Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 18 mai |
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

Tous les Français connaissent ce chant… et c’est un prêtre qui l’a écrit !

Chant, chanter, scout, scoutisme

Pascal Deloche / GODONG

La rédaction d'Aleteia - publié le 21/07/23 - mis à jour le 08/08/23

Vous connaissez certainement cette mélodie joyeuse qui permet d'adoucir les séparations et promet de belles retrouvailles : le "Chant des adieux" aussi connu sous le nom "Ce n'est qu'un au-revoir" est devenu populaire. Mais l'origine des paroles est peu connue. Issu d'une ballade écossaise, il a été écrit en français par le père Jacques Sevin.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Tout le monde l’a déjà fredonné, siffloté ou tout simplement entendu, et il égaie bien souvent la fin des camps scouts avec sa promesse de retrouvailles prochaines. « Le Chant des Adieux » est mondialement connu et interprété dans plusieurs centaines de langues. Il est issu d’une ballade traditionnelle écossaise appelée « Auld Lang Syne » et composée en 1788 par le poète Robert Burns, dont la renommée en Écosse est telle qu’il y est surnommé « le fils préféré de l’Écosse ».

Mais si l’on peut aujourd’hui le chanter en français, c’est parce que le père Jacques Sevin en a écrit les paroles, en 1920. Ce prêtre jésuite a dédié sa vie à Dieu à travers l’éducation des jeunes et le scoutisme, qu’il importe en France après avoir rencontre Baden-Powell en 1913, avec son livre « Le Scoutisme, Études et Applications ». « Jacques Sevin a permis d’élaborer une pédagogie basée sur les valeurs évangéliques, où chaque jeune est conduit à s’épanouir et à développer sa personnalité en faisant fructifier les talents qu’il porte en lui « , avait notamment déclaré Jean Paul II dans une lettre apostolique en 1998. Il crée également une congrégation religieuse en 1944, à la fois contemplative et missionnaire : la congrégation de la Sainte-Croix de Jérusalem. Déclaré vénérable en 2012, il est fêté le 19 juillet, date à laquelle il meurt, après la messe, tenant un crucifix. Il s’écriait alors : « Lui, c’est mon compagnon ! »

Redécouvrez les paroles de ce chant joyeux :

Premier couplet :

Faut-il nous quitter sans espoir,
Sans espoir de retour,
Faut-il nous quitter sans espoir
De nous revoir un jour

Refrain :

Ce n’est qu’un au revoir, mes frères
Ce n’est qu’un au revoir
Oui, nous nous reverrons, mes frères,
Ce n’est qu’un au revoir

Deuxième couplet :

Formons de nos mains qui s’enlacent
Au déclin de ce jour,
Formons de nos mains qui s’enlacent
Une chaîne d’amour.

Tags:
MusiqueScoutisme
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement