Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Père Norberto, missionnaire en Centrafrique, une vocation à haut risque

pere-norberto.jpg

Federico Trinchero

Le père Norberto en convalescence, après avoir frôlé la mort en sautant sur une mine le 10 février;

La rédaction d'Aleteia - publié le 20/04/23

Alors que le père Norberto, missionnaire au sein des Carmes Déchaux, s’apprêtait à aller célébrer la messe dans un village de Centrafrique, sa voiture a explosé sur une mine, le 10 février 2023. Son témoignage rappelle, s’il en était besoin, que certains missionnaires évangélisent parfois au péril de leur vie.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Le père Norberto Pozzi est né en 1952. À 71 ans, ce missionnaire Carme Déchaux, originaire de Lecco (près de Milan en Italie, ndlr), ne se ménage pas. Au contraire, il a choisi de vivre son sacerdoce à des milliers de kilomètres de chez lui, dans les villages reculés de Centrafrique. À peine âgé de 30 ans, alors qu’il rompt ses fiançailles, le père Norberto décide de partir avec les frères Carmes Déchaux en tant que volontaire dans ce pays enclavé entre le Sud-Soudan, le Tchad, la RDC et le Cameroun. Quittant tout, il participe à la construction de chapelles, d’écoles et d’un séminaire à Bozoum et entre dans l’Ordre huit ans plus tard. 

15.-NORBERTO.jpg
Le père Norberto est missionnaire des Carmes Déchaux.

Ordonné en 1995, il se consacre à l’évangélisation des villages de la savane, multipliant les prêches et les actions d’aide à la population, sans relâche et malgré le danger, pourtant omniprésent. La Centrafrique est en effet en proie à la violence, déchirée entre groupes ethniques et factions rivales. À plusieurs reprises, le père Norberto manque de perdre la vie en une fraction de seconde. Il échappe à la mort au cours de trois embuscades tendues par des groupes armés sur le bord de la route, alors qu’il se rendait dans ses différents lieux de mission. La première fois, les balles tirées depuis la route se fichent dans l’appui-tête du siège. Lors de la deuxième embuscade, ce sont cette fois-ci dans la boîte de vitesses qu’on les retrouvera, et la dernière embuscade a failli se transformer en enlèvement. La Providence semble définitivement étendre sur le père Norberto sa main protectrice. 

Missionnaire, vocation à haut risque

Le samedi 10 février 2023, le père Norberto décide de se rendre dans un village situé à 55 kilomètres de Bozoum afin d’y célébrer la messe. Il se place au volant de son véhicule, accompagné d’un frère, le Frère Igor, et de quatre ouvriers qui devaient effectuer des travaux dans l’école dudit village. Alors qu’il n’avait effectué que quelques kilomètres, la voiture est balayée dans le souffle d’une monumentale explosion. Le père Norberto et ses passagers viennent de sauter sur une mine. Le frère Igor parvient à s’extraire de la voiture dans un nuage de poussière, ainsi que les ouvriers. Mais le père Norberto lui, est inconscient. Ses deux jambes sont grièvement blessées par le choc, entraînant une forte hémorragie. Transporté in-extremis à l’hôpital de Bozoum, le père est pris en charge en urgence, mais le manque de moyens de cette petite structure empêche de l’opérer. 

3.-ELICOTTERO-ONU.jpg
Le père Norberto est transporté en urgence par un hélicoptère des Nations Unies à Bangui.

En attendant un hélicoptère des Nations Unies capable de le transporter à l’hôpital de Bangui (capitale), le père Norberto reste dans un état critique, aux portes de la mort. Le père Federico Trinchero, basé au Carmel de Bangui, fait donc célébrer la messe pour son confrère. « En prononçant les paroles de la consécration, « Ceci est mon corps… c’est mon sang… », je pense à mon confrère qui les vit dans sa chair en ce moment : il perd physiquement une partie de son corps, il verse réellement son sang pour l’Afrique, pour l’Église, pour les plus pauvres, pour les fidèles du village de Bokpayan pour qui il aurait aimé célébrer l’Eucharistie », confie-t-il dans les Nouvelles du Carmel de Bangui.

« Qu’ils sont beaux, les pieds du missionnaire ! »

De nombreux fidèles se rassemblent afin d’obtenir la guérison du père Norberto, à qui l’onction des malades est administrée. Dans la matinée, l’hélicoptère des Nations Unies du contingent bangladais arrive et transporte le père Norberto à Bangui, à l’hôpital militaire des casques bleus. L’amputation du pied gauche, gravement touché, s’avère inévitable. 

Pourtant, une fois réveillé, c’est à peine si le père Norberto évoque son pied. « Il ne me parle pas du pied qui n’est plus là, mais de son désir de retourner en Centrafrique et de terminer la construction d’une église dans un village », témoigne le père Federico. « Il me dit qu’il faudra que quelqu’un puisse continuer son œuvre parmi les chrétiens de la savane. Et quand je lui partage tous les messages que j’ai reçus, de tant d’amis connus et inconnus, il se dérobe, presque gêné par une si soudaine notoriété. Et il me dit que lui, grand et musclé, n’est qu’un petit homme. »

7.-KAMPALA.jpg
Le père Norberto, amputé d’un pied.

Rapatrié en Italie pour y être soigné, le père ne demande pourtant qu’à repartir en Centrafrique. « Qu’ils sont beaux les pieds du messager annonçant la paix sur les montagnes, du messager de la bonne nouvelle annonçant le salut : telles sont les paroles du prophète Isaïe qui chantent la beauté des pieds de tout missionnaire qui proclame l’Évangile et apporte la paix là où il y a la guerre. Pour proclamer l’Évangile et apporter la paix là où il y a la guerre, un de nos frères a vraiment risqué sa vie », conclut le père Federico. 

Tags:
AfriqueMissionnaire
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement