Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 21 février |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Le véritable ennemi, c’est la peur

ROBERT-SPAEMANN

Markus C. Hurek / DPA / dpa Picture-Alliance

Robert Spaemann.

Jeanne Larghero - publié le 29/09/23

Face aux détresse humaines, le véritable ennemi est la peur, explique la philosophe Jeanne Larghero. Elle évoque les souvenirs du jeune adolescent que fut le philosophe catholique allemand Robert Spaemann, marqué durant la guerre par l’exemple d’hommes courageux.

« J’ai eu tellement honte que je n’ai pu effacer cet épisode de ma mémoire. » De quel épisode s’agit-il ? D’un souvenir de jeunesse, celui qu’évoquait il y a quelques années le philosophe allemand Robert Spaemann (1927-2018) (Nul ne peut servir deux maîtres, 2012). Alors âgé de 15 ans, lycéen à Cologne, il voit un vieux monsieur portant une étoile juive se faire chasser de sa place dans le tramway : « Vous les juifs, laissez la place aux autres. » Le jeune garçon voit immédiatement que l’action qui s’impose à lui est de laisser sa place au vieil homme, cependant la peur des nazis circulant dans la rue est telle qu’elle le laisse cloué sur son siège. 

Mais à partir de ce moment, sa fureur contre la peur qui l’avait paralysée fut telle, qu’il ne se donna plus de repos tant qu’il n’aurait pas découvert et compris ce qui se passait avec les juifs qui étaient déportés. Ce fut le début de son engagement politique. Quelques temps plus tard, il dessine sur un mur du lycée une grande caricature d’Hitler soulignée d’une apostrophe : « Au fossoyeur de l’Allemagne ».

« Je dois parler »

La directrice nationale-socialiste de l’école de filles décide de faire venir la Gestapo sur le champ pour mener l’enquête. Mais le directeur, quoique membre du parti, s’empresse d’effacer le dessin pour protéger le jeune garçon. La directrice s’en aperçoit, et exprime son mécontentement : « Comment désormais trouver l’auteur du crime ? » Le directeur répondit : « Il s’agissait d’une propagande anti national-socialiste. Nos élèves ne doivent pas voir cela. Cela devait être enlevé immédiatement. » C’est ainsi que le jeune Spaemann eut la vie sauve. 

Il fut aussi extrêmement marqué par la figure de l’évêque de Münster, Mgr von Galen, qui durant toute la guerre s’éleva contre les crimes commis par les nazis. Celui-ci, sachant qu’il encourait arrestation et exécution affirmait : « Je suis évêque et je dois parler. » Devant la propagande allemande appelant à la destruction des villes ennemies, il lance :

On ne console pas une mère allemande qui a perdu son enfant en déclarant que l’on va tuer l’enfant d’une mère anglaise.

Des années après, on retiendra que face à la détresse humaine, où qu’elle se trouve, dans le nord de l’Europe comme autour de la Méditerranée, le véritable ennemi est la peur. Peur pour soi, peur pour les siens. On se souviendra d’un jeune garçon qui s’est juré de ne plus avoir peur. D’un directeur qui a surmonté sa peur des partis. D’un évêque qui n’a pas craint de se voir reprocher de ne rien comprendre à la politique.

Conseils de grands saints pour ne pas avoir peur

Tags:
peurSeconde Guerre mondiale
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement