Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 avril |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Faut-il dominer pour manager ?

web3-bad-boss-office-corporate-fizkes-shutterstock.jpg

fizkes/Shutterstock

Pierre d’Elbée - publié le 11/06/22 - mis à jour le 01/08/22

Dans l’entreprise, le management peut s’exercer de façon dominatrice et abusive. C’est oublier que l’autorité est le service d’un bien commun dont la clé est la coopération de tous, et non l’obéissance servile de chacun.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Exercer une domination peut avoir deux sens : ou bien exercer une puissance souveraine, ou bien établir une emprise. Dans le management, un responsable doit pouvoir exercer son autorité pour défendre son entreprise ou son service, notamment en situation de crise. C’est la première signification, légitime. Mais la domination peut également signifier un abus d’autorité, une emprise malsaine. C’est ce deuxième sens qui nous intéresse ici. Sur quoi s’appuient ces comportements pervers de domination managériale ? Trois facteurs peuvent retenir notre attention.

1Les impératifs de résultats décidés en haut lieu

Pourquoi donc 20% des cadres ne veulent plus diriger leur équipe ? « Beaucoup de managers se retrouvent coincés entre le marteau et l’enclume. Souvent à des postes intermédiaires, ils sont pris entre les attentes de leur équipe et les impératifs venus d’en haut… Cela ne leur laisse bien souvent que peu de marge de manœuvre, ce qui crée un sentiment d’inutilité, voire de frustration. Cette charge physique et mentale est épuisante » (Maddyness).

Il arrive en effet que le manager se retrouve piégé : dominé par ses supérieurs, il transmet alors cette pression sur son équipe. Il doit se montrer loyal envers la direction et solidaire avec ses pairs managers eux aussi dans le même bateau. Qu’elle soit bonne ou mauvaise, la décision est reçue comme un impératif et transmise comme une obligation. La domination crée une culture de l’obéissance sourcilleuse, d’autant mieux installée qu’elle obtient de bons résultats, mais à quel prix… et jusqu’à quand ? D’où le sentiment de malaise et de culpabilité que ressentent certains cadres dont on nie le besoin pourtant légitime d’autonomie.

2L’ego de certains managers

Il existe un type de domination managériale qui ne s’appuie ni sur l’efficacité ni sur la culture d’entreprise, mais sur un ego qui se valorise en imposant un comportement servile. Dans certaines organisations, des niches peuvent se constituer, où les managers se livrent en toute impunité à des comportements de harcèlement et d’hostilité. La négligence des supérieurs qui ne veulent pas voir, la fragilité des victimes qui n’osent pas parler, une omerta entre les salariés eux-mêmes qui ne s’entraident pas, tout cela encourage les comportements managériaux pervers.

3Le lien de subordination

La législation qui établit un lien de subordination entre le salarié et le patron semble justifier un comportement de domination (LegalPlace). À strictement parler, selon le droit français, le contrat de travail stipule que le patron décide et le salarié exécute. Cette asymétrie favorise la prise de décisionmais risque d’entraîner un comportement de domination vers une dérive négative.

L’autorité est essentiellement le service d’un bien commun dont la clé est la coopération de tous, et non l’obéissance servile de chacun.

Le management souffre de ces formes de dominations structurelles ou individuelles. La lucidité impose de les dénoncer. Mais il serait mensonger d’affirmer que cet esprit de domination est le plus fréquent : une enquête de 2019 publiée dans CourrierCadres faisait apparaître que 86% des cadres aiment faire progresser leurs équipes, et que le « facteur humain » est bien plus important pour 75% d’entre eux que « le fait d’être chef », cité seulement en dernière position (7%). Il faut donc rétablir la vision du management souvent délétère véhiculée par la presse, la littérature, les films… : la satisfaction des managers la plus courante consiste à faire progresser leurs équipes. Avec cette condition majeure : que les managers intermédiaires disposent d’une marge de manœuvre opératoire.

Encourager la coopération de tous

Ce qui est en cause ici est l’exercice de l’autorité dans une société largement individualiste. La vision wébérienne de l’État comme « monopole de la violence légitime » a largement inspiré un management vertical sévère. Il faut certes disposer d’un pouvoir légitime unique pour sauver une organisation en crise par exemple, ce qui paraît être une justification implicite de la subordination salariale. Mais c’est là une vision juridique de l’autorité, et non pas sa nature. Car l’autorité est essentiellement le service d’un bien commun dont la clé est la coopération de tous, et non l’obéissance servile de chacun. Former les jeunes managers à une telle dynamique est un impératif majeur pour éviter la souffrance managériale. Il s’agit de prendre conscience que la coopération de tous est la voie royale d’une performance durable, bien plus qu’une logique de la domination à sens unique.

Tags:
managementTravail
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement