Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 18 mai |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Le pape François annonce une suite à son encyclique Laudato si’

POPE FRANCIS GENERAL AUDIENCE

Antoine Mekary | ALETEIA | I.MEDIA

I.Media - publié le 21/08/23

Le pape François a annoncé ce lundi 21 août qu’il était en train d’écrire une "deuxième partie" à l’encyclique Laudato si’ publiée en 2015 et consacrée à l'écologie intégrale.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Le pape François a annoncé qu’il était en train d’écrire une « deuxième partie » à l’encyclique Laudato si’ publiée en 2015, en recevant une délégation d’avocats de pays membres du Conseil de l’Europe, le 21 août 2023, au Vatican. Sans donner plus de détails sur le format de ce document, le pontife de 86 ans a précisé qu’il s’agissait d’une mise à jour prenant en compte « les problèmes actuels ».

En plein mois d’août, le Pape a reçu au Vatican des avocats européens de 25 pays qui ont signé l’Appel de Vienne le 11 juin 2022, s’engageant en faveur de l’État de droit et de l’indépendance de la justice. Dans son discours, François a particulièrement salué leur engagement « à participer à l’élaboration d’un cadre normatif en faveur de la protection de l’environnement ». Soulignant les « graves devoirs » de l’humanité appelée à laisser « un monde beau et vivable » aux jeunes générations, le Pape est sorti de son texte pour confier : « Je suis en train d’écrire une deuxième partie de Laudato si’ pour une mise à jour des problèmes actuels ». 

Le pontife argentin n’a pas donné davantage de détails sur cette suite de l’un des textes phares de son pontificat. L’encyclique Laudato si’, sur la sauvegarde de la Maison commune, datée du 24 mai 2015, est née dans le contexte des conférences des Nations Unies sur les changements climatiques.

Un écho retentissant

Le pape François a souvent raconté la genèse de ce texte dont il avait parlé avec Ségolène Royal, alors ministre française de la transition écologique, lors de sa visite à Strasbourg en 2014. « Elle m’a dit qu’elle avait entendu que j’étais en train d’écrire quelque chose sur l’environnement. Je lui ai répondu que oui, que je réfléchissais avec un groupe de scientifiques et aussi avec un groupe de théologiens. Et elle m’a dit cela : “S’il vous plaît, publiez-le avant la Conférence de Paris” », narrait le Pape en juin dernier. 

Rarement une encyclique n’a eu un tel écho, jusque dans des milieux éloignés du catholicisme mais préoccupés par l’urgence du réchauffement climatique. Au moment de sa publication, des dizaines de chefs d’État ont salué les prises de position du chef de l’Église catholique. 

Si Laudato si’ n’était pas la première encyclique à « s’inquiéter du problème », elle était la première « à prendre pour seul sujet l’écologie », souligne le dominicain Thomas Michelet, dans l’ouvrage Les papes et l’écologie (Artège, 2016). François s’est lui-même défendu d’avoir écrit une encyclique « verte », lui préférant le terme d’«encyclique sociale ». Au-delà du militantisme écologique, c’est d’abord une conversion personnelle à laquelle y appelle le pontife, pour qui la crise environnementale est inséparable d’une crise humaine. 

Défense du secret professionnel

Dans son discours devant les avocats du Vieux continent, le Pape a également défendu le « principe fondamental du secret professionnel » dont ses hôtes regrettent « la violation dans plusieurs États membres ». « Je comprends et partage votre préoccupation », leur a dit le pontife. « C’est très important, dans l’Église nous avons le secret de la confession », a-t-il alors glissé en sortant à nouveau de son texte. 

Le pape François a plaidé pour « des espaces de confiance où les personnes puissent s’exprimer et déposer leur fardeau ». Ces derniers temps, plusieurs pays, comme le Royaume-Uni, le Portugal ou encore l’Australie, ont remis en question le secret de la confession dans le cas d’abus sexuels perpétrés sur des enfants. 

Dans son discours, le pape a par ailleurs improvisé quelques mots en français, suggérant aux avocats d’ «augmenter » la composante féminine de leur groupe. Il a déploré dans les sociétés « une revendication toujours plus grande de droits individualistes » et « une conception erronée de la nature et de la personne humaines […] qui ouvre peu à peu à de graves abus sous couvert de bien ». 

Découvrez aussi les phrases fortes du pape François sur l’environnement :

Tags:
Laudato siPape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement