Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 avril |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Irak : privé de reconnaissance officielle, le cardinal Sako annonce quitter Bagdad

Chaldean Patriarch Louis Raphael Sako

Marwan IBRAHIM | AFP

Cardinal Louis Raphaël Sako, patriarche de l'Eglise catholique chaldéenne.

Mathilde de Robien - publié le 16/07/23

Dans un communiqué publié ce samedi 15 juillet, le cardinal Louis Sako, patriarche de l’Église catholique chaldéenne, a annoncé quitter la capitale irakienne pour le Kurdistan en raison des persécutions menées à son encontre et à celle de sa communauté.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Il y a tout juste un an, lors de l’ouverture du synode annuel des évêques chaldéens, le 21 août dernier, à Bagdad, le cardinal Louis Sako avait pointé la nécessité d’un changement des mentalités et du « système national » de son pays, où « l’héritage islamique a fait des chrétiens des citoyens de seconde zone et permet l’usurpation de leurs biens ». Un changement que le Pape François avait déjà appelé de ses vœux en mars 2021, lors de son voyage dans le pays.

Mais les récents événements qui se sont déroulés depuis le mois de mai en Irak montrent combien la communauté catholique chaldéenne, qui compte environ 400.000 fidèles, est de nouveau dangereusement menacée. Des persécutions qui ne viennent plus de l’État islamique mais du gouvernement irakien lui-même.

Début mai, le chef de l’Église chaldéenne, créé cardinal par le Pape en 2018, s’est retrouvé au centre d’une campagne médiatique acharnée, suite à ses déclarations critiques sur la représentation politique de la minorité chrétienne d’Irak. Le patriarche Sako avait critiqué le fait que les partis politiques majoritaires occupaient au Parlement des sièges réservés selon la loi aux composantes minoritaires de la population, dont les chrétiens.

Le 3 juillet dernier, le président irakien Abdel Latif Rashid a révoqué le décret de reconnaissance légale du patriarche des Chaldéens, le cardinal Louis Raphaël Sako, au prétexte qu’il n’était pas conforme à la Constitution. Ce décret présidentiel désignait le cardinal Sako comme patriarche de l’Église chaldéenne et lui reconnaissait le pouvoir d’administrer les biens de son Église. La révocation de ce décret, émis par l’ancien président Jalal Talabani le 11 juillet 2013, lui fait perdre également son immunité en tant que chef religieux.

Selon le media kurde Rudaw, cette décision du président irakien est intervenue après que ce dernier ait rencontré Rayan al-Kaldani, le chef du Mouvement de Babylone, un parti politique dotée d’une milice « les Brigades de Babylone », se revendiquant comme chrétien mais affilié en réalité aux Forces de mobilisation populaire pro-iraniennes (PMF) et au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Le but d’Al-Kaldani serait d’écarter le patriarcat chaldéen pour endosser le rôle de représentant des chrétiens dans le pays. 

Tollé national

La présidence irakienne, dans un communiqué publié mercredi 12 juillet, a défendu sa décision de révoquer le décret présidentiel, affirmant qu’il n’avait aucun fondement dans la Constitution sous prétexte que les décrets présidentiels ne sont publiés que pour ceux qui travaillent dans des institutions gouvernementales ou des ministères. « Une institution religieuse n’est pas considérée comme une institution gouvernementale, le clerc responsable n’est pas considéré comme un employé de l’État », énonce le communiqué. La présidence concède néanmoins que « le retrait du décret républicain ne porte pas atteinte au statut religieux ou juridique du cardinal Louis Raphaël Sako, puisqu’il est nommé à ce titre par le Vatican« .

Une décision qui a déclenché un tollé national de la part des membres et des dirigeants des différentes communautés religieuses, chrétiennes mais aussi sunnites, qui ont condamné la manœuvre du Président et qui l’ont décrite comme une attaque directe contre le cardinal Sako. Jeudi 13 juillet, les chrétiens de Mossoul et de la Vallée de Ninive ont organisé une manifestation à Karamles.

Le même jour, les chrétiens de la ville d’Ainkawa, un quartier à majorité chrétienne situé à l’extrémité nord de la ville d’Erbil, ont protesté devant la cathédrale Saint-Joseph contre la décision du président, qu’ils ont qualifiée de « violation claire et totale » contre leur communauté.

Réaction du cardinal Louis Sako

A la suite de la révocation du décret présidentiel et en raison de la pression orchestrée par les Brigades de Babylone, le cardinal Sako, alors qu’il était à Istanbul pour l’ordination d’un évêque chaldéen pour la Turquie, a annoncé ce samedi 15 juillet qu’il quittait Bagdad pour s’installer dans un monastère au Kurdistan. « J’ai décidé de me retirer de la résidence patriarcale de Bagdad pour l’un des monastères de la région du Kurdistan ». Il explique que sa décision est due à la campagne « intentionnelle et offensive » des Brigades de Babylone et à la révocation du décret présidentiel, qu’il a qualifié de « sans précédent » dans l’histoire de l’Irak. 

Des soutiens en nombre

Ce week-end, des messages de soutien ont afflué, en Irak, pour soutenir le cardinal. Le diocèse chaldéen d’Alqosh, village au nord de l’Irak, a appelé tous les fidèles à observer ce lundi 17 juillet « une journée de jeûne et prière pour la protection de l’Église ». Certaines communautés musulmanes se sont également manifestées. Le Comité des savants musulmans d’Irak, la plus haute autorité sunnite du pays, a exprimé sa solidarité avec le cardinal Louis Sako et a dénoncé l’attitude du Président de la République. La plus haute autorité chiite d’Irak, l’Ayatollah Ali Al Sistani, a lui aussi déclaré son soutien au patriarche chaldéen et espère son retour à son quartier général à Bagdad dès que possible.

Tags:
Chrétiens en IrakLouis Raphaël SakoPersécutions
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement