Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 07 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Dix conseils pour préparer son enfant à rentrer en maternelle

BACK TO SCHOOL

By Alexander_Safonov | Shutterstock

Claire de Campeau - publié le 23/08/22

S’il est des étapes qui marquent l’enfance, la rentrée à l’école maternelle en fait partie. Comment préparer au mieux son enfant à sa première rentrée des classes ?

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Attendue avec impatience ou redoutée avec appréhension, la première rentrée des classes ne laisse indifférent ni les petits, ni leurs parents. Si certains enfants sont déjà habitués à la vie en collectivité, pour d’autres une grande aventure débute et la séparation peut s’avérer compliquée. Pour préparer au mieux cette importante étape, dix conseils faciles à mettre en place les semaines avant la rentrée et le grand jour bien sûr.

1Se familiariser avec ce nouveau lieu de vie

Si cela est proposé, visiter l’établissement et rencontrer l’enseignant avant la rentrée permet à l’enfant d’arriver en terrain connu le jour de la rentrée. L’enfant peut se familiariser avec l’endroit, en particulier s’il n’a aucun frère et sœur entré à l’école avant lui. Cette première familiarisation lui enlèvera une nouveauté à appréhender le premier jour de septembre !

2Évoquer cette rentrée avec joie (mais honnêteté)

Il peut être judicieux d’éviter les histoires pour enfants dans lesquelles les enfants pleurent à chaudes larmes le jour de la rentrée… La rentrée des classes doit être synonyme de joie : aux parents de masquer au mieux leurs éventuelles angoisses. Plus l’école sera perçue positivement plus l’enfant se réjouira de s’y rendre. Au lieu de rassurer l’enfant il s’agit de lui donner envie, de provoquer l’attente et l’impatience du grand jour. 

3Encourager ses efforts d’autonomie

À l’école maternelle, de nombreux efforts sont demandés aux enfants : habillage, propreté, etc. Il est recommandé de favoriser au maximum leur autonomie avant l’entrée en maternelle, en évitant de relier ces efforts à l’école. Expliquer à un enfant qu’il doit devenir propre pour l’école ajoute une pression supplémentaire directement liée à l’entrée en classe. Ces efforts ne sont pas à éviter pour autant et les aider à grandir ne peut que leur faciliter leur année de petite section. Un enfant qui n’a jamais été gardé en collectivité peut être confié à une amie ou à une halte-garderie, par tranches de quelques heures, les semaines précédant la rentrée, pour faciliter la future séparation. Pour la propreté et l’usage des petites toilettes de l’école, un réducteur peut remplacer l’éventuel pot.

4Prévoir un joli sac et des souvenirs

Pour une rentrée réussie, un joli sac à dos choisi par l’enfant l’aidera à affronter cette première journée avec courage ! Si la séparation est difficile, des petits cœurs dessinés au marqueur dans le sac ou au feutre sur le poignet feront office de « réserve à baisers » et rassureront un enfant angoissé. 

5Utiliser des mots honnêtes et rassurants

Si la rentrée doit être évoquée avec joie, en parler tout l’été ou trop en avance pourrait être contre-productif et créer une crainte chez l’enfant. Quelques jours avant le jour J, on peut dessiner le planning d’une journée type à l’école et en profiter pour parler à l’enfant des règles et des contraintes de l’école, toujours avec des mots simples mais honnêtes. Une lecture telle de « Ma journée » dans la collection « Je nomme, je comprends, j’apprends« peut aider à la discussion. Myriam Szejer, pédopsychiatre et auteur de « Petite école, grande rentrée » aux éditions Bayard, évoque l’importance d’expliquer à l’enfant pourquoi on va à l’école : « Pour apprendre plein de choses passionnantes, pour te faire des copains, pour faire des activités nouvelles que tu ne fais pas à la maison … À vous d’expliquer à votre enfant, avec vos propres mots, pourquoi, selon vous, l’école est importante. Cela l’aidera à accepter d’y aller. » La spécialiste insiste sur l’importance de parler « des règles que la maîtresse fixera et qu’il faudra respecter (par exemple, rester assis à certains moments). (…) Vous pouvez aussi ajouter qu’il y a des maîtresses très douces, d’autres plus autoritaires, certaines qui parlent plus, d’autres moins… » Enfin, le temps de la récréation souvent oublié par les parents, peut être surprenant pour un petit enfant : « Si votre enfant n’a jamais été en collectivité, il peut être utile de lui dire que dans la cour, les enfants vont courir, crier, parfois se bousculer, que certains peuvent être très calmes et d’autres plus brusques ; et que si ses camarades sont trop brutaux il doit le dire à un des adultes qui surveillent la cour. »

6Instaurer une routine du matin

Pour préparer l’enfant au rythme scolaire, une petite routine très ritualisée peut être mise en place : petit-déjeuner, brossage des dents, habillage… toujours dans le même ordre pour que l’enfant ait ses repères et se prépare le plus facilement possible par la suite. Cette routine si elle est instituée quelques jours avant la rentrée sera plus facilement adoptée la première semaine d’école.

Le jour J :

7Confier la journée au Seigneur

Une prière simple à réciter en famille, la veille ou le jour de la rentrée :

« Merci Seigneur, pour les semaines d’été, pour les découvertes et les rencontres, pour la beauté contemplée, pour le silence et l’amitié. Merci pour ce trésor : je le garde dans mon cœur. Maintenant c’est la rentrée, l’année scolaire s’ouvre à moi. Avec des activités nouvelles, de grands changements. Me voici, Seigneur, mon année, je veux la vivre avec Toi. J’ai retrouvé des camarades, je vais en accueillir de nouveaux. Béni sois-tu, Seigneur, pour toutes les rencontres que je vais faire. Rends-moi attentif à chacun. Et si je me sens un peu seul, aide-moi à me tourner vers les autres. Donne-moi d’ouvrir mon esprit et mon cœur. Donne-moi ton Esprit-Saint pour que je vive dans ton amour. Amen ! »

8Prendre un petit-déjeuner spécial

Pourquoi ne pas fêter ce grand jour avec un petit-déjeuner de fête ? Cela pourra aider l’enfant à se lever tôt après ces semaines d’été… Ce moment peut être l’occasion de raconter à l’enfant ses propres bons souvenirs d’enfance à l’école !

9Le laisser choisir ses habits (et tant pis pour le style)

Pour aider l’enfant dans ce cap dans sa vie d’enfant, le laisser choisir ses vêtements, dans la mesure du raisonnable, peut l’aider à être en confiance durant la journée. Tant pis si l’adorable gilet blanc n’est pas choisi, l’important étant que sa première journée d’école lui laisse un bon souvenir.

10Accueillir ses peurs sans s’éterniser

« Tu pleures je comprends, c’est un grand changement aujourd’hui. Tu peux être très fier de toi. » Si à l’heure de la sonnerie un enfant éclate en sanglots, il ne s’agit pas de fuir ni de s’éterniser. Un préavis de départ peut être donné, pour le préparer en douceur : « Je fais encore un puzzle avec toi et je m’en vais ».

Tags:
EnfantsRentrée scolaire
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale