Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 29 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Le « mot du soir », ce puissant rituel hérité de Don Bosco

BEDTIME

Rido | Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 07/10/23

Encore aujourd’hui, dans les maisons salésiennes, on pratique le "mot du soir". Une tradition qui remonte à don Bosco, tirée de l’exemple de sa mère et à laquelle lui-même s’employait avec les jeunes qu’il éduquait.

Une astuce salésienne pour faire grandir les enfants et les jeunes. Le « mot du soir » n’est autre qu’une allocution, très courte, faite après la prière, juste avant le coucher, invitant à relire un événement de la journée. « Un petit mot bref, six minutes maximum », précise le père Jean-Marie Petitclerc, prêtre salésien et éducateur spécialisé, coordinateur du réseau Don Bosco Action sociale. Un rituel qu’il met en pratique quand il accompagne des camps de jeunes. « J’invite le jeune à relire un événement de sa journée, bon ou mauvais, pour s’émerveiller ou au contraire s’interroger. » Une manière de prendre le temps de s’arrêter sur ce qui a été vécu, d’inscrire tel ou tel événement comme des « petits cailloux dans la mémoire ».

Si l’enfant, ou le jeune, ne sait pas quoi retenir, on peut l’aider en lui posant des questions : « Qu’est-ce qui aujourd’hui t’a rendu heureux ? Malheureux ? Que penses-tu de tel incident ? Qu’est-ce que cela t’a appris ? » Dans les maisons salésiennes, l’éducateur peut proposer de lui-même un sujet comme l’utilisation du téléphone portable dans la communauté par exemple.

L’origine toute maternelle du « mot du soir »

Un rituel qui s’applique parfaitement à la vie de famille. C’est d’ailleurs dans la famille de don Bosco que cette pratique a vu le jour, lorsque naturellement la mère de don Bosco, Marguerite Occhiena appelée aussi « Maman Marguerite », invitait ses enfants à réfléchir, le soir, sur les faits et gestes de leur journée. Elle les habituait ainsi à la réflexion sur leurs actions. « Maman Marguerite » faisait de même avec les orphelins que Don Bosco accueillait sous son toit. Lorsqu’un jeune orphelin frappa à leur porte un soir de pluie en mai 1847 – il sera le tout premier interne de l’Oratoire – elle lui offrit un repas et un lit, et tout en le bordant, lui souffla à l’oreille quelques mots sur l’honnêteté. C’est ainsi qu’est né le premier vrai « mot du soir », repris ensuite par don Bosco et les maisons salésiennes.

Un accompagnement éducatif « distillé à doses homéopathiques », selon les termes de la pédagogie salésienne. Des paroles courtes, simples, qui incitent un jeune à donner du sens aux événements qui l’entourent, qu’ils soient plus ou moins proches de lui. Des mots doux, bienveillants, qui favorisent la construction de la personnalité, la croissance humaine et spirituelle, l’esprit de famille et une bonne qualité des relations.

Tags:
Don BoscoÉducationEnfantsSaint
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement