Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 20 mai |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Les fidèles sont-ils moins encensés que le prêtre ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
ENCENSOIR

© Pascal Deloche / Godong

Encensoir dans la basilique Saint-François-de-Sales à Thonon (Haute-Savoie).

Valdemar de Vaux - publié le 22/04/23

L’encens fait partie de la vie liturgique du peuple de Dieu depuis bien avant le Christ. À la messe, son usage est codifié, parce qu’encenser un objet ou une personne est porteur de sens. Retour sur l’encensement du prêtre et des fidèles.

Les mages venus d’Orient ne s’y sont pas trompés. En offrant à l’Enfant-Jésus de l’encens – en plus de la myrrhe et de l’or – ils manifestaient la divinité du bébé couché dans la mangeoire. Rendre hommage à la sainteté, voilà le premier objet de l’encensement. Et le second : rendre visible les prières du peuple de Dieu qui montent vers lui : « Que ma prière devant toi, dit le psalmiste au Père, s’élève comme un encens, et mes mains, comme l’offrande du soir. » (Ps 140, 2)

À la messe, l’usage de l’encens, abondant déjà dans la liturgie du Temple de Jérusalem, est de la même manière signe à la fois de révérence et de prière. C’est pourquoi sont encensés des objets : l’autel (signe du Christ), évangéliaire (et à travers lui surtout la Parole de Dieu), pain et vin (pour signifier l’offrande et leur future transsubstantiation), Saint-Sacrement (du fait de la présence réelle), statues et reliques éventuelles et… des personnes : évêque, prêtre, diacre, assemblée.

Cependant, il existe une hiérarchie dans l’encensement, par laquelle on souligne que la même vénération n’est pas exigée pour tous les objets du culte. L’évangéliaire et le Saint-Sacrement reçoivent trois coups, comme la croix, le cierge pascal ou les images et reliques du Sauveur. Les reliques et statues ne reçoivent eux que deux coups. Et pour les personnes ? « On encense par trois coups d’encensoir […] le prêtre et le peuple » dit la Présentation Générale du Missel Romain (PGMR, § 277). C’est parce qu’il agit, dans la prière eucharistique, in persona Christi, que le prêtre est encensé de trois coups.

Malgré son humanité, ou à travers elle, c’est bien le Sauveur qui s’offre à tous. L’assemblée, quant à elle, est le corps du Christ et le temple de l’Esprit. C’est à ces titres qu’elle est l’objet de l’encensement. La tête et les membres du seul corps qu’est l’Eglise sont ainsi vénérés de la même façon. Même si, dans certaines paroisses, certains différencient trois coups doubles et trois coups triples, introduisant une hiérarchie qui n’existe nulle part.

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
LiturgieMesse
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement