Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

À Saint-Wandrille, le projet fou des moines bénédictins pour leur bibliothèque

chantier-saint-wandrille.jpg

© Abbaye de Saint Wandrille

L'aile est de l'abbaye Saint Wandrille va renaître après un chantier lui redonnant son état originel.

Cécile Séveirac - publié le 10/05/23 - mis à jour le 08/08/23

À Saint-Wandrille de Fontenelle (Seine-Maritime), les moines bénédictins ont entrepris un vaste chantier de restauration de l’aile Est de leur abbaye d’ici à la fin de l’année 2025. Elle comprendra, entre autres, une immense bibliothèque, pour abriter d’inestimables archives.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Fondée en 649, l’abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle est l’un des joyaux du patrimoine français, et comme toute abbaye vivante, un haut lieu spirituel. Située en Seine-Maritime, en Normandie, elle abrite une communauté de 30 moines bénédictins, qui vivent du travail de leurs mains selon la règle de saint Benoît. Si chaque pierre porte en elle le poids du passé, c’est bien vers l’avenir que les moines regardent. Entretenir, rénover, restaurer : depuis de nombreuses années, la communauté a entrepris un chantier d’envergure pour préserver l’abbaye. Il s’agit du projet Bathildis, qui rassemble plusieurs chantiers dont certains ont été achevés avec succès, comme la construction d’une hôtellerie ou encore la sauvegarde des ruines de l’ancienne abbatiale. 

Loin de s’arrêter en si bon chemin, les moines de Saint-Wandrille ont décidé de se lancer un nouveau défi : celui de réhabiliter l’aile Est du monument afin d’y abriter, entre autres, le gigantesque fonds d’archives de l’abbaye, constitué d’ouvrages anciens et dont les conditions de stockage doivent être améliorées afin de préserver leur qualité et leur durabilité. Le début des travaux doit démarrer à la fin de l’été pour durer un peu moins de deux ans : « La bibliothèque est un lieu essentiel pour les moines, puisque saint Benoît a décidé de faire du monastère une école. Il y a donc un enjeu de formation permanente, dont la lecture est évidemment un pilier », explique à Aleteia le père-abbé de Saint-Wandrille, Jean-Charles Nault.

Malgré la prégnance du numérique, le rapport du moine au livre demeure fort, presque charnel.

abbaye-saint-wandrille-4-1.jpg

« Dans notre combat spirituel, les livres sont un peu nos armes, ou en tout cas nos munitions », compare encore le père Nault. « Ils nous permettent de chercher à mieux connaître le Christ, pour mieux l’aimer. » La lecture est primordiale dans la règle de saintBenoît, et pour cause, elle y apparaît pas moins de 42 fois. « Nous mangeons même en écoutant un moine lire. Malgré la prégnance du numérique, le rapport du moine au livre demeure fort, presque charnel. »

Un défi architectural

L’aile Est de Saint Wandrille est un bâtiment tout en hauteur, rectiligne et d’une grande sobriété qui frôle l’austérité. Dépouillée de tout ornement, elle est malgré tout imposante, mais aussi particulièrement fragilisée depuis le XIXème siècle, date à laquelle elle a été partiellement amputée par le marquis de Stacpoole qui avait acheté le monastère pour en faire sa résidence de campagne, en 1863. Partageant son temps entre Paris, Londres, Rome et Saint-Wandrille, le marquis et son épouse menèrent plusieurs grands travaux pour aménager l’abbaye selon le style d’un château anglais. Mais la transformation de l’aile Est en jardin d’hiver fut complètement ratée, les artisans furent obligés de détruire une partie du bâtiment.

aile-est-saint-wandrille-2.jpg

Pour les moines de l’abbaye, le défi est donc de taille, puisque le chantier a pour but de prolonger la bâtisse actuelle pour retrouver, avec de nouveaux matériaux, les volumes originels et le tracé existant, à l’emplacement des travées détruites au XIXe siècle. Cette partie du bâtiment abritera la nouvelle bibliothèque sur trois étages, au-dessus d’une infirmerie et d’espaces de vie pour les moines âgés de la communauté. Les travaux sont menés par l’agence Pierre Bortolussi, architecte en chef des Monuments Historiques.

aile-est-saint-wandrille-3.jpg

Un fonds patrimonial inestimable

Le fonds de l’abbaye compte plus de 200.000 ouvrages, parmi lesquels on retrouve des sciences sacrées comme la théologie, mais aussi de la philosophie ou des beaux-arts, en passant par de l’histoire ou encore de la musicologie (notamment du chant grégorien, ndlr). Sans oublier la littérature classique ! Bernanos, Dumas, Balzac… De nombreuses archives sont également cachées dans les rayons dispersés de l’abbaye, qui comportent également quelques manuscrits enluminés du Moyen Âge abrités dans un coffre-fort, et même des incunables. Tous les ouvrages sont actuellement répartis dans plusieurs salles dont les capacités de stockage sont limitées et saturées. La nouvelle bibliothèque les rassemblera tous au même endroit, sur sept kilomètres de rayonnage, pour une meilleure facilité d’accès. Une salle de lecture, située au bout du bâtiment, sera aménagée pour permettre aux chercheurs —sur autorisation —  de consulter les ouvrages tout en respectant la vie monastique. Elle ne sera cependant pas ouverte au grand public. La règle du silence demeure : si les moines sont en retrait du monde, ce n’est pas pour l’attirer dans leurs murs.

En savoir plus

Pour mener à bien le chantier de restauration de l’aile Est de leur abbaye, les moines de Saint-Wandrille ont besoin de votre aide. Il est possible d’apporter votre pierre à l’édifice en réalisant un don

Découvrez aussi les abbayes de France à avoir vues dans sa vie

Tags:
AbbayePatrimoine
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement