Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 25 juin |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Le DPI pour réduire les dépenses de santé ?

IN VITRO

bezikus | Shutterstock

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 26/07/23

Sous prétexte de prévenir des pathologies, le diagnostic préimplantatoire (DPI) se présente désormais ouvertement, grâce à la suppression des embryons malades, comme un outil économique avantageux.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Des chercheurs de l’université de Stanford ont récemment évalué la rentabilité du recours à la fécondation in vitro accompagné d’un diagnostic préimplantatoire (DPI). Selon eux, une telle combinaison « permettrait de réduire considérablement les dépenses de santé », rapporte le Stanford medicine dans un article publié début juillet. Et l’article montre comment le DPI est désormais utilisé pour dépister les « anomalies monogéniques » qui peuvent conduire à la mucoviscidose, la drépanocytose, la maladie de Tay-Sachs, ou encore « près de 400 autres maladies ».

Une évaluation « coût bénéfice »

Les chercheurs ont entrepris d’en démontrer le bénéfice économique, car le DPI pratiqué dans le cadre d’une fécondation in vitro « offrirait aux organismes d’assurance une opération économique par rapport aux coûts des soins à vie » qui doivent être prodigués aux patients atteints de ce type de maladie. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Health Affairs

À titre d’exemple, ils ont évalué les économies réalisées pour la maladie monogénique la plus courante : la drépanocytose, une maladie génétique héréditaire touchant les globules rouges. Cette pathologie touche près de 100.000 Américains par an. Les soins qu’elle entraîne (transfusions, médicaments, hospitalisations) génèrent un « surcoût annuel » de 6.636 à 63.436 dollars par rapport à une personne non atteinte de drépanocytose, ont estimé les chercheurs. Le coût moyen s’élève à 602.000 dollars au cours de la vie, et pourrait monter jusqu’à 1,7 million de dollars. Du côté des traitements, les prix s’envolent également : entre 150.000 et 250.000 dollars par patient pour une greffe de cellules souches hématopoïétiques (de la moelle osseuse), plus d’un million de dollars pour les thérapies géniques en cours de développement.

Face à ces montants, les chercheurs mettent en balance celui du diagnostic préimplantatoire : de 15.000 à 25.000 dollars. « Nous avons essayé de montrer qu’il y a un argument économique à investir tôt, en évitant l’incidence de la drépanocytose », argumente Aadit Shah, étudiant en médecine à Stanford et coauteur de l’étude.

L’abandon du soin 

Pour éradiquer la maladie, le choix est en fait de supprimer l’embryon malade. In vitro, le procédé semble moins douloureux et se pare d’un beau discours. « Nous avons la capacité de prévenir ces maladies grâce aux progrès des tests de diagnostic génétique prénatal combinés à la FIV », espère faire croire le docteur Kevin Schulman, directeur du Centre de recherche sur l’excellence clinique à Stanford Medicine.

Aux États-Unis, le programme public d’assurance-maladie Medicaid prend en charge la moitié des patients atteints de drépanocytose, indiquent les chercheurs, « de sorte que le public supporte une grande partie du fardeau financier d’un traitement coûteux à vie pour plus de 55.000 nouveaux patients par an ». L’argument économique déployé pour le début de la vie pourrait bien l’être à la fin également. « On sait que les six derniers mois de la vie, c’est ce qui coûte le plus cher », avait rappelé le Dr Claire Fourcade, présidente de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs aux conventionnels. De la solidarité ou la rentabilité, laquelle pèsera le plus lourd dans la balance ?

Tags:
BioéthiqueSantésciences
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement