Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

La prière, un simple regard d’amour

WOMAN

By Antonio Guillem | Shutterstock

Jacques Gauthier - publié le 17/09/18 - mis à jour le 29/06/23

Dans son Histoire d’une âme, Thérèse de Lisieux définit ainsi la prière : « C’est un élan du cœur, c’est un simple regard jeté vers le Ciel, c’est un cri de reconnaissance et d’amour au sein de l’épreuve comme au sein de la joie ; enfin c’est quelque chose de grand, de surnaturel qui me dilate l’âme et m’unit à Jésus ». On peut dire la même chose de l’oraison chrétienne, qui est une forme de prière intérieure et silencieuse où l’on porte un simple regard d’amour vers le Christ qui nous aime.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Une relation de personne à personne

Comme toute relation de personne à personne, l’oraison est « une réalité simple et complexe, à la portée de tous », écrit Henri Caffarel au début des Cinq soirées sur la prière intérieure. Il suffit de s’arrêter, d’accueillir le moment présent comme une grâce, de s’asseoir en silence dans la confiance au Christ, de l’aimer et de se laisser aimer par lui, afin qu’il vive et agisse toujours plus en nous. C’est une question de foi vivante, nourrie par la méditation assidue des Écritures et l’amour du prochain. Nous fixons notre cœur en Dieu qui est présent en nous. Nous ne vivons plus par nous-mêmes, mais par le Christ qui prie et vit en nous.

Rien d’autre n’a d’importance, sinon cette volonté d’être là devant Dieu toujours présent. Ce temps gratuit de la prière lui appartient totalement. Il en fait ce qu’il veut. Nous nous exposons à son regard d’amour comme un enfant se sait aimé de sa mère :

« Je tiens mon âme égale et silencieuse ; mon âme est en moi comme un petit enfant contre sa mère » (Psaume 130, 2).

La vraie prière jaillit du cœur et elle monte en nous quand nous y mettons du temps. Elle est comme l’amour, que nous expérimentons jour après jour. Nous nous laissons rencontrer par le Dieu de tout amour pour aimer toujours plus ceux et celles qui nous entourent.

Des actes de foi, d’espérance et d’amour

L’attitude générale d’adoration et d’offrande est centrale dans l’oraison, plus que les techniques et les méthodes. Nous avons d’ailleurs à dépasser les méthodes pour trouver celle qui nous convient, qui nous fait espérer le Seigneur dans la foi et l’amour. N’est-ce pas le propre de l’amour que d’aspirer à l’union avec la personne qu’on aime ? Il en est de même avec le Christ qui nous aime et nous guérit de l’intérieur.

Il est bon, durant ce temps de prière, d’occuper notre esprit par des actes de foi, d’espérance et d’amour. Nous pouvons répéter le nom de Jésus, réciter de brèves invocations qui nous aident à demeurer branchés sur le Christ comme le sarment à la vigne : « Seigneur, je sais que tu m’aimes. Je désire m’unir à toi. Je veux ce que tu veux ».

L’oraison de simplicité

Ces courtes prières lancées comme des flèches vers Dieu peuvent nous conduire au silence de « l’oraison de simplicité ». Henri Caffarel évoque cette forme d’oraison dans son livre Présence à Dieu, en citant le père Jean-Nicolas Grou (1731-1803) :

« Au lieu de l’exercice compliqué et fatigant de la mémoire, de l’entendement et de la volonté, qui s’appliquent dans la méditation, tantôt à un sujet, tantôt à un autre, Dieu met souvent l’âme dans une oraison simple, où l’esprit n’a point d’autre objet qu’une vue générale de Dieu ; le cœur, point d’autre sentiment qu’un goût de Dieu, doux et paisible, qui la nourrit sans effort, comme le lait nourrit les enfants. L’âme aperçoit alors si peu ses opérations, tant elles sont subtiles et délicates, qu’il lui semble qu’elle est oisive, et plongée dans une espèce de sommeil. »

À la même époque, la mystique Jeanne Guyon (1648-1717) pratique elle aussi la prière de simplicité, appelée aussi prière de foi et de repos. Elle décrit concrètement cette forme de contemplation dans un ouvrage, petit par le format, mais grand par sa manière directe de conduire les âmes vers l’union divine : Moyen court et très facile de faire oraison et que tous peuvent pratiquer. Elle prend l’image du voilier pour montrer l’importance de demeurer dans la présence de Dieu en se laissant conduire par l’Esprit Saint: « Déployer ses voiles, c’est s’exposer devant Dieu dans une oraison de simplicité en n’étant mû que par son Esprit ». Ce livre de maturité, qui a nourri tant de « petites âmes », est édité dans une nouvelle traduction en français courant d’Élisabeth Lenert et Lucienne Potin : Méthode courte et très facile pour faire oraison(Artège). 

« Cette prière de simplicité nécessite au début, de se mettre en présence de Dieu par la foi. Recueillez-vous le temps qu’il faudra dans un silence rempli de respect. Si, dès le début de votre prière, vous goûtez à la présence de Dieu, demeurez-y tant que cela dure, sans chercher à passer à autre chose ou à méditer. Quand le sentiment de cette présence disparaît, ravivez-la avec amour par un acte de volonté. Aussitôt que vous sentez la flamme ravivée, la paix revenue, demeurez-y […] Veillez à toujours terminer votre temps de prière par un temps de silence respectueux » (p 27.) 

Madame Guyon insiste sur l’importance d’aller à l’oraison avec courage et un amour désintéressé, non pour jouir de la présence de Dieu, mais uniquement pour lui plaire et faire sa volonté. Que nous passions ce temps dans les sécheresses ou les consolations, l’important est d’être là pour Dieu seul. Comme disait Thérèse d’Avila, il ne s’agit pas de rechercher les grâces de Dieu dans l’oraison, mais le Dieu des grâces.

« Déployer ses voiles, c’est s’exposer devant Dieu »

À la même époque, la mystique Jeanne Guyon (1648-1717) pratique elle aussi la prière de simplicité, appelée aussi prière de foi et de repos. Elle décrit concrètement cette forme de contemplation dans un ouvrage, petit par le format, mais grand par sa manière directe de conduire les âmes vers l’union divine : Moyen court et très facile de faire oraison et que tous peuvent pratiquer.

Elle prend l’image du voilier pour montrer l’importance de demeurer dans la présence de Dieu en se laissant conduire par l’Esprit Saint: « Déployer ses voiles, c’est s’exposer devant Dieu dans une oraison de simplicité en n’étant mû que par son Esprit ». Ce livre de maturité, qui a nourri tant de « petites âmes », est édité dans une nouvelle traduction en français courant d’Élisabeth Lenert et Lucienne Potin : Méthode courte et très facile pour faire oraison(Artège). 

« Cette prière de simplicité nécessite au début, de se mettre en présence de Dieu par la foi. Recueillez-vous le temps qu’il faudra dans un silence rempli de respect. Si, dès le début de votre prière, vous goûtez à la présence de Dieu, demeurez-y tant que cela dure, sans chercher à passer à autre chose ou à méditer. Quand le sentiment de cette présence disparaît, ravivez-la avec amour par un acte de volonté. Aussitôt que vous sentez la flamme ravivée, la paix revenue, demeurez-y […] Veillez à toujours terminer votre temps de prière par un temps de silence respectueux » (p 27.) 

Madame Guyon insiste sur l’importance d’aller à l’oraison avec courage et un amour désintéressé, non pour jouir de la présence de Dieu, mais uniquement pour lui plaire et faire sa volonté. Que nous passions ce temps dans les sécheresses ou les consolations, l’important est d’être là pour Dieu seul. Comme disait Thérèse d’Avila, il ne s’agit pas de rechercher les grâces de Dieu dans l’oraison, mais le Dieu des grâces.

Article tiré du blog de Jacques Gauthier.

Oraison : les sept choses à faire pour réussir sa prière

Tags:
Prière
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement