Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 07 décembre |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

L’Église « ne doit pas confondre la crise avec le conflit », affirme le Pape

Pope Francis

Antoine Mekary | ALETEIA | I.MEDIA

I.Media - publié le 22/12/20

Lors de ses traditionnels voeux, le pape François a invité la Cure romaine à "entrer dans la crise" qui ne doit pas être confondue avec le conflit. Contrairement au conflit, la crise est "ce tamis qui nettoie le grain de blé après la moisson".

Il ne faut pas « lire l’Église selon les catégories du conflit – droite et gauche, progressistes et traditionalistes », a déclaré le pape François à l’occasion de ses vœux à la Curie romaine, prononcés le 21 décembre 2020. Face aux divisions actuelles, l’Église doit « entrer dans la crise » mais « ne pas confondre la crise avec le conflit », a-t-il expliqué.

Comme le veut la tradition, le pontife a exprimé ses vœux devant la Curie romaine dans l’Aula de la Bénédiction, du Palais apostolique, au Vatican et non pas en salle Paul VI comme c’est l’usage. Cette année, en raison de la pandémie, seuls les cardinaux et les supérieurs du Saint-Siège étaient présents. « Ce Noël est le Noël de la pandémie, de la crise sanitaire, économique, sociale et même ecclésiale qui a frappé aveuglément le monde entier », a-t-il déclaré.




Lire aussi :
« Celui qui n’aime pas son frère ne prie pas sérieusement », souligne le pape François

Le chef de l’Église catholique a invité à « entrer dans la crise » mais à « ne pas confondre la crise avec le conflit ». « Lire l’Église selon les catégories du conflit – droite et gauche, progressistes et traditionalistes – fragmente, polarise, pervertit et trahit » sa véritable nature, car l’Église catholique, affirme-t-il, est « un corps toujours en crise justement parce qu’il est vivant ».

C’est la « perte de sens d’une appartenance commune [qui] favorise le développement ou l’affirmation de certaines attitudes à caractère élitiste et de “groupes clos », a expliqué l’évêque de Rome. La logique de conflit « cherche toujours [des] “coupables” à stigmatiser et à mépriser et les “justes” à justifier pour introduire la conscience – très souvent magique – que telle ou telle situation ne nous appartient pas », a-t-il déploré.

Les problèmes finissent toujours dans les journaux

Le pontife a cependant mis en garde contre le danger « de juger hâtivement l’Église sur la base des crises causées par les scandales d’hier et d’aujourd’hui ». « Combien de fois nos analyses ecclésiales ont ressemblé aussi à des récits sans espérance », a-t-il insisté.

Le chef de l’Église catholique a d’ailleurs regretté que « les problèmes finissent immédiatement dans les journaux, alors que les signes d’espérance ne font l’actualité que longtemps après ». « Il serait beau que nous cessions de vivre en conflit et que nous recommencions au contraire à nous sentir en chemin », a-t-il exhorté.

Celui qui ne regarde pas la crise à la lumière de l’Évangile se contente de faire l’autopsie d’un cadavre.

Contrairement au conflit, la crise fait partie de ce chemin, a indiqué le primat d’Italie, car elle est « ce tamis qui nettoie le grain de blé après la moisson ». Il a affirmé que « l’Évangile est le premier à nous mettre en crise », et que dès lors, « celui qui ne regarde pas la crise à la lumière de l’Évangile se contente de faire l’autopsie d’un cadavre ».

Il faut trouver « le courage et l’humilité de dire à haute voix que le temps de la crise est un temps de l’Esprit [saint, ndlr] », a insisté le chef de l’Église, car « les choses vont prendre une nouvelle tournure jaillie exclusivement de l’expérience d’une grâce cachée dans l’obscurité ». La crise est aussi l’occasion d’une plus grande synodalité.

Réformer, c’est endosser un « vêtement nouveau »

Le temps de crise est un temps de réforme, a insisté le 266e pape, qu’il faut cesser de penser « comme une pièce sur un vieux vêtement, ou [comme] la simple rédaction d’une nouvelle Constitution apostolique », mais plutôt comme un « vêtement nouveau ». Il faut donc accepter la crise comme « un temps de grâce » pour mieux « comprendre la volonté de Dieu sur chacun de nous et pour toute l’Église », a-t-il expliqué.


PAPIEŻ FRANCISZEK

Lire aussi :
Pape François : il ne faut pas « avoir honte de prier »

« Ici, à la Curie, ceux qui rendent témoignage par leur travail humble, discret, silencieux, loyal, professionnel, honnête, sont nombreux », a affirmé le souverain pontife, se montrant beaucoup moins critique à l’encontre de l’administration centrale de l’Église catholique que lors de ses précédentes adresses. Il a les a chaleureusement remerciés pour leur travail, mais a cependant une nouvelle fois mis en garde contre « le bavardage, le commérage ».

Une Vie de Charles de Foucauld en cadeau de Noël

Le pontife a offert deux livres à la Curie pour Noël. Le premier est une Vie de Charles de Foucauld, que le Pape doit prochainement canoniser. Le second s’intitule Holotropie. Les verbes de la familiarité chrétienne. L’humain révélé dans un temps qui change, et a été écrit par le Père Gabriele Maria Corini, un bibliste italien.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la communauté de ses membres Premium ?

Inscrivez-vous !

(c’est totalement gratuit et sans engagement)

Tags:
Crisecurie romainePape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale