Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Solange Pinilla : « Quand je sens que je vais m’énerver, je chante des chants de louange »

Solange Pinilla

© Anna Click

Solange Pinilla

Anna Ashkova - publié le 30/06/23 - mis à jour le 09/08/23

Fondatrice du magazine "Zélie", un magazine numérique, féminin et chrétien, Solange Pinilla, 33 ans, se livre à Aleteia sur sa vie d’épouse et de mère. Elle a trois enfants âgés de 8, 6 et 2 ans. Un quotidien dans lequel ses lectrices se reconnaîtront.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Aleteia : Pourquoi avoir voulu accompagner des femmes à travers un média ? Quelles sont leurs besoins selon vous ? 
Solange Pinilla : Je n’arrivais pas à trouver de magazine féminin qui me convienne. Il manquait souvent une dimension chrétienne. Étant diplômée en journalisme, je me suis dit que je pourrais en créer un. Chez les femmes, je vois souvent le besoin d’être accompagnée pour déployer ses talents, pour se ressourcer, un défi quand on est femme et maman. Moi-même, j’ai du mal à le faire. 

Avez-vous le sentiment d’avoir ces mêmes besoins ?
Chaque femme est unique et a son propre caractère. Personnellement, j’ai besoin de solitude, j’ai un caractère solitaire, ce qui n’est pas facile à combiner avec la vie de maman. Cependant, je remercie Dieu d’avoir des enfants, c’est un don précieux. J’ai également besoin de nourriture intellectuelle. Je lis beaucoup, entre six et sept livres par mois ; j’ai la chance que mon métier m’amène à le faire.  

Vous avez trois jeunes enfants, comment articulez-vous vos engagements et votre vie de maman ?
Je travaille pendant que mes enfants sont à l’école ou la crèche quatre jours par semaine. Et à partir de 16h, je m’occupe de mes enfants. Comme de nombreuses personnes qui sont à leur compte – même si Zélie a plusieurs collaborateurs -, il m’arrive aussi de travailler le soir. Bien sûr, ce n’est pas évident de décrocher du travail surtout quand je réfléchis aux sujets sur lesquels je travaille, mais mes enfants m’aident à avoir un rapport à mon entreprise relativement ajusté, à ne pas en faire un but en soi. 

Quel est le début d’une journée idéale pour vous ?
En me levant le matin, la première chose que je fais est de dire cette prière rapide et efficace : 

« Seigneur ouvre mes lèvres et ma bouche publiera ta louange. »

Idéalement, j’aime me lever avant les enfants, même s’ils se lèvent tôt. Et j’apprécie le fait de pouvoir prendre le petit déjeuner seule, en lisant un magazine ou un livre. 

Comment faites-vous pour vous ressourcer ? 
Après avoir déposé les enfants à l’école et à la crèche, je prends un temps de prière. Malheureusement, je ne le fais pas chaque jour. Je m’enrichis aussi spirituellement de livres. Récemment, j’ai lu un livre sur Claire de Castelbajac. J’aime aussi chanter des chants de louange, surtout pour désamorcer des moments d’énervement de maman. 

Mes enfants m’aident à avoir un rapport à mon entreprise relativement ajusté, à ne pas en faire un but en soi.

Je m’accorde aussi une journée mensuelle seule sans enfants. C’est ma journée de repos durant laquelle je fais des balades à travers Paris. 

Et votre mari, quelle place prend-il à vos côtés ? Comment restez-vous connectés l’un à l’autre ? 
Nous sommes mariés depuis dix ans. Quand je m’interroge sur les dons de Dieu dans ma vie, je me dis que c’était notre rencontre qui a conduit à ce mariage. Mon mari assure une présence aimante, il est mon meilleur soutien. À la naissance de notre premier enfant, j’ai découvert que le mariage est comme une plante. Si on ne l’arrose pas, elle s’étiole. Il y a eu chez nous une prise de conscience : il fallait œuvrer pour garder ce couple, et pour qu’il ne devienne pas un couple uniquement parental. Depuis, nous participons aux Équipes Notre-Dame. Cela nous aide dans notre vie de couple mais aussi dans notre vie spirituelle personnelle. 

Nous dînons en général en famille mais nous aimons aussi ce que nous appelons nos « dîners Picard », en amoureux. Un repas déjà cuisiné que nous partageons une fois les enfants couchés. Cela évite d’aller au restaurant, car c’est un budget, surtout si on ajoute le baby-sitting. Nous sommes conscients que c’est toujours un défi d’entretenir la relation. Il ne faut pas croire que tout est toujours fluide, il faut sans cesse se réajuster.  

Quels saints vous aident dans votre quotidien de mère et d’épouse ?
Sainte Zélie dont je me suis inspirée pour choisir le nom du magazine. Elle était une épouse, une mère mais aussi une chef d’entreprise. Dentellière, elle a connu des hauts et des bas dans son affaire. En tant que mère et épouse, elle avait aussi des soucis de parentalité. Quand j’ai des problèmes en lien avec la maternité, je n’hésite pas à l’invoquer. Par exemple, quand un de mes enfants se réveille la nuit et pleure, je me lève (ou c’est mon mari qui le fait) mais je prie aussi sainte Zélie pour qu’il se rendorme. 

Coin prière Solange Pinilla
Dans notre coin prière, nous avons les figurines de nos saints patrons.

Une prière qui vous aide, vous inspire, que vous aimez dire ? 
J’aime beaucoup le Magnificat : 

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Je pense que le fait de louer et être dans la gratitude peut aider dans les moments difficiles ou même dans la vie de tous les jours. C’est cette gratitude que j’inculque à mes enfants. À la maison, on fait un petit jeu que les enfants aiment bien : le jeu de pierres blanches et de pierres noires. Les premières sont des choses positives que nous avons eues dans la journée et les secondes sont des événements tristes ou énervants. Cela nourrit aussi l’échange en famille et aide tout le monde à prendre la parole. 

Pour finir, une citation qui vous inspire ?
« Amour et vérité se rencontrent » (Ps 84, 11). Je trouve que dans la vie les deux sont importants. L’amour sans la vérité, ce n’est pas de l’amour et cela manque de profondeur. Et la vérité sans l’amour est difficile à entendre. 

Tags:
louis et zelie martinMaternitéTravail
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement