Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 27 mai |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Des religieuses américaines transmettent l’amour de Dieu… par les chevaux

Sister-with-children-and-horse

Courtesy of Mother Mary Veronica Fitch of The Franciscan Congregation of Divine Mercy

La rédaction d'Aleteia - Theresa Civantos Barber - publié le 20/06/23

Au "Merciful Heart of Jesus Farm", dans le Wisconsin, des sœurs offrent des temps de prière, un accompagnement spirituel, mais aussi des cours d’équithérapie à des enfants et des adultes souffrant de traumatismes.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Permettre de se réconcilier avec Dieu, avec les autres et avec soi-même. Telle est la mission de la fr.aleteia.org/tag/misericorde/">Miséricorde divine »>Congrégation Franciscaine de la Miséricorde divine, à Marshfield dans le Wisconsin, aux États-Unis. Pour cela, les religieuses de cette communauté proposent non seulement des temps de prière et des retraites « traditionnelles »… mais aussi de l’équithérapie aux enfants et aux adultes ayant vécu des traumatismes. Une formule originale qui semble connaître beaucoup de succès.

À l’origine de cette initiative, sœur Mary Veronica Fitch, une religieuse américaine de 59 ans. Avant de devenir religieuse, sœur Mary Veronica a travaillé comme monitrice d’équitation,  dresseuse de chevaux et gérante d’une écurie dans la ferme de ses parents. Dès le primaire, elle souhaite se consacrer à Dieu, mais elle met de côté ce désir pour ne pas devoir renoncer à son autre passion : l’équitation. « Il y a eu un moment où j’ai même douté de ma vocation à la vie religieuse parce qu’être monitrice d’équitation avait amené tellement de personnes à Dieu », témoigne sœur Mary Veronica Fitch auprès de l’édition américaine de Aleteia. En effet, au cours des séances, elle constate que des personnes reviennent à la foi catholique, après avoir vécu des avortements, des séparations, des divorces. « Pendant que je travaillais avec ces personnes et avec les chevaux, j’essayais juste de vivre l’Évangile et j’ai vu que cela portait beaucoup de fruits ».

L’équithérapie, un moyen de transmettre l’amour de Dieu

À 25 ans, elle décide finalement de tout abandonner pour devenir religieuse. Elle pense à ce moment-là qu’elle sera contrainte de renoncer à sa grande passion pour les chevaux. Mais elle ne savait pas que Dieu lui réservait une surprise. En 2016, elle reçoit la permission de ses supérieurs et de Rome de fonder une nouvelle communauté dans le Wisconsin, aux États-Unis, pour proposer l’équithérapie, comme un moyen pour transmettre l’amour de Dieu. « Dieu m’a toujours enseigné à travers les animaux et Il travaille encore à ma conversion et à ma guérison à travers les animaux », confie sœur Mary Veronica Fitch. Elle était consciente que cela pouvait être très bénéfique pour des personnes ayant vécu des situations difficiles car comme Dieu l’avait guérie, il pouvait aussi guérir d’innombrables autres personnes.

Sister-with-children-and-horse

Ainsi, dans la communauté, elle commence à mettre ses compétences équestres au service des autres, afin qu’ils puissent surmonter la dépression ou des phobies, exprimer leurs émotions, retrouver la paix intérieure, mais aussi se rapprocher de Dieu. Il est en effet avéré que les chevaux apportent de nombreux bienfaits sur le plan psychologique, émotionnel et corporel. Ils transmettent un grand sentiment de liberté et de paix intérieure, ils ont un effet apaisant et réconfortant qui se répercute sur la santé physique et mentale de l’homme. « Les animaux guérissent, la ferme guérit, les enfants font l’expérience du jeu, du plaisir, de la liberté », souligne-t-elle, avant d’ajouter : « Les animaux peuvent atteindre un cœur qu’une personne ne saurait atteindre, et ils sont sensibles aux émotions. Cela les rend très utiles pour les thérapies ». 

Des noms de saints

Il arrive souvent que leurs participants sortent des cours apaisés et réconfortés. Ils témoignent alors aux religieuses combien ils se sentent en sécurité et aimés à la ferme « Merciful Heart of Jesus Farm ». « Cela signifie tellement pour nous ! » Au fil des séances, les enfants s’attachent aux chevaux des religieuses qui portent d’ailleurs des noms très chrétiens, comme le cheval Marguerite-Marie (en référence à sainte Marguerite-Marie Alacoque) ou encore le cheval Ignace (pour le saint de Loyola). « On avait décidé de ne plus garder Marguerite-Marie parce qu’elle ne s’entendait pas bien avec les autres chevaux, mais “la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire”. Elle est devenue l’un des meilleurs chevaux avec les enfants et l’une de nos vedettes ».

Sister-with-dog
Sister Lucia with Faith, the community’s German Shepherd

Quant à Ignace, les religieuses ont vite remarqué sa grande capacité à guérir ceux qui faisaient de la thérapie avec lui. Des personnes se sont attachées profondément à lui et des enfants témoignent qu’il leur a changé la vie. Pour sœur Mary Veronica : « Nous pouvons proclamer la Miséricorde de Dieu avec des mots, mais si nous ne la proclamons pas avec nos actes alors les gens ne recevront pas le bon message sur la Miséricorde de Dieu ». La Miséricorde est le chemin vers la paix : la paix dans notre cœur, la paix dans nos familles, la paix dans le monde et la paix avec Dieu. « Tout le monde mérite la Miséricorde. La Miséricorde n’est pas seulement une question de pardon. La Miséricorde consiste à verser des bénédictions abondantes et un amour abondant sur chacun. C’est ainsi que Dieu nous aime » !

Tags:
États-UnisReligieux
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement