Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 03 octobre |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Revue de presse : En Chine, Mgr Cui Tai est toujours détenu

Article réservé aux membres Aleteia Premium
NOTRE-DAME-DE-CHINE-ciric_226704.jpg

P.RAZZO/CIRIC

Messe dominicale dans l'église Notre Dame de Chine, Paris.

La rédaction d'Aleteia - publié le 23/06/22 - mis à jour le 23/06/22

Chaque jour, Aleteia vous propose une sélection d'articles de la presse internationale concernant l'Église et les grands débats qui préoccupent les catholiques à travers le monde. Les opinions et les points de vue exprimés dans ces articles ne sont pas ceux de la rédaction.

Jeudi 23 juin 2022

1. Le cardinal Kasper intensifie ses critiques à l’égard du Chemin synodal allemand
2. En Chine, Mgr Cui Tai est toujours détenu : le Vatican insistera-t-il sur sa libération ?
3. Il y a 40 ans, le cri des évêques contre la mafia à Naples
4. Les évêques africains : « Nous n’avons pas le droit de détruire la biodiversité » 
5. Un Syrien sculpte une maquette de la cathédrale de Cologne

1Le cardinal Kasper intensifie ses critiques à l’égard du Chemin synodal allemand

Quelques jours après le cardinal viennois Christoph Schönborn, le cardinal Walter Kasper, qui fait également partie de l’aile réformatrice, a aussi pris clairement ses distances avec la voie synodale allemande. L’ancien président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens reproche aux évêques allemands de détruire l’un des trois piliers sur lesquels repose l’Église, à savoir l’épiscopat, s’opposant à l’intention de certains évêques allemands de se soumettre à un conseil synodal et ainsi de renoncer à un « engagement personnel ». « En fin de compte, un tel engagement volontaire équivaudrait à une démission collective des évêques », estime-t-il sans mâcher ses mots. Et de conclure : « Je ne vois pas comment, lors du jugement dernier, je pourrais défendre certaines déclarations déjà décidées (sous-entendu : sur la voie synodale) comme étant compatibles avec l’Évangile ».

Kath.net, allemand. 

En octobre 2022, l’accord Vatican-Chine conclu en 2018 expirera, après avoir été renouvelé pour deux ans en 2020. Les catholiques chinois ne doutent pas que le renouvellement de l’accord est dans l’intérêt du Parti communiste chinois (PCC), mais est-ce dans l’intérêt du Vatican ? Le site Bitter Winter a sondé les opinions de divers catholiques en Chine et constate que beaucoup « n’étaient pas heureux de l’accord au départ ou sont déçus de ses résultats ». Beaucoup « tout en respectant le Pape et le Saint-Siège, pensent qu’ils ont été trompés en signant un accord qui ne profite qu’au régime ».

Ces catholiques se demandent si le PCC va libérer les évêques qu’il a arrêtés, notamment Mgr Augustin Cui Tai, 72 ans, qui était évêque coadjuteur du diocèse de Xuanhua. Il a été emprisonné pendant de longues périodes, avec des libérations périodiques depuis 2007 et, à l’heure actuelle, on ignore où il se trouve. Il est considéré comme l’un des « objecteurs de conscience » qui ne veulent pas rejoindre l' »Église catholique patriotique » approuvée par le régime chinois et le Vatican. Les catholiques chinois pensent que le Vatican demande discrètement la libération de Mgr Cui Tai, dont la « détention est un immense scandale. » « Son calvaire prouve que quelque chose ne va pas dans l’accord de 2018 », affirme l’article, ajoutant que « la libération des évêques objecteurs de conscience, dont l’évêque Cui Tai, devrait devenir une condition préalable au renouvellement de l’accord. » 

Bitter Winter, anglais

3Il y a 40 ans, le cri des évêques contre la mafia à Naples

Dans Il Mattino, le chroniqueur Pietro Perone se souvient du premier appel des évêques de Campanie en 1982 contre la mafia napolitaine, la Camorra, il y a quarante ans. Leur mot d’ordre : « Pour l’amour de mon peuple, je ne me tairai pas ». « Pour la première fois, les prêtres ont reconnu que la frontière entre religiosité et camorra n’était pas toujours très nette ». Mais leur dénonciation du détournement du sacré dans les fêtes patronales et mariages qui se « transformaient souvent en triomphe du pouvoir mafieux » serait encore nécessaire aujourd’hui, déplore l’éditorialiste. À Naples, « trop de Don Abbondio se cachent encore dans la sacristie », affirme-t-il, faisant référence au prêtre sans courage du roman-fleuve de Manzoni, I promessi Sposi (Les Fiancés). 

Il Mattino, italien.

4Les évêques africains : “Nous n’avons pas le droit de détruire la biodiversité”

Les évêques africains lancent un cri d’alarme à l’approche du Sommet des Nations Unies sur la Biodiversité (COP15), qui sera organisé en Chine en fin d’année. En marge d’une réunion préparatoire organisée à Nairobi, au Kenya, le Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) a publié une déclaration exhortant les gouvernements à prendre des mesures urgentes et ambitieuses, avec le soutien du Réseau Ecclésial pour le Bassin du Fleuve Congo (REBAC) et du Mouvement Laudato Si’ (MLS).

Ils rappellent que le respect de la nature et celui des plus vulnérables vont de pair. Au nom du soin de la Création de Dieu, ils souhaitent que 50 % de la Terre soit protégée d’ici à 2030. En outre, le document demande le respect des droits des peuples autochtones et l’abandon immédiat de la construction de l’oléoduc d’Afrique orientale. Enfin, ils invitent les gouvernements, en particulier ceux des pays du Nord,  à faire preuve de transparence dans leurs investissements et à rendre des comptes, tout en leur rappelant leurs engagements financiers pour mettre un terme à la perte de biodiversité et initier sa récupération.

Lamachi.com, italien

5Un Syrien sculpte une maquette de la cathédrale de Cologne

Le réfugié syrien Fadel Alkhudr, arrivé en Allemagne en 2015, avait alors été très impressionné par la majestueuse cathédrale de Cologne, visible à la sortie de la gare. Cet homme de confession musulmane, qui a 42 ans actuellement, a passé de longues heures à l’observer, à en faire des croquis, jusqu’à sculpter une réplique en bois. Il a fini par avoir l’impression que le bâtiment faisait partie de lui, « comme s’il s’agissait d’un ami cher ».

Ce Syrien avait appris la sculpture auprès de son père durant son adolescence, et il a fui la Syrie après la destruction de leur entreprise de sculpture sur bois, à Alep. Dans cette grande ville syrienne autrefois prospère, il avait des amis musulmans et chrétiens, et des clients de différentes religions qui venaient acheter de l’art en bois dans le magasin familial. Travailler sur l’architecture d’une cathédrale catholique n’a donc rien d’anormal pour cet artiste, et sa maquette est actuellement exposée au centre d’accueil situé en face de la cathédrale, qu’il considère comme « un foyer pour tous les peuples ». Il espère qu’à l’avenir, il pourra gagner sa vie en Allemagne en tant que sculpteur d’art.

Associated Press, anglais

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
AfriqueChinerevue de presseVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement