Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 19 mai |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

David Mose : « J’aime être prêtre, c’est pour cela que je vis »

Fr David Michael Moses

Courtesy of Fr David Michael Moses

Cerith Gardiner - Bérengère Dommaigné - publié le 18/04/23

Jeune prêtre américain très suivi sur les réseaux sociaux, le père David Michael Moses n’hésite pas à diffuser ses homélies mais aussi des conseils très pratiques pour mieux prier. Il explique aux lecteurs d'Aleteia ce que c’est d'être un jeune prêtre, en 2023, avec les enjeux, les joies mais aussi les difficultés qu’il rencontre.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Très connu aux États-Unis où il rassemble une communauté conséquente sur les réseaux sociaux, notamment sa chaîne Youtube de près de 30.000 abonnées, le père David Michael Mose est aussi un peu connu des lecteurs d’Aleteia, à qui il a donné des conseils pour vivre un bon carême avec un paquet de chips ! Dans une interview accordée à l’édition américaine d’Aleteia, ce jeune prêtre de 29 ans, né à Houston au Texas, revient en profondeur sur son sacerdoce, avec les joies qu’il vit mais aussi les peines ou les difficultés qu’il endure.

Aleteia:Vous êtes devenu prêtre à l’âge de 25 ans, comment l’avez-vous vécu ?
Père David Michael Mose : Quand je suis arrivé dans ma première paroisse, à Sainte-Faustine (à Fulshear au Texas), à l’âge de 25 ans, tout le monde m’a appelé « Père » dès le premier jour. Y a-t-il une façon plus intime de s’adresser à quelqu’un ? Ils ne me connaissaient pas, ils ne m’avaient jamais vu. Mais ils m’appelaient simplement « Père » parce que Jésus m’avait envoyé vers eux. Et si j’étais assez bon pour Jésus, alors j’étais assez bon pour eux. C’était extraordinaire. Après trois années passées là-bas, il m’a été difficile de leur dire au revoir. Mais j’ai ressenti une grande paix et je suis très reconnaissant d’avoir été accueilli si intimement dans leur vie. Mes nouveaux paroissiens du Christ-Bon-Pasteur (à Spring au Texas) ont été à leur tour incroyablement gentils et accueillants. Je pense qu’il est inestimable, pour un jeune prêtre, de voir une autre façon de faire les choses dans une nouvelle paroisse, et je suis donc reconnaissant de cette opportunité. Je ne serai probablement là que pour deux ou trois ans, alors j’essaie d’en profiter au maximum. 

J’aime être prêtre. J’aime mon peuple. C’est pour cela que je vis.

Quel est l’aspect positif de la fonction de prêtre ? Quelle a été la meilleure surprise ?
La meilleure partie de la vocation de prêtre est d’avoir la responsabilité d’agir en « Persona Christi », la personne du Christ, pour son peuple. Être prêtre signifie que je suis si étroitement lié à Jésus-Christ que lorsque je dis « Ceci est mon corps », le pain dans mes mains devient son corps. Lorsque je dis « Je t’absous », Jésus pardonne les péchés. Lui et moi sommes si proches que je parle pour lui. Je le dis et il le fait, à chaque fois. La surprise la plus positive est de constater à quel point le ministère est passionnant. Chaque jour est différent et il y a toujours une nouvelle aventure.

Quelle est la partie la plus difficile du métier de prêtre ? Vous arrive-t-il d’avoir envie de quitter votre « job » ?
Je n’ai aucun scrupule à dire que la partie la plus difficile du métier de prêtre est le célibat… Et je crois qu’il doit en être ainsi. Je crois profondément que c’est ainsi que cela doit se passer. Après mon désir de servir Dieu, le désir de me marier a été aussi très fort tout au long du séminaire. Mais pour moi, ce n’est pas triste, c’est magnifique, parce que le fait que je choisisse le célibat devrait être un signe pour tous ceux que je rencontre. Le signe que je ne vis clairement pas pour ce monde. Heureusement, je n’ai jamais douté de ma vocation, mais il y a des moments qui sont plus durs que d’autres. C’est l’occasion alors de prendre conscience de la grande valeur qu’est celle de l’engagement, c’est-à-dire faire ce que l’on a dit, même si les sentiments ne sont plus là. Les moments où je suis tenté de prendre un chemin plus facile sont en fait des occasions qui me sont données d’aimer plus.

Quelle est votre approche pour bien vivre le célibat dans le monde d’aujourd’hui?
Nous avons beaucoup parlé du célibat au séminaire, ce qui m’a inculqué une conscience saine de la dynamique relationnelle et les bonnes limites à avoir, par exemple en évitant de me retrouver dans une situation qui pourrait être inconfortable ou compromettante. Mon approche de la pureté est toujours la suivante : « Je ne sais pas à quel point je suis fort, et je n’ai pas l’intention de le découvrir. » En d’autres termes, je ne veux jamais me trouver dans une situation où le péché est même une option. En fin de compte, j’essaie toujours de renforcer, en moi et dans ceux qui m’entourent, la nature de ma présence : celle d’un homme spirituel au service de Jésus.

J’aime porter le col romain et même la soutane parce que, quand les gens me voient, ils pensent à Jésus et à son Église.

Vous portez toujours un col romain, pourquoi ?
En fait, j’aime porter le col romain et même la soutane parce que, quand les gens me voient, ils pensent à Jésus et à son Église. J’aime quand les gens en public me demandent : « Êtes-vous prêtre ? » Pendant mes premières années de prêtrise, je répondais simplement à la question par « Oui ». Mais aujourd’hui, j’ai compris qu’en réalité, les gens ne demandent pas seulement si je suis prêtre. Lorsqu’ils posent cette question, en fait ils veulent plutôt dire, « Pouvez-vous m’aider ? ». Et si je ne portais pas cet habit, à qui auraient-ils pu demander ? Aujourd’hui, je chéris ces moments. Même si j’ai un emploi du temps très chargé, j’aime que les gens me saluent en public, je suis toujours prêt pour donner une bénédiction à quelqu’un à l’épicerie, prier avec eux au restaurant ou encore entendre une confession rapide à l’aéroport. J’aime être prêtre. J’aime mon peuple. C’est pour cela que je vis.

Avez-vous un sacrement préféré ?
J’aime profondément tous les sacrements mais mon préféré est l’Eucharistie. Et la raison est simple : les autres sacrements nous apportent Jésus, mais l’Eucharistie est Jésus.

Avez-vous un saint préféré ?
En ce moment, c’est vers saint Jean-Marie Vianney que je me tourne le plus, parce qu’il est le saint patron des curés. Quand il est arrivé dans sa première paroisse, seules deux personnes venaient à la messe. Après tant d’années de séminaire, il a dû être déçu : « C’est ça, Dieu ? J’ai donné ma vie pour cela ? » Il lui aurait été facile de se concentrer sur autre chose, commencer à écrire des livres, devenir très bon au golf ou encore demander à son évêque une autre affectation ! Mais au lieu de cela, il a prié tous les soirs : « Mon Dieu, convertissez ma paroisse. Je suis prêt à souffrir toute ma vie, même 100 ans des douleurs les plus aiguës, seulement pour que mon peuple se convertisse ». Il s’est donné à fond : 18 heures par jour en confession, mangeant principalement des pommes de terre, dormant sur un sol froid et dur. Soudain, 100.000 personnes venaient chaque année dans sa paroisse… Les gens attendaient des jours entiers pour le voir. Ce genre de dévouement au salut des âmes est la raison pour laquelle il est un grand saint. J’ai commencé à dire sa prière tous les jours et j’espère pouvoir devenir ne serait-ce qu’une parcelle de ce qu’il était.

En tant que jeune prêtre, que pensez-vous pouvoir apporter à vos paroissiens ?
La meilleure façon de répondre à cette question est peut-être de parler de mes amis jeunes prêtres. Nous sommes cinq, tous à peu près de mon âge, à prendre le petit déjeuner ensemble toutes les deux ou trois semaines, vers 6 heures du matin, seul moment où nous sommes tous disponibles. Et c’est un vrai plaisir ! Ils sont priants, charitables et hilarants. Le monde semble parfois fou et hors de contrôle mais à chaque fois que je commence à me sentir mal à propos de la façon dont les choses se passent, je pense à eux. Je pense au fait que, parmi tout ce qu’ils auraient pu faire, ils ont choisi d’être prêtres. Ils ont tout laissé derrière eux parce qu’ils s’intéressent aux âmes, et qu’à présent, chaque jour, ils entendent des confessions, disent la messe et donnent l’onction aux malades. Et ils vont passer le reste de leur vie à faire cela. Il y a beaucoup de ténèbres dans le monde, certes. Mais ces hommes, ces jeunes prêtres, sont une lumière.

Vous vous êtes mis sur les réseauxsociaux pour diffuser la parole de Dieu avec beaucoup de joie, d’humour et d’amour. Comment trouvez-vous le temps et les idées ? Et que diriez-vous aux parents inquiets de voir leurs enfants sur les réseaux aujourd’hui ?
J’aime comparer les réseaux sociaux à un mauvais quartier. Un mauvais quartier est un endroit risqué et souvent dangereux. Mais il devrait y avoir une église catholique dans chaque mauvais quartier ainsi qu’un prêtre ! Je pense que c’est la même chose avec les réseaux : cela peut être dangereux mais l’Église doit être là. On nous a ordonné d’aller vers toutes les nations et je pense que ces médias peuvent être un outil puissant pour y parvenir. Ils sont d’autant plus puissants que, dans le cadre de mon ministère, je suis limité par le temps et l’espace, alors que numériquement, je peux prêcher une homélie une fois, l’enregistrer et la mettre en ligne, où elle continuera indéfiniment.

Cela dit, ce n’est pas pour tout le monde, et je recommande donc aux parents de tenir leurs enfants à l’écart des médias sociaux jusqu’à ce qu’ils soient plus âgés, ou au moins de surveiller de près l’usage qu’ils en font. Quant aux idées, elles me viennent généralement naturellement du ministère. Lorsque quelque chose d’amusant ou d’intéressant se produit, je l’écris, puis j’y réfléchis ensuite. J’ai aussi quelqu’un qui gère les messages que je reçois, ce qui me permet de passer très peu de temps sur mes réseaux en fait. Je me concentre sur mon ministère paroissial.

Quels sont vos projets sur les réseaux en ce moment ?
Mon projet majeur en ce moment est la formation des servants d’autel de ma paroisse ! Mais, peut-être plus pertinent pour vos lecteurs, j’écris actuellement un livre sur le discernement de la volonté de Dieu, qui devrait sortir en août. J’ai également une série de dix épisodes sur la vie quotidienne d’un prêtre qui sortira sur ma chaîne YouTube dans quelques mois et j’écris de nouvelles chansons pour le concert annuel pour la vie qui aura lieu en juillet, et pour lequel nous attendons plus de 2.000 personnes.

Que faites-vous pour vous détendre ?
J’aime évidemment écrire, faire de la musique et réaliser des vidéos, mais j’aime aussi monter le cheval de ma famille, faire de la voile, de l’escalade, de la musculation, jouer au basket-ball et simplement passer du temps avec ma famille et mes amis.

D’un point de vue plus personnel, pourriez-vous nous dire comment vos parents ont réagi lorsque vous leur avez annoncé que vous vouliez devenir prêtre ?
Mes parents ont fait preuve d’un incroyable équilibre entre soutien et absence de pression, tout au long de mon temps au séminaire. Je ne saurais leur en être plus reconnaissant. Je me souviens d’avoir lancé l’idée un soir, à ma mère, et elle m’avait répondu, avec une véritable inquiétude maternelle : « Tu crois que tu vas devenir prêtre ? Penses-tu que tu seras heureux ? »À travers ses questions, j’ai apprécié l’attention qu’elle me portait.

Le diable aime le chaos, mais l’armée que Dieu est en train de former est méticuleusement organisée, avec un objectif unique : le salut des âmes. Nous allons gagner. En fait, nous l’avons déjà fait.

La réponse de mon père a été plus confuse. Quand je lui en ai parlé, il s’est arrêté une seconde, il a regardé le ciel, et il a dit : « J’ai toujours voulu un fils prêtre, mais je ne voulais vraiment pas que ce soit toi ». Sur le moment, j’ai été interloqué, mais récemment je lui ai demandé ce qu’il avait voulu me dire alors, et sa réponse m’a surpris. Il m’a dit : « Bien sûr, j’ai toujours voulu un fils prêtre? Je t’ai dit que ça ne devait pas être toi pour que tu saches que c’était bel et bien ton choix. Je voulais m’assurer que tu étais libre. »

Vous avez publié une vidéo où vous passez du temps avec votre neveu. Que pensez-vous pouvoir apporter à votre propre famille en tant que prêtre ? Et avez-vous suffisamment de temps pour les voir ?
Heureusement, je vois ma famille au moins toutes les deux semaines. Je pense que je me suis encore plus rapproché d’eux depuis que je suis prêtre. C’est toujours un plaisir d’être ensemble. Le nouveau jeu de mon petit neveu est de retirer furtivement mon col romain et de le cacher, de sorte que je doive le retrouver. J’espère les aider spirituellement et je sais qu’ils m’aident : ce sont mes nièces qui me donnent la plupart de mes idées d’homélie !

Enfin, quels sont, selon vous, les défis qui vous attendent, vous et l’Église catholique, dans les années à venir ? Et êtes-vous optimiste ?
Le défi immédiat semble être l’attaque continue contre la vérité et contre tous ceux qui la défendent. L’agenda démoniaque qui consiste à faire douter de la vie, de son sens, du mariage, de ce que sont l’homme et la femme, gagne beaucoup de terrain. Bien sûr, nous nous attendons à cette opposition de la part du monde. Ce qui est difficile, c’est d’entendre la confusion à l’intérieur même de l’Église. Pourtant, je pense toujours à la réalité : Jésus a choisi douze apôtres et l’un d’entre eux a fini par le trahir. Jésus en a-t-il été surpris ? Bien sûr que non. Il savait qui il choisissait. Il nous envoyait à tous un signal assez clair : les défauts de quelqu’un dans l’Église ne sont pas une raison pour la quitter. Malgré les Judas d’aujourd’hui, Jésus exige la fidélité. Ce sera le plus grand défi pour les catholiques à l’avenir : la fidélité.

Et pourtant, je suis incroyablement confiant dans l’avenir. J’ai vécu un moment très fort lors des ordinations sacerdotales l’année dernière. J’ai vu tous mes camarades de classe qui avaient été ordonnés récemment, assis autour de moi. J’ai ensuite vu les hommes qui étaient ordonnés prêtres ce jour-là, puis les jeunes hommes qui servaient comme diacres et qui deviendraient prêtres l’année suivante. Puis, j’ai regardé les servants de la messe, qui étaient tous au séminaire, et le groupe de jeunes qui allait commencer la formation sacerdotale, assis à l’avant, dont l’un que j’avais parrainé pour la confirmation. Tous ces gars sont si solides. Des hommes de prière, des hommes de Marie, des orthodoxes, des fidèles. Et ils choisissaient cette voie pour leur vie. Le diable aime le chaos, mais l’armée que Dieu est en train de former est méticuleusement organisée, avec un objectif unique : le salut des âmes. À chaque défi auquel l’Église a été confrontée, le Saint-Esprit a répondu de la même manière : en envoyant une nouvelle génération de prêtres fidèles. Suis-je plein d’espoir ? Oui. Nous allons gagner. En fait, nous l’avons déjà fait.

Tags:
États-UnisPrêtresacerdoce
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement