Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 17 avril |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

La coupe du monde de rugby, une fête en trompe-l’œil ?

ANTOINE-DUPONT-RUGBY-AFP-000_33VZ9MW.jpg

ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Le capitaine de l'équipe de France Antoine Dupont lors du match contre la Namibie le 21 septembre 2023.

François Morinière - publié le 02/10/23

La Coupe du monde de rugby qui se joue en France va-t-elle changer la place de ce sport dans le monde ? Rien n’indique pour l’instant que l’on prenne la voie des changements nécessaires pour populariser le rugby et pour mieux protéger les joueurs, estime notre chroniqueur François Morinière.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Après trois semaines de compétition, on peut déjà tirer un certain nombre d’enseignements de la dixième Coupe du monde de rugby qui se déroule en France. Le public est très présent même pour des matchs de niveau secondaire, et l’organisation fonctionne bien malgré des difficultés persistantes pour entrer et sortir des stades. Les trois nations favorites sont au niveau des attentes : l’Afrique du Sud, l’Irlande et la France ont montré de très belles dispositions. Mais les leçons sont sans doute ailleurs.

Les mêmes autour de la table

Comme évoqué lors d’une précédente chronique, le fossé va grandissant entre les dix grandes nations, et les dix autres qui sont incapables de rivaliser au même niveau. Le constat était du même ordre par le passé, mais il va s’aggravant. Le rugby est en train de rater son développement mondial et la Fédération internationale pêche par un manque de vision sur le sujet. Même si elle a décidé d’assouplir les règles permettant à des joueurs d’être sélectionnés par deux pays au cours de leur carrière, on est très loin du compte. Sans décision radicale d’investissement profond pour développer le rugby dans de nouvelles terres, le futur continuera de se jouer autour des mêmes à la table du banquet qui est bien étroite quand on le compare au football, au basket, au handball et même au volley-ball.

Il est temps de modifier rapidement les règles pour garantir une meilleure protection des joueurs.

L’autre sujet qui continue d’inquiéter le monde du rugby, c’est celui de la santé des joueurs. Tout le monde a suivi la blessure de l’emblématique capitaine de l’équipe de France Antoine Dupont, victime d’une fracture de la mâchoire après un plaquage très dangereux d’un joueur de la Namibie. Il semble que la guérison avance bien et tout le monde espère le retour de notre jeune prodige pour le quart de finale du 15 octobre prochain. On nous dit que les médecins donneront leur avis bien sûr, mais la motivation est extrême chez le joueur comme chez les entraîneurs pour que Dupont soit titulaire, en espérant qu’il ne soit pas à nouveau blessé au même endroit. 

Les limites du raisonnable pour la santé des joueurs

Il y a quelques jours, un des sommets de la compétition a opposé les Sud-africains aux Irlandais, et on a vu un niveau d’engagement physique sans précédent avec une violence souvent à la limite, sans pour autant qu’elle fût sanctionnée ou qu’un joueur eût été blessé. Et c’est bien là que le bât blesse. Car le règlement actuel permet ce niveau de défi physique et nous atteignons les limites du raisonnable pour la santé des joueurs. Elles semblent même déjà dépassées depuis un moment, tant on voit la multiplication de cas de troubles cérébraux irréversibles chez d’anciens joueurs, notamment ceux des lignes avants. Le silence est rompu et les témoignages s’enchaînent, tous plus glaçants les uns que les autres. 

La vieille maxime qui réclame du pain et des jeux est éternelle, et ces furieux combats créent certes un grand enthousiasme auprès du public, mais il est temps de modifier rapidement les règles pour garantir une meilleure protection des joueurs. Ceux qui ont pris courageusement cette route ne l’ont jamais regretté, notamment Jean Todt, qui a tant œuvré pour rendre la Formule 1 beaucoup plus sûre, sans que le spectacle en ait été aseptisé bien au contraire. Une commotion cérébrale est certes moins impressionnante qu’un pilote carbonisé dans une voiture, mais nos joueurs si formidables méritent de pouvoir exercer leur métier et étaler tout leur talent sans courir de tels risques. Le rugby qui se targue constamment de ses fameuses « valeurs » doit rapidement balayer devant sa porte sur ce sujet capital.

Tags:
engagementrugby
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement