Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 07 octobre |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

L’hostie et la sagesse retrouvées près du corps de Charles de Foucauld

Article réservé aux membres Aleteia Premium
web2-charles-de-foucauld-tamanrasset-ciric_47706.jpg

P.RAZZO/CIRIC

Ermitage du père Charles de Foucauld, dit "La Frégate", l'Assekrem, Tamanrasset, en Algérie.

Aliénor Goudet - publié le 30/11/21 - mis à jour le 02/05/22

Quelques semaines après l’assassinat de Charles de Foucauld (1858-1916), des soldats français viennent en reconnaissance à Tamanrasset. C’est le capitaine de La Roche qui découvre parmi les débris de la chapelle profanée le bien le plus précieux du marabout du Christ.

Algérie, 21 décembre 1916. Un silence de mort règne sur le plateau de l’Assekrem alors que le capitaine de La Roche et ses hommes arrivent. Un vent hivernal sinistre siffle sur le refuge construit pour le père de Foucauld. Il n’y a pas de corps visible, mais les soldats reconnaissent déjà l’odeur de la mort.

Après trois semaines sans nouvelles, le commandant Laperrine a demandé à ce qu’on aille prendre des nouvelles de son ami Foucauld. Même à cette distance, le capitaine de La Roche sait qu’il ne trouvera sans doute pas le marabout, surnom que lui ont donné les Touaregs, vivant. Il inspire longuement avant d’ordonner à ses hommes de fouiller les lieux. 

Certains soldats vont interroger les Touaregs. D’autres cherchent corps et survivants. Mais ils savent que les pillards ont l’habitude de jeter les corps dans des fossés loin du lieu d’exécution. Ou encore, de les abandonner dans le désert pour que les chiens sauvages les dévorent sans laisser de trace.

Le capitaine ne laisse rien paraître, mais un sentiment amer le pince au cœur. Charles de Foucauld était une figure importante pour l’entente avec les Touaregs. Amoureux du Christ et plein de savoir, sa présence seule suffisait à calmer les désaccords entre les peuples du désert et l’armée française.

Le capitaine se rend alors à la chapelle de l’ermitage du père de Foucauld. Sa gorge se sert à la vue du tabernacle brisé. Où sont donc les saintes espèces ? Les pilleurs les auraient-ils aussi profanées ? Mais en baissant les yeux, il aperçoit un objet scintillant, recouvert de terre et de sable.

L’objet est une lunule d’ostensoir. Un poids le quitte lorsqu’il s’assure que l’hostie est bien présente. Les mains du capitaine tremblent. Il ne sait que faire de ce bien si précieux. Mais le laisser aux sables du désert est impensable.

Après une brève prière, le capitaine décide de l’emmener à quelques kilomètres de là, au fort Motylinski. Un des sous-officiers est un ancien séminariste. La Roche décide de la lui remettre à son retour. Il enveloppe la lunule dans un mouchoir et la range précieusement. 

L’héritage laissé au désert

Les soldats retrouvent sur les lieux du crime les derniers écrits du marabout. Il y a beaucoup de lettres adressées à ses amis à l’approche de Noël. Une à sa chère cousine Marie qu’il appelle affectueusement sa « chère mère ». La Roche se permet de lire quelques lignes. Et dire que le père tentait de rassurer ses proches à propos de sa sécurité en ces temps troublés… 

Le capitaine trouve alors le dictionnaire français-touareg du marabout. Cette œuvre lui a demandé de longues heures de travail. C’est une preuve irréfutable du dévouement de Foucauld à la bonne entente entre les touaregs et les français. Chaque phrase est une apologie de l’unité, de la charité et du Christ. 

Quelques heures avant sa mort, comme s’il l’avait prédite, Charles de Foucauld écrivait ceci : 

Notre anéantissement est le moyen le plus puissant que nous avons de nous unir à Jésus et de faire du bien aux âmes. 

Quand les touaregs apprennent la mort du père Foucauld, ils pleurent le triste sort de leur ami. Moussa, leur chef, écrira à Marie pour faire l’éloge de Charles et de sa piété. Le marabout chrétien laisse derrière lui une empreinte indélébile. Le capitaine de La Roche emporte ce qu’il peut des écrits du marabout avant de partir rejoindre ses hommes. 

La dépouille de Charles de Foucauld ne sera retrouvée qu’un an plus tard, en décembre 1917. Il sera béatifié par le pape Benoît XVI en 2005 et canonisé le 15 mai 2022. Il est fêté le 1er décembre.

Les dix plus belles citations de Charles de Foucauld :

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
bienheureuxCharles de FoucauldhéritageSaint
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement