Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 18 juillet |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Haïti : une trêve négociée entre deux gangs grâce au père Tom Hagan

HAITI

Georges Harry Rouzier / Anadolu Agency via AFP

Port au Prince, juillet 2022.

Cécile Séveirac - publié le 17/07/23

Deux gangs ont décidé d'une trêve à Port-au-Prince (Haïti), où ils sévissent depuis environ trois ans. Ils ont signé mi-juillet un accord sous l'égide du père Tom Hagan, prêtre américain ayant dédié sa vie à la population haïtienne depuis 1997.

Simple accalmie ou pas définitif vers la paix ? À Haïti, deux gangs qui sévissent à Port-au-Prince, dans la banlieue de Cité Soleil, ont signé mi-juillet un accord dans lequel ils s’engagent devant Dieu à “travailler dur pour mettre fin à la violence et apporter la paix à tous les peuples.” Ce document, rédigé en créole et en anglais, a été négocié par un prêtre de nationalité américaine, le père Tom Hagan, âgé de 81 ans. Les signataires sont les quatre chefs de deux organisations criminelles majeures de Cité Soleil, le gang G-Pèp et le G-9 An Fanmi. Ce cessez-le-feu a ainsi conduit au démantèlement d’un mur séparant les territoires rivaux après au moins trois années d’affrontements meurtriers.

“Ils ne disent pas qu’ils vont déposer les armes mais ont déclaré vouloir œuvrer pour la paix et la sécurité dans le quartier”, précise le père Tom dans une interview au journal américain Miami Herald, le 16 juillet, avant d’ajouter que les habitants de Cité Soleil ont enfin pu sortir de chez eux sans avoir peur de prendre une balle perdue. “Les gens sont sortis de chez eux et il n’y a pas eu de tirs. Ils semblaient heureux. Cela leur a donné de l’espoir.”

Une vie au service d’Haïti

Fondateur de l’organisme “Hands Together” qui œuvre à l’éducation des enfants de Port-au-Prince, le père Tom vit sur place depuis 1997, où il a contribué à la construction d’écoles et de lycées, ainsi que d’une clinique. À Haïti, la population déjà confrontée à une grande pauvreté fait face à une véritable flambée des violences depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse, en 2021. Une descente aux enfers comprenant rixes entre gangs, assassinats, viols et enlèvements. L’Église catholique locale est en première ligne afin d’offrir aux civils un soutien aussi bien matériel que spirituel.

Tags:
haitiviolence
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement