Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 21 février |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

“Justes parmi les nations”, l’histoire bouleversante du « réseau Marcel »

RESEAU_MARCEL_BD_EDITIONS_PLEIN_VENT

Editions Plein Vent

Morgane Afif - publié le 25/03/23

La parution chez Plein Vent d’une bande dessinée intitulée Justes parmi les nations est l’occasion de se remémorer les faits héroïques des membres du "réseau Marcel", qui ont sauvé la vie de 527 enfants juifs pendant l’Occupation.

« Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu. On peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer. Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle », s’insurgeait Mgr Jules-Géraud Saliège, archevêque de Toulouse, dans sa lettre pastorale Et clamor Jerusalem ascendit du 13 août 1942. Novembre de la même année : depuis l’armistice, Nice est désormais sous occupation italienne. Contrairement aux directives de Vichy et à celles du préfet, le consul général d’Italie qui administre alors la région refuse d’appliquer les lois antisémites du régime. Début 1943, ils sont au moins 20.000 juifs étrangers à s’y être réfugiés, pour échapper à la politique d’extermination qui se poursuit partout ailleurs. 

Le sort effroyable réservé aux enfants juifs

L’inquiétude bouillonne alors que l’armistice de Cassibile conclue entre l’Italie et les Alliés marque, deux jours plus tard, l’arrivée des Allemands qui prennent le contrôle des territoires et envahissent la zone italienne. Des rafles massives sont organisées par Aloïs Brunner, responsable logistique de la Shoah et 1810 juifs sont déportés en trois mois seulement. Face à la menace qui plane sur la vie des plus jeunes d’entre eux, Moussa Abadi, passionné de théâtre né en Syrie ottomane, imagine avec son épouse Odette Rosenstock un moyen de mettre en sécurité des centaines d’enfants juifs pour leur éviter le sort effroyable qui les attend dans les camps.

Justes_Page_5-e1679049139318

Il rencontre alors l’évêque de Nice, ancien aumônier de la Syrie et du Liban, Mgr Paul Rémond pour le convaincre de l’aider dans son entreprise héroïque. « Je suis entré dans le bureau de Monseigneur Rémond. Je ne veux pas vous raconter toute l’audience, elle a duré vingt minutes et je lui ai dit : “Monseigneur, je suis un Juif. Je viens de loin. Je suis originaire d’un des ghettos les plus vieux du monde. Je viens vous demander de prendre des risques ; d’essayer de vivre vos Évangiles comme je vais essayer de vivre ma Bible. Vous pouvez me jeter dehors, vous pouvez me chasser. Mais sachez que sans vous, je ne pourrais pas sauver les enfants.” Monseigneur Rémond était derrière son bureau. Il avait sur sa table, je le verrais toujours, une demi-douzaine de lunettes, qu’il cassait quand il était nerveux, ou qu’il était ému. Il joua avec une paire de lunettes. “Je vais essayer de réfléchir.” Mais, arrivé devant la porte il me dit : “Je crois bien que vous m’avez convaincu !” Et il ajouta : “Je crois bien que m’avez converti !” » se souvenait Abadi dans une allocution en 1995 au Colloque des enfants cachés.

Sauver les enfants au péril de leur vie

Au péril de leur vie, le clergé local et plusieurs religieuses, de nombreux laïcs ainsi que les pasteurs évangéliques Edmond Evrard, Pierre Gagnier, leurs enfants et leurs épouses, se réunissent autour de Mgr Rémond. Ensemble, ils arpentent les couvents et institutions religieuses pour en faire des pensionnats, tandis qu’Abadi, sous le nom de Monsieur Marcel, qui donna son nom au réseau, se fait passer pour un inspecteur de l’enseignement catholique du diocèse de Nice. Odette, médecin de formation, se fait quant à elle appeler Sylvie Delattre, et devient officiellement l’assistante sociale de l’évêché. 527 enfants sont ainsi mis à l’abris, sous une fausse identité, dans les nouveaux internats du diocèse. Le chemin, s’il est vital, est amer : il faut encore apprendre aux enfants à changer de nom et de prénom dans une dépersonnalisation douloureuse pour ceux qui, bien souvent, ont déjà perdu leurs parents. 

Justes_Page_4-e1679049253441.jpeg

Au nom de l’État d’Israël, par le Mémorial de Yad Vashem, l’institut international pour la mémoire de la Shoah, le titre de Juste parmi les nations, plus haute distinction civile décernée à des personnes non juives, a été attribué à Mgr Rémond, ainsi qu’aux pasteurs Evrard et Gagnier, leur famille et aux prêtre et religieuses qui ont donné leur vie pour sauver celles de ces enfants que la cruauté des hommes avait condamnés. 

Pratique :

Justes parmi les nations, dessins de Michel Espinosa et Frédéric Allali, scénarios de Éric Stoffel , Serge Scotto  et Yvon Bertorello, Editions Plein Vent, 16,05 €.
Tags:
bande dessineeresistanceSeconde Guerre mondiale
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement