Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 22 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Drogue, alcool… Ces parents qui font face aux addictions de leurs enfants 

help_1103094848

Ground Picture / Shutterstock

Agnès Pinard Legry - publié le 22/02/23

Drogue, alcool, jeu… Les addictions, insidieuses et perfides, détruisent chaque année la vie de milliers de jeunes. L’association Saint Jean Espérance se bat, elle, pour les préserver. Un combat qui passe aussi par l’accompagnement des parents et des proches qui se retrouvent bien souvent démunis et isolés.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Il faut laisser le temps au temps, dit le dicton populaire. Mais le temps, s’il apaise, n’enlève pas la douleur. Quand Sylvie évoque « son » Alexandre, aujourd’hui âgé de 28 ans, on sent toute la douceur et la tendresse qu’une mère peut avoir pour son fils. Mais lorsque sa voix s’arrête, que les silences prennent le pas sur les mots, c’est la douleur qui rejaillit, l’angoisse de ces journées sans nouvelle où l’on imagine le pire pour son enfant. C’était il y a huit ans. Quand son fils est tombé dans la drogue. Huit années entrecoupées de périodes d’hospitalisation et de sevrage. Mais depuis un an, Sylvie a quelque chose sur quoi s’appuyer. Alexandre est entré en décembre 2021 dans une maison de Saint Jean Espérance, association qui propose depuis plus de trente-cinq ans une voie différente pour sortir de la drogue.

Un an où il est pris en charge dans l’une des deux maisons de l’association et où il est accompagné par une équipe de religieux et de laïcs engagés pour « s’en sortir ». Un an, aussi, au cours duquel Sylvie ne l’a vu qu’une seule fois. « C’est le règlement », indique-t-elle. « Au début on communiquait par courrier et au bout de quelques mois un peu par téléphone mais le choix de nous contacter leur appartient », reprend-t-elle. Avec Saint Jean Espérance, c’est le corps qui est écouté et soigné. Mais c’est l’âme aussi. Et cela fait toute la différence.

C’est un lieu exceptionnel, ils suivent l’emploi du temps des frères, ils réapprennent à vivre en communauté, à être à l’heure, à avoir des activités saines… Ils reprennent vie !

Les jeunes sont au cœur du dispositif, évidemment. Mais les parents et les familles ont aussi leur place. « Saint Jean Espérance m’a personnellement sauvé », reconnaît volontiers Yolande. Son fils Timothée a une dépendance à l’alcool depuis qu’il a 20 ans. Aujourd’hui âgé de 37 ans, il a effectué plusieurs séjours à Saint Jean Espérance. « C’est un lieu exceptionnel, ils suivent l’emploi du temps des frères de Saint-Jean, ils réapprennent à vivre en communauté, à être à l’heure, à avoir des activités saines… Ils reprennent vie ! », confie-t-elle. « Et, en un sens, nous aussi. »

Des week-ends pour les parents

Saint Jean Espérance organise chaque année un week-end pour les parents des jeunes accueillis. Prévu cette année le 4-5 mars à Pellevoisin, dans l’Indre, il permet aux parents de se retrouver, d’échanger entre eux sur ce qu’ils vivent, sur la manière dont ils se positionnent en tant que parents sur la dépendance de leur enfant etc. « Ces week-ends m’ont sauvé dans mes rapports avec mon fils », reprend Yolande. « Nos amis qui n’ont pas vécu ça dans leur famille ne peuvent pas mesurer à quel point cela affecte toute la famille, toute la vie. Quand on a cette possibilité de partager avec d’autres qui vivent la même réalité… C’est salvateur. » Le partage avec les autres parents mais aussi l’échange avec des frères, des psychiatres. « En tant que mère, on veut aider nos enfants, les nourrir, les protéger, les habiller… Nous sommes dans la protection. Mais c’est parfois l’inverse qu’il faut faire. » Et de se souvenir de ce jour où, malgré des températures hivernales et la précarité dans laquelle vivait son fils, elle a refusé de le laisser rentrer à la maison. « C’est dur, Dieu que c’est dur. Mais c’est aussi un chemin vrai pour laisser grandir. »

SAINT-JEAN-ESPERANCE-WE-PARENTS.jpg
Un week-end est prévu chaque année pour les parents des jeunes accueillis.

Un week-end annuel dédié aux parents mais aussi un groupe WhatsApp de partage et la présence d’une personne référente pour les parents. Elle-même mère d’un enfant addict, Virginie a cette voix des gens qui donnent envie de se reposer sur eux, qui inspirent la confiance. Une confiance qui lui a pourtant parfois manqué dans sa vie face à son fils Jean-Baptiste. Aujourd’hui âgé de 28 ans, il a commencé à se droguer alors qu’il était mineur. Et à 18 ans il « dealait ». Un premier séjour à Saint Jean Espérance lui a permis d’être « en transparence et en vérité », assure la mère de famille. Mais des rechutes se produisent. « La toxicomanie est une maladie qui ne guérit pas. C’est une maladie avec laquelle on apprend à vivre. »

Récemment nommée responsable du groupe « Parents » qui organise le week-end annuel des parents ainsi que le groupe WhatsApp réunissant les parents, elle a également porté avec Saint Jean Espérance « Parents d’addicts anonymes ». Le principe : une soirée en visio par mois de 18h30 à 20h, avec un thème, un témoignage, qui ouvre un débat entre une dizaine de personnes, un modérateur et un médecin psychiatre. « Quand les jeunes sortent des maisons Saint Jean Espérance ils ont un ciment, un socle sur lequel s’appuyer. Désormais les parents aussi. »

Saint Jean Espérance

Saint Jean Espérance, association laïque loi 1901, accueille des personnes avec ou sans croyance religieuse, qui désirent arrêter de façon durable toute consommation de drogue. Les 2 maisons « mères » ont des capacités d’accueil de 4 à 12 places pour des hommes âgés de 18 à 35 ans, pour une durée de 2 à 3 ans. Les jeunes que nous accueillons sont de toutes origines sociales et ont comme dénominateur commun une grande détresse psychologique en lien avec une consommation abusive de drogues et d’alcool. Fragilisés, ils peuvent retrouver à Saint Jean Espérance le goût d’une vie sans drogues ni produits de substitution et des repères solides pour se projeter sereinement dans l’avenir. Mail : directionsje@stjean.com

En partenariat avec

LOGO-SAINT-JEAN-ESPERANCE.jpg

Tags:
Associationdrogue
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement