Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 12 juin |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

On veut de bonnes bandes dessinées !

Caroline_IMG_0585_002.jpg

Caroline

Jeanne Larghero - publié le 24/02/23

"On ne veut pas de bandes dessinées moralisatrices, on veut de bonnes bandes dessinées, c’est tout", explique la philosophe Jeanne Larghero, qui est aussi enseignante et mère de famille. Et ce ne sont pas les auteurs qui se vautrent dans la provocation pédopornographique au nom de la liberté d’expression qui nous convaincront du contraire.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

La bande dessinée fait polémique. Après Bastien Vivès, Riad Sattouf. Le 6 janvier, le parquet de Nanterre a ouvert une enquêt​e visant le premier, pour diffusion d’images pédopornographiques. Sont en cause plusieurs ouvrages mettant en scène des enfants en situations sexuellement explicites, ouvrages destinés à un public adulte. Quant à Riad Sattouf, lauréat du dernier Grand Prix du Festival d’Angoulême, son public l’accuse désormais de pédopornographie : en cause, les images d’une bande dessinée de 2015 illustrant des fantasmes sexuels d’adolescent. 

On sait bien que la bande dessinée adulte est un art qui a souvent été transgressif, et les accusateurs d’aujourd’hui donnent l’air de croire que Fluide glacial,l’Écho des savanes, ou les ultimes Rubriques à Brac n’ont jamais existé. On sait bien aussi que la création artistique est un monde à part : les œuvres d’art sont de libres fictions qui s’autorisent à prendre le large par rapport à la réalité, aux normes morales, aux opinions communes. On sait enfin que « c’est avec les beaux sentiments qu’on fait de la mauvaise littérature », comme l’écrivait André Gide à François Mauriac, pour établir le fait qu’il n’existe pas d’œuvre d’art digne de ce nom qui ne soit hanté par le démon : il parlait de Dostoïevski. Il suffit pour s’en convaincre de lire les poèmes d’un Verlaine après qu’il a été frappé par la grâce de sa conversion : ce ne sont pas de ceux qui auront marqué l’histoire de la littérature. On sait enfin que fiction ne vaut pas incitation : à ce titre il faudrait interdire tous les Camilla Lakberg ou Harlan Coben de la terre pour incitation au meurtre !

Quelqu’un pourra-t-il leur dire qu’être aux prises d’un démon intérieur ne fait pas de vous un Dostoïevski ?

Mais tout de même… Quelqu’un pourra-t-il faire comprendre à ces auteurs que les temps ont changé ? Que la bande dessinée a conquis de nouveaux territoires, celle d’un public plus large, post-soixante-huitard, et que les délires sexuels recuits de cette génération dépassée, notamment ceux qui impliquent des enfants ont cessé depuis longtemps d’amuser la galerie ? Quelqu’un pourra-t-il leur dire qu’être aux prises d’un démon intérieur ne fait pas de vous un Dostoïevski ? Que pour mettre en image l’équation sexe-adolescence-humour, tout le monde n’a pas le talent et la finesse d’une Claire Brétecher dans les Aggrippine (Dargaud) ? On ne veut pas de bandes dessinées moralisatrices, on veut de bonnes bandes dessinées, c’est tout.  Mais pour certains, c’est trop : alors la provocation et les fantasmes sexuels tiennent lieu d’inspiration… et tant qu’il y aura des lecteurs pour rejoindre cette fascination immature pour la sexualité, et il y en aura toujours, auteurs et éditeurs se draperont dans la liberté d’expression, l’alibi qui fait vendre. 

La cour des grands

On veut de la bande dessinée qui émeuve, qui surprenne, qui raconte, qui fasse rire ou pleurer, qui donne à penser, qui rassasie l’œil, bref qui nous embarque. On ne veut pas du convenable, on veut du puissant, voilà la seule porte qui fait entrer un auteur dans la cour des grands. C’est ce que Riad Sattouf a su faire avec l’Arabe du Futur (Allary Éditions). C’est ce que les Cosey, les Hugo Pratt, les Tardi, les Watterson ont su faire : nous décoiffer, pas nous salir pour rien. On ne veut pas de chasse aux sorcières, on veut au contraire continuer à aimer la BD. Souvenez-vous qu’on a remisé aux oubliettes les torrents pornographiques d’Apollinaire car l’Histoire les a jugés pour ce qu’ils étaient : bêtement pornographiques et mauvais. L’histoire se répète ? Alors répétons-nous également : on veut de bonnes œuvres, de la belle bande-dessinée, on sait que faire bien et faire du bien est plus difficile que l’inverse, mais par amour de la bande-dessinée, on continue d’y croire. Alors, auteurs, à vos crayons !

Tags:
bande dessineeLivres
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement