Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 18 août |
Sainte Hélène
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Comment transformer sa colère en sentiment de paix ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
COLERE

Shutterstock

Marzena Devoud - publié le 27/12/21

En 2021, le sentiment de colère semblait bien être dans l’air du temps. Alors que le début de la nouvelle année s’annonce particulièrement tendu, comment transformer la colère en véritable championne de paix ?

Les raisons pour se mettre en colère peuvent être nombreuses et très variées. Elles proviennent de situations banales comme les bouchons matinaux qui provoquent l’énervement des conducteurs en retard, des communiqués contradictoires concernant les restrictions sanitaires qui bousculent sans arrêt la vie quotidienne, jusqu’aux tensions que nous affrontons dans nos vies personnelles…

Précieuse et dangereuse à la fois

Ressentir de la colère, même de la rage n’a rien d’anormal. Cette émotion primaire, comme la tristesse, la joie, la peur, est partagée par tous, même si tous ne l’expriment pas de la même manière. Comme explique Christophe André, dans son livre La Force des émotions, la colère est à la fois précieuse et dangereuse. Précieuse car elle est une source d’énergie face aux agressions, aux frustrations ou aux injustices. Dangereuse car elle peut échapper à notre contrôle, et devenir une catastrophe personnelle (en provoquant un grand stress) et relationnelle (en perturbant toute forme d’échange).

Elle est donc neutre, bonne ou mauvaise, selon ce qu’elle vise, constate dans son livre La garde du temps (Salvator) Césaire Falletti, moine de l’ordre cistercien et l’ancien prieur du monastère Dominus Tecum de Pra’d Mill, dans le Piémont, en Italie. Selon lui, il ne faut pas tenter de l’étouffer mais bien au contraire la transformer. Mais comment s’y prendre ? Comment garder son calme alors que les psaumes apprennent à se mettre en colère et à crier : « Ce n’est pas juste ! Seigneur, pourquoi dors-tu ? » (psaume 43).

Non, le chrétien ne fuit pas les passions même s’il sait que, quelquefois, elles peuvent conduire à l’erreur…

Le mieux ne serait-il pas de se protéger derrière une carapace ? Faut-il rejeter les passions ou les émotions fortes ? « Non, le chrétien ne fuit pas les passions même s’il sait que, quelquefois, elles peuvent conduire à l’erreur ou même au péché ». Comme explique le père Falletti, « Jésus a enseigné que ce qu’il faut éviter, ce ne sont pas les péchés, mais l’indifférence égoïste des gens parfaits, des sans-faute, des inattaquables, de ceux qui regardent avec mépris la douloureuse montée de colère chez les autres. Ceux-là se mettent un peu au-dessus de leurs semblables et donnent des leçons ou, comme le dirait encore Jésus, ils placent de gros fardeaux sur les épaules des autres, sans les soulever eux-mêmes d’un seul doigt » (Lc 11,46).

Se mettre en colère ne veut pas dire pourtant qu’il faille tout rompre, mais qu’il faut savoir crier et dire la vérité en conscience.

Se mettre en colère ne veut pas dire pourtant qu’il faille tout rompre, mais qu’il faut savoir « crier et dire la vérité en conscience – tout en sachant que nous n’avons peut-être pas parfaitement raison, mais qui le peut ? », poursuit le religieux. C’est savoir dire la vérité sans craindre « le monde ». C’est aussi savoir se la dire à soi-même.

Mais que faire de cette colère ? La garder dans le cœur risque de déclencher un sentiment de vengeance. La réponse est bien dans les psaumes. La colère se fait la championne de la paix grâce à la capacité de bien qui n’abandonne jamais l’homme. « La colère invente la paix et l’offre peut-être sans qu’on s’en rende compte, parce que souvent elle ne peut s’exprimer que comme le cri du pauvre vers Dieu. C’est ce cri qui donne voix à de nombreux prophètes, ceux de la Bible et ceux qui sont présents aujourd’hui parmi nous », conclut le religieux.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
colèreconseilspsaumes
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement