Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 29 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Décoration, fleurs, vaisselle… Conseils pour préparer une table de fête

table, fleurs, service

© Shutterstock

Anne-Sophie Retailleau - publié le 26/05/23

Il existe bien des façons de préparer une belle table pour les fêtes de la foi. Si c’est l’occasion de laisser parler sa créativité, il y a quelques règles à suivre pour assurer une décoration harmonieuse.

Les fêtes de la foi font leur grand retour avec les beaux week-ends du printemps. Baptêmes, communions, professions de foi, confirmations… Autant de belles occasions de mettre les petits plats dans les grands. Isabelle Angot et France de Heere, expertes en art de vivre, délivrent leurs conseils pour dresser votre plus belle table printanière. 

Soigner sa nappe

Pour nos deux expertes, mettre une nappe est le premier réflexe à avoir pour dresser une table digne de ce nom. Pour faire les choses dans les règles de l’art, elles détaillent les deux principes à suivre. La couleur d’abord. « Pour une fête, une nappe blanche est l’idéal », note France de Heere. C’est l’option la plus traditionnelle, mais aussi la plus lumineuse pour ces jours de fête. Les couleurs pastel sont également bienvenues. Pensez aussi au chemin de table, qui peut être plus original ou coloré. 

La matière est également importante. « La nappe doit avoir de la tenue », affirme Isabelle Angot. Pour cela, privilégiez le coton, voire le lin. Astuce, il est préférable de mettre un molleton sous la nappe. Cela permet d’amortir les chocs et de protéger votre table. 

Fleurir sa table

Pour les deux expertes, les fleurs doivent avoir la part belle dans la composition de la table. Un beau bouquet central fera toujours son effet, mais il ne doit pas être trop haut pour ne pas encombrer et gêner les échanges. Si c’est le cas, il est toujours possible de le retirer au moment de commencer le repas. 

Les fleurs choisies peuvent aussi donner le ton au thème chromatique de sa table. Pour une fête religieuse, France de Heere propose le jaune, « qui est vraiment la couleur de la foi ». Roses, jonquilles, tulipes, pivoines… Tout est possible. « Attention toutefois aux fleurs trop odorantes qui peuvent entêter », pointe de son côté Isabelle Angot. 

Beauté rime avec sobriété

« On orne sa table en fonction de l’événement, pour une communion, on doit être sur le sobre, le beau, l’épuré », conseille France de Heere. Il est donc important de veiller à ne pas surcharger excessivement la table. Si vous mettez un grand bouquet central, évitez de mettre également des fleurs aux extrémités de la table. L’idée est de garder suffisamment d’espace pour le service, les plats, sans gêner les conversations et les échanges. La sobriété passe aussi par les couleurs. Il est préférable dans la mesure du possible de s’en tenir à un thème de couleur, et de ne pas trop forcer sur les mélanges. 

Tout est dans le détail

La sobriété n’est pas l’absence de décoration. Au contraire, tout est dans le détail. « On peut utiliser des feuillages et fleurs de saison », indique Isabelle Angot, comme des pétales de fleurs déposés sur la nappe. Il est aussi possible de varier selon le thème choisi. France de Heere suggère aussi d’utiliser des galets, des noeuds… « Il faut jouer sur les niveaux de décorations », ajoute-t-elle. Par exemple, varier les volumes, les matières ou les reliefs des vases ou des pots. « Avoir un beau verre à eau de couleur sur le côté droit est une très jolie façon de décorer », conseille aussi Isabelle Angot, si le reste de la décoration reste sobre. 

Le placement des invités peut aussi faire partie de la décoration. Ce peut être le moment d’utiliser les signets de communion. « L’enfant qui est fêté peut lui-même inscrire le nom de chaque invité », propose France de Heere. Une attention qui fera que chacun se sente accueilli.  

Vous pouvez également faire imprimer le menu du repas, de préférence chez un imprimeur, et en faire usage de marque-places. Pour la décoration, « on peut les nouer délicatement autour de la serviette au moyen d’un ruban », note Isabelle Angot. 

Sortir son plus beau service

Pour des occasions aussi uniques et fondatrices dans la vie et la foi d’un enfant, il convient de le montrer aussi dans la manière de dresser la table. « C’est vraiment l’occasion de sortir le plus beau service, qu’il soit moderne ou ancien », affirme France de Heere. Carafes en cristal ou en verre, porte-couteaux, saucières…C’est le moment de sortir le grand jeu. « Il faut penser aux assiettes de présentation, qui restent en place tout au long du repas », ajoute Isabelle Angot. C’est aussi une façon de relever le ton de la nappe. On peut par exemple proposer une couleur forte en contraste. 

Il existe quantité de très beaux services, de la porcelaine au grès, du plus classique au très moderne. Mais attention à la cohérence. « On reste toujours dans les mêmes matières tout au long du service », continue Isabelle Angot. Si vous commencez le service par des assiettes en porcelaine blanche, évitez de le terminer avec des assiettes en grès de couleur. 

Pour les serviettes, le tissu en coton est le mieux. Le papier est à éviter. Par ailleurs « il ne faut surtout pas plier les serviettes pour les placer à l’intérieur des verres », préconise Isabelle Angot. Restez sobre, en pliant simplement vos serviettes sur l’assiette. 

Avez-vous pensé au buffet ?

Pour les grandes tablées, le buffet peut être une option plus commode. « On pense toujours aux fleurs blanches, roses pâles, ou jaunes, avec une nappe blanche ou pastel », rappelle France de Heere. « Les beaux plats en argent sont préférables là aussi, pour montrer qu’on est dans le traditionnel ».

Autant de propositions pour rendre la table plus belle pour une occasion aussi spéciale. Car quelle que soit la décoration choisie, la plus belle chose est d’être aux côtés de l’enfant qui vit un grand jour sur son chemin de foi. 

En images, nos idées déco pour vos tables de fête :

Tags:
Décorationfêtes
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement