Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 20 avril |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Pères, osez dire à vos fils comme la sexualité est belle

pere-fils_1317997196

Shutterstock

Caroline Moulinet - publié le 05/02/23

La puberté est une période de transition entre l’enfance et l’âge adulte. Le meilleur moyen pour que les garçons vivent le plus sereinement cette période de leur vie est que leur père ose leur parler et partager ce trésor de la transmission de la vie.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

De nos jours, l’éducation affective et sexuelle est davantage présente. Les jeunes filles sont mieux préparées à vivre la puberté et notamment l’arrivée de leurs premières règles. Qu’en est-il des garçons ? Ils grandissent, développent leur musculature, leur voix cherche sa tonalité : de nombreux changements physiques, mais ce n’est pas tout. Les garçons ont besoin d’avoir une vision positive de leur corps, une connaissance de la conception d’un enfant et de la grossesse, et également un sens de la mission de l’homme dans la transmission de la vie.

L’aide des ateliers

Pour répondre au besoin de connaissances liées à l’anatomie masculine et féminine, les garçons peuvent partager une journée avec leur père pour parler de ce sujet. C’est la proposition des ateliers Mission XY proposés par CycloShow-XY France. Destinée aux garçons âgés de 11 à 14 ans, cette journée permet de briser la glace entre parents et jeunes. François témoigne des bénéfices de cette journée : « Parler de choses, simplement, que je n’aurais jamais pu aborder avec lui si spontanément. » Quant à son fils, il sort de l’atelier en disant : « Une nouveauté : parler de ça avec mon père. »

Les adolescents ont besoin de faire confiance à leurs parents, ils ont besoin de savoir que, si une question se présente, leur papa aura la réponse

Une des difficultés des pères quand la puberté de leur fils approche est effectivement leur propre pudeur face à ce sujet intime. Benoît Legris, animateur Mission XY à Paris, raconte : « Dans plus de 50% des cas, c’est la mère qui inscrit son conjoint et leur fils à l’atelier. » En effet, Laure partage : « C’était important que mon mari emmène notre fils à cet atelier. Nous voulons vraiment que la puberté et la sexualité ne soient pas un sujet tabou. Nous préférons qu’ils nous posent leurs questions et que nous puissions partager la beauté de la sexualité, plutôt qu’ils aient recours à Internet et les dégâts qui vont avec dans la cour d’école. »

Benjamin Baudot, animateur d’ateliers Mission XY pour les 11-14 ans et d’ateliers TeenSTAR pour les lycéens, constate: « Les pères se sentent perplexes, parfois même isolés, devant l’idée de parler de sexualité à leur fils. Ils ne savent pas comment aborder le sujet. Les ateliers permettent d’habituer le père et le fils à discuter ensemble. » Les adolescents ont besoin de faire confiance à leurs parents, ils ont besoin de savoir que, si une question se présente, leur papa aura la réponse et qu’il sera mieux d’en parler avec lui que de se tourner vers Internet ou des copains mal informés.

Partager la beauté de devenir un homme

Les adolescents ont aussi besoin de savoir que la puberté reste une phase transitoire. Benjamin Baudot a entendu des jeunes témoigner qu’ils aimeraient être adultes, mais sans passer par la case puberté. C’est pourquoi il est important que les papas partagent la beauté de devenir un homme. L’animateur poursuit : « Que les parents soient rassurés, ils ont tous les outils pour pouvoir parler de la puberté et de la sexualité à leurs enfants. Quand ils étaient petits, les parents ont trouvé les mots adaptés à l’âge de leurs petits pour expliquer comment on fait les bébés, ils trouveront aussi les mots justes pour en parler à cet âge là. Les parents sont armés pour cela, ce sont eux qui connaissent le mieux leurs enfants et qui sentent quand le besoin se présente de parler de ce sujet. Ils sont les mieux placés pour décrire ce qu’il y a de plus beau pour eux dans la sexualité. »

Benoît Legris détaille les thèmes abordés avec les 11-14 ans : « Nous parlons des aspects anatomiques de la conception de la vie en imageant la route du spermatozoïde vers l’ovule comme une conquête spatiale. Nous évoquons l’aspect du plaisir. Nous mettons en garde contre la pornographie très accessible de nos jours avec les smartphones. L’approche est une approche intégrale de la sexualité : corps, cœur et cerveau. » Il poursuit: « À partir de 12 ans, les garçons sont en général physiologiquement prêts à donner la vie, mais quand on leur demande s’ils se verraient être père maintenant, ils disent non. Ils sentent bien ainsi que leur développement affectif, émotionnel et intellectuel compte. »

Pour devenir un homme accompli, le jeune aura aussi à apprendre ce qu’est la liberté et quelle place a la volonté dans les relations amoureuses, il aura à découvrir le langage du corps et la maîtrise de son regard naturellement sensible à la beauté du corps de la femme, il aura à apprendre le respect de l’autre.

Tags:
AdolescencePèresSexualité
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement