants indigènes ont fait savoir qu’ils attendaient d’autres actions, comme l’abrogation d’anciennes bulles, notamment Inter Caetera, promulguée en 1493 par Alexandre VI qui autorisait les souverains européens à se rendre maîtres du Nouveau Monde. Ils dénoncent la ‘doctrine de la découverte’ qui en découle. Une “réflexion” est “en cours de développement” à ce sujet, a affirmé Matteo Bruni, avant de nuancer : ce travail de révision n’arrivera pas nécessairement à maturation au cours de ce voyage. 

Par ailleurs, les autochtones demandent au pape la restitution d’objets indigènes présents dans les Musées du Vatican à Rome. Le Saint-Siège affirme que ceux-ci ont été offerts aux papes. Cependant, les autochtones insistent sur leur importance dans leur travail de réappropriation de leurs propres cultures. Ce point encore pourrait voir des développements “après le voyage”, a estimé le porte-parole du Vatican.

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
CanadaPape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement