Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 27 mai |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Burkina Faso : « 50% de notre territoire est désormais occupé »

BURKINA FASO

Olympia DE MAISMONT | AFP

Amélie Berthelin - AED - publié le 28/01/23

Le Burkina Faso est en proie depuis 2015 à une montée sans précédent du terrorisme. Un prêtre a été assassiné début janvier dans le nord-ouest du pays. "Les conséquences du terrorisme depuis sept ans sont terribles", déplore Mgr Laurent Dabiré, président de la Conférence des évêques du Burkina-Niger et évêque de Dori. "Notre territoire est très rétréci, les terroristes détiennent les 2/3 du territoire du Sahel." Entretien.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Entre drames et indifférence, le Burkina Faso est le théâtre depuis 2015 de nombreuses exactions. Plus de 40% du pays est passé sous la domination terroriste et demeure hors du contrôle de l’État. Depuis 2015, les violences djihadistes, entremêlées de conflits intercommunautaires, se répandent partout dans le pays. « On comprend que l’intention profonde est désormais de supprimer la société actuelle, qui est une société multireligieuse, de dialogue et de vivre ensemble », dénonce avec force Mgr Laurent Dabiré, président de la Conférence des évêques du Burkina-Niger et évêque de Dori. « Les terroristes veulent éradiquer cette société et tous ceux qui ne sont pas du même islam qu’eux, y compris les musulmans. Donc désormais le terrorisme vise tout le monde. »

Comment les fidèles du Nigeria ont-ils vécu cette période de Noël ?
Mgr Dabiré : La population est exténuée, beaucoup ont perdu des proches. Il y a eu aussi beaucoup de destructions matérielles, tout cela pèse sur l’état d’âme de chacun. Cependant Noël dans notre pays a toujours représenté une joie et aussi une trêve. Les gens se retrouvent à la messe même si certains ne viennent pas car ils ont trop peur. On les comprend et on ne leur demande pas d’aller au-delà de leur courage. Noël est l’occasion de rendre hommage à toutes les victimes de cette guerre et de prier tous ensemble pour le retour de la paix.

Le terrorisme vise tout le monde.

La majorité de votre pays est occupée par les terroristes. Ont-ils tous des revendications islamistes ?
Oui 50% de notre territoire est désormais occupé… Certains groupes n’affichent pas explicitement leurs intentions mais en ce qui concerne certains d’entre eux, rien qu’avec leur nom, on peut comprendre leurs intentions. C’est le cas du groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). L’intention est clairement de propager l’islam partout dans le pays, y compris par le terrorisme. On comprend que l’intention profonde est désormais de supprimer la société actuelle, qui est une société multireligieuse, de dialogue et de vivre ensemble. Les terroristes veulent éradiquer cette société et tous ceux qui ne sont pas du même islam qu’eux, y compris les musulmans. Le terrorisme vise désormais tout le monde.

Quelles sont les conséquences de ce terrorisme dans votre Église ?
Les conséquences du terrorisme qui sévit dans le pays depuis sept ans sont terribles. Sur le plan de la pastorale, nous ne pouvons plus nous déployer comme avant. Notre territoire est très rétréci, les terroristes détiennent les 2/3 du territoire du Sahel. Il ne reste pratiquement que les chefs-lieux des provinces. Le diocèse de Dori a six paroisses : trois ont été fermées et j’ai failli en fermer une autre cet été. Une autre est sous blocus. Ils manquent de vivres et la communication est coupée avec certaines localités. On arrive à envoyer quelques messages grâce à certaines ONG de l’ONU qui ont une plate-forme.

Comment prenez-vous la décision de fermer une paroisse ?
Lorsqu’on voit que la zone devient dangereuse avec l’approche des terroristes, ce sont souvent les fidèles eux-mêmes qui demandent de mettre leurs prêtres à l’abri car ils savent qu’ils sont plus exposés.

ACN-20200429-100283

Comment rejoindre vos brebis qui sont désormais déplacées ?
On s’est organisé en mettant en place la pastorale des 2 millions de personnes déplacées internes que compte le pays à ce jour. Cette période est difficile mais je vois aussi les grâces de ce moment : nous sommes tous tout le temps ensemble ! La radio nous aide aussi beaucoup à rejoindre les personnes déplacées. Et lorsque les communications sont totalement interrompues, nous essayons d’exploiter les convois militaires ou humanitaires pour transmettre de petits messages écrits à ceux qui sont isolés pour leur communiquer des informations et pour avoir de leurs nouvelles. Parfois, nous avons pu envoyer des vivres et du matériel dans les zones isolées et cela grâce aux convois militaires. On essaie de s’adapter à la situation !

Nigeria, Birmanie, Haïti… 2022, une nouvelle année sanglante pour les chrétiens :

Tags:
AEDburkina fasoTerrorisme
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement