Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 16 juin |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Peut-on recevoir plusieurs fois le sacrement des malades ?

SACREMENT-DES-MALADES.jpg

Philippe Lissac / Godong

Onction des malades en l'église Notre Dame du Travail, Paris, 2014.

Morgane Afif - publié le 20/05/23 - mis à jour le 09/08/23

Autrefois appelé « extrême-onction », c’est le concile Vatican II qui a redéfini le sacrement des malades. Sacrement de vie, il accompagne ceux qui souffrent. Une même personne peut-elle, dès lors, le recevoir plusieurs fois ? Et si oui, à quelles occasions ?

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

« L’un de vous est malade ? Qu’il appelle les Anciens en fonction dans l’Église : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon » (Jc 5, 14-15). Appelé jusqu’au début des années 1970 « extrême-onction », la nature de ce sacrement n’a pas évolué puisque le Concile de Trente déclarait déjà que l’extrême-onction « s’administre comme un véritable remède » (« Des sacrements », §II), sans être réservé « au moment où tout espoir de guérison est perdu ». 

Ainsi, nous dit l’Église, « le sacrement des malades a pour but de donner une aide spéciale au chrétien confronté aux difficultés d’une maladie grave ou de la vieillesse ». Tout baptisé peut donc recevoir plusieurs fois ce sacrement, à chaque fois qu’il est atteint d’une grave maladie, qu’elle soit psychique ou physique. « Le moment opportun pour recevoir le sacrement est arrivé lorsque le fidèle commence à être en danger de mort par suite d’affaiblissement physique ou de vieillesse » précise toutefois le Concile. Le sacrement des malades n’est pas magique : si, dans certains cas, des guérisons peuvent survenir, elles ne sont pas systématiques. Ce n’est d’ailleurs pas le but de ce sacrement, qui n’est autre que la manifestation de la présence de Dieu aux côtés de celui qui souffre dans l’épreuve, qu’il s’agisse de la maladie ou de la vieillesse. 

Un sacrement qui manifeste la confiance en Dieu

Le sacrement des malades est un sacrement qui manifeste la confiance en Dieu, qui soutient le malade, et peut être reçu à tout âge, et autant de fois que nécessaire. C’est le cas, par exemple, dans l’extrême vieillesse, lors d’une maladie chronique, ou lorsque le fidèle est confronté plusieurs fois, à des moments différents de sa vie, à une situation qui puisse mettre ses jours en danger. Oui, il est donc tout à fait possible de recevoir plusieurs fois le sacrement des malades, et l’Église est très claire sur ce point : « Si un malade qui a reçu cette onction recouvre la santé, il peut en cas d’autre maladie grave recevoir à nouveau ce sacrement. Si au cours de la même maladie l’état de la personne s’aggrave, le sacrement peut être répété. Il convient de recevoir l’onction des malades juste avant une opération sérieuse. Il en va de même pour les personnes âgées dont la fragilité s’accentue » (CEC §1515)

Comment y recourir ? 

L’Eglise propose à plusieurs occasions de recevoir le sacrement des malades. Lors de regroupements, comme chaque année lors de pèlerinages diocésains à Lourdes, ou lors d’une messe des malades, organisée dans les paroisses de chaque diocèse à différents moments de l’année. Il est également possible de prendre contact avec sa paroisse pour être mis en relation avec un prêtre et le recevoir de manière privée. En cas d’hospitalisation, il est conseillé de se rapprocher de l’aumônerie de l’hôpital.

Tags:
maladessacrements
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement