Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 21 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Déterrer le passé pour mieux voir le présent

fouilles-saint-denis9.jpg

Emmanuelle Collado, Inrap

John Touhey - publié le 09/07/23

Alors qu’Indiana Jones part à la recherche du Cadran de la destinée, les chrétiens peuvent explorer les recherches et les découvertes des archéologues, en s’émerveillant de leur foi chrétienne vivante.

Le conseil est bien connu : il ne faut pas « déterrer le passé », il ne faut pas « vivre dans le passé ». D’une certaine manière, c’est un sage conseil : en effet, l’obsession des erreurs commises peut rendre aveugle au bien qui se trouve juste devant ses yeux. Pourtant, regarder le passé est parfois important pour ne pas répéter les mêmes erreurs. En effet, ceux qui ont cette connaissance bénéficient de la sagesse de ceux qui les ont précédés.

Dès ses débuts, le christianisme a été lié à des personnes, à des lieux et à des objets historiques. Au cours des premiers siècles qui ont suivi la mort et la résurrection du Christ, les pèlerins parcouraient déjà des milliers de kilomètres pour visiter les sites associés à la vie de Jésus sur terre. Ils voulaient se sentir proches de Lui et grandir en sainteté en marchant sur ses pas.

À la recherche de Jésus et de ses disciples

Les chrétiens ont toujours compris l’importance de découvrir et de préserver leur passé. Pour cela, depuis des centaines d’années, des fouilles sont menées là où ont vécu le Messie, et ses disciples, et des découvertes passionnantes continuent d’être faites.

Ainsi, au début du IVe siècle, sainte Hélène s’était rendue à Jérusalem pour chercher la vraie croix de Jésus. De même, au Moyen-âge, plusieurs villes ont prétendu avoir déterré le Saint Graal. Dans la même idée, à la fin du XVIe siècle, l’explorateur Antonio Bossio, adepte de saint Philippe Néri, a mené une exploration approfondie des catacombes romaines. Aujourd’hui encore, au milieu du XXe siècle, d’autres fouilles ont eu lieu à la recherche des ossements de saint Pierre. Pourquoi tout cet enthousiasme pour l’archéologie ? Pourquoi cet engouement pour ce qui est du passé ?

Lors d’une brève fouille à l’église du Saint-Sépulcre en 2016, le père David Grier, l’un des gardiens du site, a déclaré à CBS News : « Ce qui s’est passé ici il y a 2.000 ans a complètement changé l’histoire du monde. Pouvoir creuser, disons, jusqu’au rocher où le corps de Jésus a été déposé, c’est une joie irrépressible ».

En touchant le rocher où reposait le corps de Jésus avant la résurrection, les croyants ne peuvent qu’être frappés et remplis de joie par la prise de conscience que le Dieu vivant a vraiment marché parmi les hommes. En lisant des articles sur les catacombes ou en explorant les vestiges d’un monastère médiéval, les croyants ne peuvent qu’être émerveillés de voir comment la foi chrétienne a résisté aux persécutions et aux bouleversements. Avoir la possibilité de voir ces éléments du passé qui subsistent, c’est avoir un élément solide pour croire que Jésus est réellement présent aujourd’hui, tout comme il y a 2.000 ans.

Tags:
Archéologie
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement