Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 20 juillet |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

L’approche danoise pour élever un adolescent heureux et confiant

freckled young woman

fizkes | Shutterstock

Cerith Gardiner - publié le 01/04/23

Face aux années parfois difficiles de l’adolescence, voici quelques conseils pour rendre la vie de famille plus épanouie.

L’adolescence peut s’avérer très éprouvante pour les parents et pour les adolescents eux-mêmes. Ce n’est pas vraiment surprenant si l’on considère les changements physiques et psychologiques qu’ils connaissent à cet âge-là… sans compter toutes les pressions qu’ils subissent de la part de l’école, des amis et des réseaux sociaux.

La bonne nouvelle est qu’il existe des méthodes pour rendre cette transition aussi douce que possible. C’est en tout cas ce qu’affirme la psychothérapeute danoise, Iben Sandahl, dans son dernier livre The Danish Way of Raising Teens, qui prône une éducation basée sur la compassion et la compréhension. 

1Au revoir les « Time Out », bonjour les « Time In »

Des parents du monde entier utilisent la technique du « Time Out », c’est-à-dire la mise à l’écart temporaire d’un enfant ou d’un adolescent pour qu’il soit puni. Cependant, même si cette méthode encourage un temps de réflexion solitaire, elle ne résout pas le problème selon Iben Sandahl. En effet, isoler un adolescent qui se sent incompris dans sa chambre peut en réalité exacerber sa colère et son ressentiment. 

L’auteur explique alors l’importance de les accompagner et de les guider lorsqu’ils sont en colère ou envahis par d’autres émotions, afin de leur donner la possibilité « de s’exprimer et de se calmer dans une atmosphère sécurisante, sans menace d’ultimatums et d’exclusion ». C’est l’approche du « Time In », une méthode alternative bienveillante qui permet à l’adolescent d’exprimer ses émotions, et aux parents de le réconforter et de lui donner un cadre. 

Les parents en effet sont souvent prompts à souligner ce que leur enfant n’est pas autorisé à faire, mais ainsi l’enfant « a du mal à comprendre ce que vous voulez qu’il fasse » affirme l’auteure danoise. Les adolescents ont désespérément besoin de conseils et d’une direction de la part de leurs parents et les « Time In » sont l’occasion parfaite pour susciter des discussions productives, où les parents pourront prendre le temps d’écouter les sentiments de leur enfant, et d’expliquer calmement pourquoi un comportement n’était pas acceptable.

2Donner les informations dont ils ont besoin

Une façon de guider un adolescent est de répondre à ses questionnements et de lui donner les informations dont il a besoin, concernant les émotions, la sexualité… Pour votre adolescent, il vaut mieux que vous lui apportiez les réponses dont il a besoin plutôt que de les chercher sur internet. Ainsi, lorsque votre adolescent sera informé, il se sentira plus à l’aise avec les problèmes qu’il peut rencontrer. Par ailleurs, il est important d’avoir avec lui des conversations sans jugement. Ainsi, vous renforcerez votre relation avec lui et il se sentira soutenu pendant cette période délicate de sa vie. 

3Faire face au rejet

Les adolescents se renferment parfois sur eux-mêmes et cherchent à rester seuls. Cela peut donner l’impression qu’ils vous rejettent, mais ce n’est pas le cas. Autorisez leurs émotions, et donnez-leur la possibilité de s’autoréguler par eux-mêmes : ils sauront retrouver un équilibre émotionnel. Ceci est fondamental, car vous ne serez pas toujours là dans leur vie pour les aider à surmonter leurs difficultés. 

4Accepter leurs changements d’humeur

Ne prenez pas personnellement les sautes d’humeur de votre adolescent. Le cerveau d’un adolescent subit un recâblage important pendant cette période, qui ne se termine pas avant l’âge de 20 ans pour les filles et de 22 ans pour les garçons. Certes, vous assisterez aux montagnes russes émotionnelles de votre adolescent, mais cela ne durera qu’un temps.

5Rester calme

Il arrive de voir un adolescent passer d’une émotion à l’autre en un instant, de manière assez incompréhensible. Cela est dû à un processus chimique qui se produit dans son corps, qui dure 90 secondes et qui le place en état d’alerte maximale. Cependant, s’il vous voit rester calme et posé pendant que son cerveau est stimulé, cela l’aidera à calmer son système nerveux et à se synchroniser avec votre comportement.

6Accepter leur confusion

À chaque étape de l’enfance, les enfants apprennent ce qui n’est plus un comportement acceptable. Cela ne se fait pas du jour au lendemain et parfois ils peuvent ne pas comprendre immédiatement pourquoi certaines actions ou façons de parler ne sont plus adaptées à leur âge. Votre adolescent, malgré les réticences, écoutera ce que vous lui enseignerez. 

7Fixer des limites

Un adolescent a besoin de limites et de cadre, mais il doit aussi prendre des risques pour grandir. Lorsque vous fixez des limites, essayez de vous assurer qu’elles soient raisonnables. En cas de désaccord avec votre adolescent, ayez un dialogue ouvert avec lui et écoutez-le avant de prendre une décision.

8Les impliquer dans les tâches ménagères

Faire participer un adolescent aux tâches ménagères est naturel. C’est d’ailleurs très bénéfique pour lui car cela lui permet d’être déconnecté de tous ses soucis, de se sentir utile et de grandir mentalement.

9Construire une relation de confiance

Pour l’auteur danoise, la confiance est la clé de l’épanouissement familial. Elle conduit à des individus confiants et heureux. En suivant les points ci-dessus, vous développerez avec votre adolescent une relation fondée sur la confiance. Vous ne pourrez pas toujours contrôler son comportement, mais vous pourrez le faire sentir compris et en sécurité, et renforcer ainsi votre relation. 

Tags:
Adolescence
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement