Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 14 juin |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Revue de presse : Ce foyer qui donne une famille à ceux qui n’en ont pas

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Comunidad-de-Loja-ECkHEHtWkAASBQX.

Twitter / Joséan Villalabeitia @joseanvv

Membres de la Communauté de Loja

La rédaction d'Aleteia - publié le 09/11/22

Chaque jour, Aleteia vous propose une sélection d'articles de la presse internationale concernant l'Église et les grands débats qui préoccupent les catholiques à travers le monde. Les opinions et les points de vue exprimés dans ces articles ne sont pas ceux de la rédaction.

1Un foyer pour mineurs en Espagne donne une famille à ceux qui n’en ont pas

Dans la ville de Loja, au sud de l’Espagne, le foyer San Ramón y San Fernando prend en charge depuis plus de 10 ans des mineurs en situation difficile. Gérée par la congrégation des Frères de La Salle — les anciens Frères des Écoles Chrétiennes —, cette structure accueille des jeunes dans des situations très diverses : des mineurs migrants non accompagnés, des garçons et des filles dont le placement en famille d’accueil a échoué, ou encore des enfants qui ont subi des abus dans leur famille. Le foyer offre un soutien éducatif, professionnel et psychologique. Au cours des 10 dernières années, le centre est passé de 12 à 24 places, et a accueilli plus de 100 mineurs de 9 nationalités, avec un âge moyen de 12,5 ans et un séjour moyen de 2,5 ans. L’un d’entre eux, Abde Chebane, est arrivé en Espagne dans un camion en provenance du Maroc à l’âge de 13 ans et a passé 6 ans dans le foyer.

Aujourd’hui, il travaille comme agent d’entretien. « Je suis arrivé comme un garçon et aujourd’hui je suis un homme », a-t-il déclaré à Alfa y Omega, un site d’information catholique géré par l’archidiocèse de Madrid. Le foyer San Ramón y San Fernando a récemment été mis en avant comme un bon exemple de protection et de prise en charge des enfants, lors de la dernière réunion des responsables des bureaux épiscopaux espagnols qui s’occupent de la protection des enfants et de la prévention des abus dans les diocèses, les congrégations et autres institutions ecclésiastiques, explique Alfa y Omega.

Le directeur du foyer, José Antonio Soto, a déclaré au site que « la personne qui travaille avec des mineurs doit très bien se connaître, savoir quelles sont ses faiblesses et ses forces. C’est une tâche dans laquelle les émotions, les sentiments et l’affectivité sont constamment à la surface. Moi qui travaille avec des enfants depuis 15 ans, j’ai vu le monde s’écrouler devant moi lorsque j’ai appris certains cas. Il est important de se connaître et de savoir demander de l’aide. »

Alfa y Omega, espagnol

2La « désintégration » du catholicisme romain est nécessaire, avance un théologien autrichien

Le site de théologie allemande Feinschwarz publie un essai de l’Autrichien Gregor M. Hoff sur l’avenir du catholicisme romain, qu’il regarde à la lumière du synode que vit l’Église aujourd’hui. Dans le sillage de Vatican II, cette dernière se tournerait vers un « format global de catholicité » qui, pour s’accomplir, aurait pour conséquence une « dissolution du catholicisme romain ».

Celle-ci s’explique par une remise en question, depuis Rome et sous le pontificat de François, de sa propre centralité. Cette « conversion synodale », avance Hoff, est néanmoins non une destruction mais une étape décisive de la nécessaire transformation de ce qu’on définit difficilement comme « catholicisme romain ». L’auteur rappelle les grandes étapes de la constitution de son identité : les tombes de Pierre et Paul, la succession apostolique, les réformes grégoriennes du XIe siècle, la Contre-Réforme au XVIe siècle, l’ultramontanisme au XIXe et enfin Vatican II.

Aujourd’hui, explique Hoff, Rome a de moins en moins de pouvoir pour contrôler les discussions tendues qui divisent voix conservatrices et voix libérales au sein de l’Église. Dans cette période de transition, le Pape est « un intensificateur d’ambiguïté dans ces conflits » parce qu’il « enlève une partie de la nature contraignante du profil canonique du catholicisme romain ». Une posture qui, en outre, affaiblit la dogmaticité des enseignements. En cela, le Pape repositionne l’Église dans le XXe siècle mondialisé, affirme Goff, prenant en compte la désagrégation des centres de référence dans toutes les sociétés contemporaines à l’heure du numérique. Et le synode est l’incarnation, selon lui, de la nouvelle forme sous laquelle l’Église renaît pour répondre à la crise qu’elle connaît aujourd’hui. 

Feinschwarz, allemand

3ET AUSSI DANS LA PRESSE INTERNATIONALE…

Le prochain projet du cardinal Marengo à Oulan Bator 

Dans un entretien, le plus jeune membre du Collège cardinalice se confie sur son expérience en Mongolie et sur son prochain projet dans la capitale du pays. 

Catt.ch, italien. 

L’ambassadeur russe près le Saint-Siège confirme l’aide du pape dans l’échange de prisonniers 

Après les paroles du pape dans l’avion de retour du Bahreïn, l’ambassadeur russe près le Saint-Siège salue l’aide du Vatican dans l’échange des prisonniers de guerre. 

Askanews, italien. 

La position du Pape sur la peine de mort, l’héritage du voyage au Bahreïn

Selon l’épouse d’un détenu, la position du pape sur la peine de mort, dans un pays critiqué pour son traitement des prisonniers, sera l’héritage du récent voyage du pape au Bahreïn. 

National Catholic Reporter, anglais

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
Espagnemineurs
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement