Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 20 mai |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Voici à quoi va ressembler la nouvelle carte d’identité des prêtres

celebret-CEF-2.jpg

© Conférence des évêques de France

La carte d'identification et de celebret du clergé français comporte un QR code.

Cécile Séveirac - publié le 11/05/23

La Conférence des évêques de France a dévoilé mercredi 10 mai le nouveau celebret, sorte de carte d'identité des prêtres, mis en place au niveau national pour tous les prêtres, séculiers et religieux. Cette mesure, prise lors de l'Assemblée plénière de 2021, vise à intensifier la lutte contre les abus sexuels dans l’Église.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

La Conférence des évêques de France a dévoilé mercredi 10 mai 2023 le nouveau celebret attribué aux prêtres. Cette mesure avait été prise en novembre 2021, lors de l’Assemblée plénière de Lourdes, après la remise du rapport de la Ciase sur les abus sexuels dans l’Église. Elle vise à mettre en place un modèle national et modernisé de celebret dont la mise à jour devra être régulière.

Le celebret est un document délivré par l’autorité ecclésiastique (l’évêque du diocèse ou le supérieur majeur) qui atteste que son détenteur est un prêtre, qu’il peut célébrer la messe et qu’il dispose de la faculté de confesser. Il prend la forme d’un papier qui peut être demandé lors d’un déplacement du prêtre ou lors de grands événements. Depuis 1917, il permet de voir, lorsqu’elles existent, les infractions pénales commises par le prêtre. Le celebret existe depuis le concile de Trente (1542), mais est demeuré en fait assez peu utilisé.

Qu’est-ce qui change ?

L’objectif de ce nouveau modèle de celebret est de répandre son usage, ainsi que d’ « homogénéiser le document entre les diocèses », et de « donner un moyen de mise à jour en temps réel des habilitations et restrictions », explique la CEF. De plus, il a pour objet « de ne pas laisser les imposteurs (faux prêtres ou diacres) continuer à agir au détriment des fidèles et des sacrements, en créant de faux celebret ».

CELEBRET-CEF.jpg
La carte d’identification et de celebret des prêtres et évêques de France.

Le nouveau celebret prendra la forme d’une carte d’identification personnelle de la même taille qu’une carte nationale d’identité ou qu’un permis de conduire. Cette carte comportera une photo, le nom et le prénom du prêtre, son diocèse ou sa communauté, un identifiant personnel, et un QR code scannable pour donner accès au contenu du celebret dématérialisé. Elle ne pourra pas être demandée par les fidèles. Seuls les évêques, les prêtres d’autres diocèses ou les recteurs de sanctuaires par exemple, seront habilités à demander leur présentation.

Un code couleur

En scannant le QR code disponible sur la carte du prêtre, toute personne pourra savoir si le prêtre concerné peut ou non célébrer les sacrements. Ainsi, la couleur orange indiquera l’existence de restrictions (« celebret ex parte »). La couleur verte signalera au contraire que le prêtre est habilité administrer tous les sacrements. La couleur rouge, quant à elle, frappe le prêtre d’une interdiction totale de célébrer les sacrements ou d’un relèvement de son état clérical. Une mise à jour du celebret par les diocèses et les supérieurs majeurs est prévue tous les ans pour garantir la véracité des informations disponibles. Si une sanction, civile ou canonique, tombe, le celebret devra immédiatement être mis à jour.

Les évêques sont détenteurs de leur carte nationale de celebret depuis mars 2023. Les 13.000 prêtres français et les 3.000 diacres permanents sont actuellement soumis à un travail de collecte de leurs données pour rendre le dispositif opérationnel d’ici la rentrée 2023.

Tags:
Abus sexuelsCiasePrêtre
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement