Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 12 juin |
Aleteia logo
Perles du Web
separateurCreated with Sketch.

Confessions d’un trappiste : « Je ne manque de rien, et pourtant je n’ai rien »

CARDEÑA

cardena.org

Le monastère Saint-Pierre de Cardeña, dans la région de Burgos (Espagne).

Matilde Latorre - publié le 04/03/23

"Je suis heureux", résume simplement frère José Luis Galiana, moine trappiste au monastère Saint-Pierre de Cardeña, dans la région de Burgos (Espagne).

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

« Je ne manque de rien, et pourtant je n’ai rien. » C’est ainsi que frère José Luis Galiana, moine trappiste au monastère Saint-Pierre de Cardeña, dans la région de Burgos (Espagne), résume sa vie. C’est en 1992, il y a un peu plus de vingt ans, qu’il a embrassé sa vocation. Il a choisi de se consacrer au Seigneur dans ce lieu de prière où règne le silence et la solitude car « celui qui est avec Dieu n’est jamais seul », raconte-t-il. Mais, et c’est bien là toute la beauté et le mystère de sa vocation, c’est aussi un lieu de communauté et tellement vivant !

« Les moines de la communauté ne sont pas des anges mais des humains, des êtres de chair et de sang. Chacun vient avec ses forces et ses faiblesses, ses qualités et ses défauts », explique-t-il. « C’est donc assez naturellement que des tensions peuvent surgir. Mais cela contribue aussi à la beauté de notre vocation de moine trappiste : accepter ses pauvretés, et celles de nos frères ! »

Je n’ai pas besoin de plus.

 « Nous vivons dans la prière. Je suis convaincu que si je suis ici, ce n’est pas pour moi, mais pour le Seigneur », reprend frère José. N’éprouvant pas de regret ou de désir quant à la vie « extérieure », il assure : « Je me contente de ce que j’ai, je n’ai pas besoin de plus. » « Je ne manque de rien, et pourtant je n’ai rien », résume-t-il avec joie. « Je suis heureux. »

En images : reconnaître l’habit des moines :

Tags:
EspagnemonastereVocation
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement