Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 24 septembre |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Revue de presse : L’évêque de Hong Kong cultive l’espérance

Article réservé aux membres Aleteia Premium
HONG KONG MASS

DALE DE LA REY | AFP

Messe à Hong Kong, juin 2020.

La rédaction d'Aleteia - publié le 14/06/22 - mis à jour le 14/06/22

Chaque jour, Aleteia vous propose une sélection d'articles de la presse internationale concernant l'Église et les grands débats qui préoccupent les catholiques à travers le monde. Les opinions et les points de vue exprimés dans ces articles ne sont pas ceux de la rédaction.

Mardi 14 juin 2022

1 – Comme une fleur à travers une fissure, l’évêque de Hong Kong cultive l’espérance 
2 – Convoi exceptionnel : des vestiges du Saint-Sépulcre traversent Jérusalem
3 – L’Église catholique irlandaise s’efforce d’avoir une conversation avec elle-même
4 – En juillet, 100.000 personnes pourront participer à un séminaire en ligne sur la synodalité
5 – Nigeria : les chrétiens doivent s’impliquer dans les élections 

1Comme une fleur à travers une fissure, l’évêque de Hong Kong cultive l’espérance

​​Dans une réflexion publiée par le Sunday Examiner, hebdomadaire catholique de Hong Kong, l’évêque de l’ancienne enclave britannique Mgr Stephen Chow évoque ces fleurs qui poussent à travers les fissures dans le béton, signe de « l’extraordinaire pouvoir de vie qui vient du Créateur ». Une réalité qui doit selon lui inspirer Hong Kong et l’Église locale, vouée chaque jour un peu plus à « une existence entre les mailles du filet ». « Nous avions l’habitude de profiter de beaucoup d’espace et de liberté d’expression », souligne-t-il, notant les frustrations, les angoisses, les déceptions, et même l’exil choisi par certains face au sentiment prégnant pour les Hong-kongais de « vivre dans une brèche » sans pouvoir s’épanouir. Il demande cependant de ne pas s’accrocher au passé, rappelant qu’ »accepter le contexte changeant ne signifie pas l’approuver. » Il invite les habitants de cette mégapole densément peuplée à s’accorder « l’espace intérieur pour discerner. »

Sunday Examiner, anglais

Les vestiges de 5 colonnes et de 2 chapiteaux du Saint-Sépulcre de Jérusalem sont actuellement déplacés du jardin de Gethsémani vers le couvent de la Flagellation dans la vieille ville, où ils orneront une salle du Terra Sancta Museum. Une opération « titanesque », souligne Terre Sainte Magazine puisque les vestiges, probablement romains, pèsent en moyenne 3 tonnes et sont extrêmement fragiles. Pourquoi étaient-ils à Gethsémani ? La revue revient sur l’histoire de ces vestiges découverts en 1969 pendant un grand chantier de restauration à l’intérieur de l’Anastasis de la basilique du Saint-Sépulcre. Très endommagées, ces pièces ont été évacuées de l’église et emmenées dans l’ermitage du sanctuaire de Gethsémani. Maintes études ont été faites mais la datation et l’origine de l’ensemble restent encore incertaines, entre Antiquité et Moyen Âge. Alors que leur transport a nécessité un long travail préparatoire, le mystère demeure. Pour certains, « toute l’histoire de Jérusalem, toute la souffrance de cette ville et de ses destructions est contenue dans ces colonnes ». 

Terre Sainte Magazine, français

3 L’Église catholique irlandaise s’efforce d’avoir une conversation avec elle-même

Samedi prochain, plus de 100 personnes, laïcs, religieux, prêtres et évêques, participeront à une journée d’assemblée nationale de l’Église catholique irlandaise. Cet événement sera le résultat d’une « consultation nationale sans précédent » dans le cadre du Synode de la Synodalité, qui culminera ensuite à Rome en 2023. « Les gens ont été ravis qu’on leur demande leur avis, il y a un sentiment d’espoir et d’énergie, et beaucoup appellent à la poursuite de cette façon synodale de procéder », explique le théologien irlandais Gerry O’Hanlon dans un article d’opinion. Cependant, il explique également que, pour beaucoup, ce processus semble presque « trop beau pour être vrai ». En effet, l’Église irlandaise est encore en train de guérir de la « blessure ouverte des abus, cléricaux et institutionnels, et de leur mauvaise gestion par les dirigeants », qui a « inévitablement » pesé sur le processus synodal. En dépit de divers efforts, « il faut encore faire le point », explique l’auteur. En outre, « une majorité écrasante souhaite l’égalité des femmes dans l’Église […] et une approche inclusive de la communauté LGBTQI+ », indique l’auteur, qui souligne que cela fait partie « d’un sentiment plus profond de fossé entre la foi et la vie, et entre l’Église institutionnelle et la culture ambiante. » O’Hanlon reconnaît également qu’il existe une minorité qui n’est pas d’accord avec ces propositions et préfère une adhésion à des voies plus traditionnelles. « Cela nous rappelle la nécessité de discerner soigneusement la différence entre le fait de simplement suivre la culture dominante de manière superficielle, dans un désir presque désespéré d’être accepté, et le fait d’être assez humble pour réaliser que nous nous trompons et que (comme l’a enseigné Vatican II) nous pouvons apprendre du monde et de la culture qui nous entourent », réfléchit l’auteur.  

Irish Times, anglais   

4En juillet, 100.000 personnes pourront participer à un séminaire en ligne sur la synodalité

“Discernement commun et prise de décision dans l’Église, c’est le nom d’un ambitieux séminaire en ligne qui sera organisé en juillet avec le « Boston College’s School of Theology and ministry », et qui compte impliquer jusqu’à 100.000 personnes. Avec le soutien des conférences épiscopales d’Amérique latine, d’Europe et d’Asie, des jésuites d’Amérique latine et des supérieurs de congrégations féminines et masculines, ce séminaire cherche à aider les catholiques à comprendre le concept de synodalité. Parmi les intervenants, la théologienne allemande Judith Gruber s’exprimera sur « le management du conflit et de la divergence ». Elle développe une réflexion sur la façon dont l’expression des contentieux peut constituer « une partie du voyage vers le discernement de ce que l’Esprit est en train de dire à l’Église ». La religieuse congolaise Josée Ngalula évoquera pour sa part la question du leadership féminin dans le cadre ecclésial et la lutte contre les abus, et la théologienne singapourienne Christina Kheng évoquera la vision asiatique du discernement, avec la question du passage du « je » au « nous » et de la co-responsabilité.

Crux, anglais

5Nigeria : les chrétiens doivent s’impliquer dans les élections

À un peu moins d’un an des élections générales au Nigeria, Mgr Bulus Yohanna, l’évêque de Kontagora a lancé un appel pour que les fidèles du pays s’impliquent dans le jeu démocratique, soit en se préparant à voter, soit en se portant candidats ou en s’engageant dans un parti politique. Alors que le président Muhammadu Buhari quittera ses fonctions après deux mandats de quatre ans,  l’évêque considère que les chrétiens ont un rôle à jouer. « Il est nécessaire d’élire au pouvoir ceux qui peuvent réparer nos routes, construire des hôpitaux, assurer à nos enfants une meilleure éducation, assurer la sécurité, toutes les commodités de base et ensuite assurer l’avenir du pays », explique-t-il, invitant chacun à récupérer leur carte d’électeur. 

Gazettengr, anglais 

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Hong KongirlandeJérusalemnigeriasaint sepulcreSynode sur la synodalité
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement