Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 23 juin |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Benoît XVI, un pape anachronique ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Papież Benedykt XVI podczas Wigilii Paschalnej w Watykanie w Wielką Sobotę 7 kwietnia 2012 roku

Pier Paolo Cito/AP/East News

Ambroise Tournyol du Clos - publié le 05/01/23

Les échecs temporels de Benoît XVI, dont les médias ont fait l’inventaire comme autant d’anachronismes, révèlent ses victoires spirituelles. En acceptant la charge pontificale, explique le professeur agrégé d’histoire, le pape Benoît a choisi d’assumer le caractère sacrificiel du ministère pétrinien.

La compréhension médiatique de l’Église est bien souvent pétrie de contresens. Aux yeux de l’opinion, elle se réduit à une institution de pouvoir, dont le luxe apparent et les exigences vaguement rétrogrades suscitent un mélange de fascination et d’indignation. C’est encore trop souvent sous cette forme simpliste et déformée qu’elle est abordée dans nos programmes d’histoire à l’école. Ainsi est-il plus commode de mettre en scène la légitime résistance des hérétiques ou encore le conflit séculaire entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel et sa résolution finale grâce à l’émancipation laïque. La renonciation du pape Benoît XVI, le 28 février 2013, indiquait pourtant bien autre chose : à la base de l’Église comme à son sommet, tout ministère, par une communion plus intime à la vie du Christ, est d’abord un service.

Une leçon de liberté

Ayant ceint, huit ans durant, le tablier du premier des serviteurs, le Pape sentait désormais ses forces le quitter et craignait de ne pouvoir assumer la mission jusqu’au bout. Cet aveu d’impuissance n’était ni une fuite — il aurait pu le faire plus tôt au cœur des multiples épreuves qu’il a dû endurer sous son pontificat —, ni un acte de bravoure, destiné à laisser sa trace dans l’histoire. Bien davantage, ce refus du martyre public, auquel Jean Paul II s’était résolu avec beaucoup de courage, était au fond, pour chacun d’entre nous, une leçon de liberté et d’humilité. Benoît XVI se donna la peine d’expliquer son geste dans une déclaration qui nous permet, aujourd’hui, de comprendre autrement la fonction pontificale et, plus largement, le mystère de l’Église :

Les plafonds chatoyants de la chapelle Sixtine, les tentures cramoisies du fameux balconnet de Saint-Pierre, la ferveur des JMJ, dissimulent trop souvent le caractère sacrificiel du ministère pétrinien. On préfère, en dignes lecteurs de Dan Brown, et de la presse bien informée, fantasmer sur les jeux de la Curie romaine, nourrir de juteuses rumeurs sur les circuits financiers du Vatican ou sur les manœuvres politiques qui devraient entourer le choix du prochain pape, certains n’hésitant pas à réduire l’action du Saint-Esprit à un mécanisme purement politique qui opposerait grossièrement conservateurs et progressistes. Joseph Ratzinger savait bien lui, le 19 avril 2005, jour de son élection, de quelle royauté il héritait ; il en a tremblé. Il avait suffisamment médité l’Évangile pour entrevoir, sous les ors pontificaux, la croix et l’opprobre.

Que nous disent ces échecs ? D’abord que l’Église n’est pas Thélème. Ensuite, que le Christ, dont l’Église est le corps mystique, a choisi de s’incarner dans une pâte humaine qui déçoit souvent par son imperfection.

Tous les échecs temporels de Benoît XVI, dont les médias ont fait l’inventaire comme autant d’anachronismes, révèlent ses victoires spirituelles. L’alibi d’une histoire dont il n’était pas responsable (les Jeunesses hitlériennes) a été exploité contre lui. L’opinion a su encore, avec toute la violence dont elle est parfois capable, tirer un bénéfice des scandales pédophiles pour accabler la ringardise du célibat des prêtres et enfoncer un coin dans la morale dite conservatrice du pontife allemand. Ses propos sur le préservatif en Afrique, une fois déformés, ont déclenché le réflexe des commentaires anticléricaux et des accusations de conservatisme. Sa main tendue aux catholiques traditionalistes reste enfin comme une blessure morale au cœur de certains progressistes qui, préférant semble-t-il l’idée profane du progrès au principe christique de la communion ecclésiale, continuent de ranger Benoît XVI du côté des retardataires. 

Un signe de contradiction

Que nous disent ces échecs ? D’abord que l’Église n’est pas Thélème. Ensuite, que le Christ, dont l’Église est le corps mystique, a choisi de s’incarner dans une pâte humaine qui déçoit souvent par son imperfection. Mais aussi que, à rebours de la tentation pharisienne, conjuguant l’esprit d’indépendance et la certitude d’une pureté irréprochable,  « chacun de nous est coupable pour tous et pour chacun sur la terre […] non seulement pour la faute commune du monde entier, mais personnellement, pour tous les hommes et pour chaque personne sur la terre », comme l’exprime le Starets Zosime dans Les Frères Karamazov. Que les exigences dont le Pape se fait le relais ne sont pas le pur produit de son interprétation politique mais le fruit d’une longue Tradition, puisant dans les dons de l’Esprit Saint bien davantage que dans nos velléités de réforme, les propres ressources de son renouvellement.

Que la tiédeur enfin est un mauvais pari puisque, comme Benoît XVI n’a cessé de nous en donner l’exemple, une vie intérieure authentique est la meilleure manière d’être au monde et d’accepter d’être à ses yeux un signe de contradiction. Voilà sans doute ce que nous devons au pape qui, malgré son apparent anachronisme, a su inscrire l’éternité dans le temps.

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
hommagePape Benoît XVI
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement