Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 16 juin |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Un million de Hongrois prient pour que cet homme devienne saint

cardinal József Mindszenty

© ANDERS ENGMAN / TT NEWS AGENCY / TT NEWS AGENCY VIA AFP

Le cardinal József Mindszenty interviewé par le journaliste suédois Ulf Nilson en 1956.

Anna Ashkova - publié le 28/04/23

L'une des personnalités les plus actives dans la lutte contre le totalitarisme au XXe siècle en Europe centrale (qu’il s’agisse du fascisme ou du communisme), le cardinal de Hongrie József Mindszenty (1892-1975) suscite encore aujourd'hui un grand enthousiasme parmi la population hongroise qui prie pour sa béatification.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

« S’il y a un million de Hongrois qui prient, je n’ai pas peur de demain ! », avait déclaré le cardinal hongrois József Mindszenty, le 3 octobre 1948. Près de 48 ans après sa mort, ce sont entre 1 et 1,5 million de Hongrois qui prient chaque jour pour sa béatification, selon Eduard Habsburg, ambassadeur de Hongrie près le Saint-Siège et président de la Fondation pour la béatification du cardinal Mindszenty. Ancien primat de Hongrie, József Mindszenty a été l’une des personnalités les plus actives dans la lutte contre le totalitarisme au XXe siècle en Europe centrale (qu’il s’agisse du fascisme ou du communisme) et demeure très populaire dans ce pays et bien au-delà. 

Résistant au fascisme et au communisme

Arrêté pour trahison, conspiration et non-respect des règles de l’État par le régime communiste au lendemain de Noël 1948 et condamné à la prison à vie, József Mindszenty est libéré lors de l’insurrection de Budapest de 1956. Mais la violente répression soviétique et le rétablissement d’un gouvernement autoritaire le poussent à vivre en exil. Il rend l’âme à Dieu le 6 mai 1975 à Vienne, en Autriche, sans jamais avoir renoncé à son titre de primat de Hongrie, malgré le fait qu’un nouvel archevêque ait été nommé à sa place dans le cadre d’un accord entre le Saint-Siège et le gouvernement. Seize ans ans après son décès et quelques mois après la chute du régime communiste, son corps est rapatrié à Hongrie en mai 1991. 

mpaa320454
Le général Paul (Pal) Maleter et d’autres officiers de l’insurrection de Budapest discutant avec le cardinal Jozsef Mindszenty dans une salle du palais de l’archevêque à Budapest, en octobre 1956.

Saint Jean Paul II, qui avait fait de la lutte contre le totalitarisme l’axe structurant de son pontificat, a rendu hommage au cardinal Mindszenty lors d’un voyage en Hongrie en août 1991. « Je n’ignore pas les épreuves auxquelles a été soumise l’unité du peuple de Dieu dans ce pays », expliquait-il alors lors de son homélie à la basilique d’Esztergom, siège du primat, conscient du fait que « certaines blessures subsistent encore ». « La charité l’emporte sur ce qui reste de tensions, de réserves, de soupçons », ajoutait encore le saint pontife qui s’était rendu devant le tombeau du cardinal Mindszenty. 

Trois ans après cette visite, le 19 mars 1994, jour de la Saint-Joseph, une enquête en vue de sa béatification a été ouverte. Et 25 ans plus tard, le pape François a formellement reconnu les vertus héroïques du cardinal, le 12 février 2019. Une annonce qui a été accueillie avec une grande émotion en Hongrie. L’actuel archevêque d’Esztergom-Budapest, le cardinal Peter Erdö, a expliqué dans un communiqué publié le 13 février 2019 que l’examen des grâces reçues et des miracles liés à son intercession « pourra démontrer que dans la figure du cardinal Mindszenty nous pouvons voir non seulement un exemple, mais aussi quelqu’un qui peut nous soutenir avec son intercession efficace ». Désormais, la Hongrie n’attend donc qu’une chose : que le cardinal Mindszenty soit béatifié, puis canonisé. 

Une personnalité inspirante tant pour l’Église que pour la nation 

Sa figure suscite en effet un grand enthousiasme dans la population hongroise. « Je porte cette figure dans mon cœur depuis mes jeunes années », a confié en 2018 le cardinal Beniamino Stella, ancien préfet de la Congrégation pour le clergé. Et d’ajouter encore à propos du cardinal hongrois : « En 1956, la révolution éclate en Hongrie et le cardinal est mis à l’abri au siège de l’ambassade américaine juste à côté. J’étais encore un séminariste ».

Le futur prêtre regardait cet homme avec admiration, reconnaissant « l’intrépide courage de sa foi, la fidélité avec laquelle il suivait le Seigneur » et « le soin pastoral qu’il avait pour le peuple et sa généreuse et authentique disponibilité » à être « un simple bon pasteur, disposé à donner sa vie pour l’Église et pour la patrie ».

Citoyen honoraire de la municipalité d’Esztergom (un titre posthume qu’il a reçu en mai 2019), le cardinal József Mindszenty est considéré par l’Église et par le gouvernement hongrois comme exemple à suivre. « Quelles que soient les tempêtes, József Mindszenty est la star qui montre la voie à la nation hongroise sur la base de l’enseignement de l’Église catholique, de la parole de conscience et de la loyauté de la nation », avait déclaré Zsolt Semjén vice-Premier ministre et membre du Parti populaire démocrate-chrétien (KDNP), lors d’une messe célébrée à l’honneur du cardinal Mindszenty à Makó, le 28 mai 2022.

Un simple bon pasteur, disposé à donner sa vie pour l’Église et pour la patrie.

Des rues, des places, des statues et des institutions portent son nom, il y a même des concours pour les enfants organisés autour de sa personnalité. Son village natal, Csehimindszent, est devenu un véritable lieu de pèlerinage. Il est possible y visiter la maison des parents du cardinal Mindszenty, l’ancienne église du village et aussi la tombe de la mère du primat hongrois. Le maire de ce bourg, où résident un peu plus de 400 habitants, n’est autre que le cousin éloigné du vénérable cardinal.

« C’est un grand honneur d’être lié par le sang au primat de Hongrie. C’est aussi une connexion spirituelle. Tout comme la mère de József Mindszenty avait le devoir de rendre visite à son enfant emprisonné en 1948, il est de mon devoir, en tant que maire, de faire de ce village un véritable lieu de pèlerinage et d’honorer le cardinal Mindszenty », a confié Imre Fukszberger à l’hebdomadaire hongrois Mandiner en juin 2021. 

Connu au-delà des frontières hongroise

Ainsi à l’occasion de son 131e anniversaire, le 29 mars 2023, une école catholique portant son nom Csehimindszenti Mindszenty József Általános Iskola et située dans son village natale, avait organisé une messe en son honneur et avait demandé via son compte Facebook sa prochaine béatification. 

Ce n’est pas le seul post sur les réseaux sociaux qui demande que le cardinal soit béatifié. Plusieurs groupes Facebook existent en son honneur, dont certaines atteignent jusqu’à trois milles abonnées. C’est notamment le cas des pages Mindszenty József bíboros-hercegprímás Emlékezete ou Mindszenty József bíboros. Le vénérable cardinal gagne même en notoriété sur le continent africain où un groupe de fidèles se réunit pour le prier chaque mercredi dans la chapelle de l’hôpital St Charles Borromeo à Onitsha, au Nigéria. 

Sa fondation créée en 1972 pour éditer des livres et aider des institutions chrétiennes hongroises, caritatives et culturelles, s’occupe aujourd’hui d’entretenir le souvenir du vénérable cardinal, le vénérer, et mener à bien les procédures en vue de sa béatification et canonisation comme celle des martyrs et des confesseurs de la foi hongrois du XXe siècle. 

Sur le site de la fondation, qui propose notamment un mémorial virtuel du vénérable, les internautes peuvent aussi trouver une prière pour demander sa béatification, une prière récitée aujourd’hui par des milliers de personnes : 

Dieu éternel, Père providentiel de tous les peuples et nations, 
nous t’en supplions, glorifie ton fidèle serviteur József Mindszenty 
avec la lumière de la sainteté de la vie ! 

Accorde à ton peuple hongrois, libéré de son esclavage actuel, 
de trouver en lui un intercesseur et de se fortifier dans sa foi chrétienne
et dans la morale de ses ancêtres. 
Par notre Seigneur Jésus-Christ, votre Fils. 
Amen. 

Tags:
Hongrie
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement