Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 22 mai |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Anthony et Anne-Laure, pèlerins infatigables, pionniers de la Via Ligeria

Anthony Grouard et Anne-Laure Timmel

Avec l'autorisation d'Anthony Grouard et d'Anne-Laure Timmel.

Anthony Grouard et Anne-Laure Timmel, fondateurs des "Haltes pèlerines en Loire-Atlantique et Via Ligeria".

Mathilde de Robien - publié le 29/07/23

Anthony Grouard et Anne-Laure Timmel, pèlerins zélés et passionnés, mettent leur expérience au service de tous ceux qui souhaitent prendre la route dans la région nantaise.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Pas encore de plan bien établi pour les vacances ? Pourquoi ne pas vous lancer sur les chemins ? Si vous êtes dans la région de Nantes, aucune excuse ! Les haltes pèlerines en Loire-Atlantique et Via Ligeria vous ont mâché le travail. Fondée en 2020 par deux amoureux des chemins, Anthony Grouard et Anne-Laure Timmel, l’association, qui regroupe aujourd’hui plus de 250 membres, balise les sentiers, donne des conseils et propose des listes d’hébergement aux pèlerins. Elle promeut ainsi quatre chemins de pèlerinage en Loire Atlantique : de Clisson au Mont-Saint-Michel, de Nantes à Rome (Via Ligeria), de Nantes à Saint Jacques de Compostelle (par la côte) et enfin, faisable sur un week-end, de Nantes vers Saint Philbert de Grand Lieu, ancien lieu de pèlerinage qui aboutit sur une magnifique abbatiale carolingienne.

« Allez-y, mettez-vous en route ! », engage, enthousiaste, Anthony Grouard. 50 ans, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur à Nantes, ce pèlerin aguerri a fait sept fois Saint Jacques de Compostelle et ne compte pas en rester là. Anne-Laure Timmel, 53 ans, sa fidèle compagne « dans la vie comme sur les chemins », est médecin dans un hôpital vendéen. Tous deux n’ont qu’un désir : transmettre leur passion des pèlerinages, témoigner de leur foi, initier des rencontres, tout ceci dans un esprit fraternel et spirituel. « Attention, ce n’est pas de la rando ! On ne marche pas vers « Jacques de Compostelle » ou vers Rome mais vers Saint-Jacques de Compostelle et vers Saint-Pierre de Rome, des lieux saints et sacrés ! », souligne Anthony Grouard, qui revient tout juste de Rocamadour.

Lui qui se rangeait dans la catégorie des « cathos tièdes » s’en défend désormais : « Je ne suis plus un tiède ! », s’exclame-t-il. « Avant j’étais catholique mais pas très pratiquant, mais à force de marcher de cathédrales en basiliques, de sanctuaires en prieurés, cela renforce la foi ».

La Via Ligeria, un nouvel itinéraire de référence vers Rome

Ce qui occupe grandement Anthony Grouard et Anne-Laure Timmel, c’est la Via Ligeria, une voie de raccordement de 800 km ralliant Nantes à Besançon pour rejoindre la Via Francigena. Un défi que le couple s’est lancé en 2020, tandis qu’il souhaitait marcher vers Saint-Pierre de Rome depuis chez eux. En pleine période de confinement, les valeureux pèlerins ont commencé à tracer sur le papier leur trajet, en s’appuyant notamment sur le cours de la Loire puis du Cher, avant de le tester grandeur nature.

Leur projet a été soutenu par les associations pèlerines concernées par ce nouvel itinéraire. La Fédération française de la Via francigena (FFVF) et les associations jacquaires les ont notamment aidés à déterminer le tracé le plus adapté, à trouver des hébergements et à entrer en contact avec les communes et les paroisses traversées. « Nous avons été épaulés par le diocèse et par les paroisses, qui tout de suite ont été partie prenante de notre projet, mais aussi par les communes. Elles nous ont aidés à mettre des bancs pour les pèlerins, des bornes, des panneaux… Quelle joie de voir une petite commune installer une borne avec notre logo représentant les clés de Saint Pierre ! », confie Anthony Grouard.

via ligeria
Borne sur la Via Ligeria.

Autre soutien, et pas des moindres : le pape François. Le couple l’a rencontré à Rome le 9 novembre 2022 à l’issue d’une audience. Ils lui ont présenté le logo de l’association ainsi que l’itinéraire. François a béni leur projet. « Une reconnaissance incroyable ! », se souvient-il.

Les haltes pèlerines en Loire-Atlantique & Via Ligeria
Rencontre avec le Pape le 9 novembre 2022.

Un réel intérêt pour les chemins de pèlerinage

Depuis son lancement en 2022, déjà 150 pèlerins ont emprunté la Via Ligeria. « Nous sommes persuadés que ça bouillonne ! », confie Anthony Grouard. « Nous avons déjà reçu beaucoup de premiers contacts pour 2024, les personnes sont demandeuses, soit pour faire l’expérience d’un premier chemin, pas trop loin de chez eux, soit pour découvrir un itinéraire autre que celui de Saint Jacques de Compostelle, très pratiqué. »

via ligeria
Circuit de la Via Ligeria.

Preuve que les grands pèlerinages plaisent : le succès du premier « Forum nantais des chemins » qui s’est tenu en mars dernier et a attiré plus de mille personnes. Un événement rassemblant une trentaine d’associations pèlerines qui ont fait découvrir au public leurs activités et les chemins dont elles s’occupent. « Nous avons senti un réel intérêt pour la Via Ligeria, les pèlerins ont envie d’autres horizons et celui proposé par la Via Ligeria est magnifique. De Nantes à Rome, c’est 2100 km qui traversent des lieux majeurs de la chrétienté – Tours, Bourges, Vézelay… – et des paysages incroyables avec la traversée du Jura, des Alpes puis de l’Italie… »

Sur le chemin, Anthony Grouard note même la présence de pèlerins étrangers, qui viennent de loin pour commencer la Via Ligeria depuis Nantes. Des signes encourageants pour le couple qui aspire à ce que leur projet devienne un « itinéraire de référence » dans l’Ouest de la France. Anthony a déjà en tête le jubilé de Rome en 2025 : une belle occasion de prendre la route ! (NB : Comptez bien trois mois et demi pour faire Nantes-Rome à pied !)

Tags:
nantesPèlerinageRome
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement