Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 30 novembre |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

L’instinct maternel ne se prouve pas, il s’éprouve

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Matka przytulająca dziecko

Nina Buday / Shutterstock

Blanche Streb - publié le 12/06/23

L' "instinct maternel", cette réalité éprouvée par tant de mères, a un grand tort : elle n’est pas mesurable scientifiquement. Docteur en pharmacie et mère de famille, notre chroniqueuse Blanche Streb ne voit pas les choses ainsi : la science qui croit tout savoir n’est pas scientifique, et l’instinct maternel se vit, tout simplement.

La fête des mères… depuis quelques années, une fête pourtant si simple, glane désormais d’étonnantes et désespérantes petites polémiques. Cette année, c’est France Inter qui s’est fait remarquer avec cet article : « L’instinct maternel : une vaste supercherie, finalement assez récente. » L’argument avancé ? L’existence d’instinct selon lequel une femme voudrait forcément être mère et sache, sans avoir besoin d’y réfléchir et sans expérience, s’occuper de son enfant ne se révèle pas prouvée. « Pas prouvée. »

Un concept… politique ?

La méthode ? Amalgamer et caricaturer ce que serait cet instinct : une capacité innée et naturelle des mères à prendre soin de leur bébé, un concept selon lequel les femmes ont par nature envie de faire des enfants, un invariable lié à l’espèce qui agirait comme une sorte d’appel du ventre que toutes ressentiraient. Et l’idée qu’à partir du moment où l’enfant naît, l’amour serait tout de suite présent, et cela guiderait les mères dans leurs actes quotidiens. L’intention ? Démontrer que cet instinct maternel n’est qu’un concept forgé et instrumentalisé pour des raisons politiques, économiques et sociales. Pour pousser les femmes à rester plus à la maison. Et qu’au fond, le mythe de l’instinct maternel est le creuset des inégalités femmes-hommes. Voilà.  

Ceux qui nous convient à vivre dans leur petit monde où tout se (dé)construit semblent n’être jamais à court d’idées. Une chose est sûre : il leur est impossible de concevoir qu’une société ait pu se forger autrement que sous le joug de conditionnements sociaux tyranniques, inventés de toutes pièces, et dont il faudrait se libérer. Dans cet univers sous cloche, la nature et la nature humaine sont priées de se taire (quand ça les arrange). On y efface le rôle qu’elles auraient pu jouer dans l’organisation humaine. L’instinct maternel ? Quelle horreur… et puis quoi encore !

La preuve scientifique obligatoire

Bien sûr que cet instinct ne peut se prouver scientifiquement. Bien sûr que certaines femmes ne le ressentent pas, ou pas tout de suite, ou pas tout le temps. Personnellement, je n’y pense pas tous les matins en me levant ! Évidemment que prendre soin d’un nouveau-né, cela s’apprend, ce n’est pas inné. Cela peut même être angoissant, éreintant, douloureux quand on a du mal à s’y sentir à sa place. Moi-même, épuisée après mon premier accouchement, je me sentais médiocre par rapport à mon mari qui semblait pétri d’instinct paternel.

Oui, l’amour n’est pas toujours instantané, il s’apprivoise. Et oui, bien sûr que certaines femmes ne ressentent pas le désir d’enfant. Aujourd’hui, demain, peut-être même jamais. Est-ce que pour autant cet instinct maternel n’existe pas ? « Récemment, je n’ai pu m’empêcher de rire, confiait Benoît XVI à Peter Seewald, on a dit à la télévision qu’il était désormais scientifiquement prouvé que la tendresse des mères était utile aux enfants » (Lumière du monde, Bayard, 2011, p. 179). Il a mentionné cette anecdote pour démontrer que le critère de scientificité est devenu le critère suprême, et que l’orientation fondamentale de l’homme à l’égard de la réalité a été transformée. 

La conscience collective est marquée par ce positivisme — contaminant toutes les sphères humaines — qui réduit le champ de la connaissance légitime à ce qui est vérifiable. 

En effet, notre culture actuelle entretient l’idée qu’une chose est vraie parce qu’elle est scientifique. Vous avez déjà tous remarqué que l’affirmation : « C’est scientifique ! », dans quelque échange que ce soit, produit toujours le même effet, coupe net toute discussion. On s’incline, on s’agenouille. Cette affirmation convainc, pour ne pas dire soumet. L’inverse marche aussi : ce n’est pas prouvé… alors n’y croyons pas !

En donnant à la science moderne l’autorité du savoir et de la vérité, il s’est répandu ce modèle de pensée — une sorte de « je crois ce que je vois » moderne — qui attend de la science qu’elle démontre même jusqu’à la plus évidente des évidences avant de commencer à lui accorder le moindre crédit. Ainsi, ce qu’on tiendra pour « non scientifique » — entendre par là « non vérifiable » — ne sera plus considéré comme relevant du domaine de la raison et ne comptera pour rien. La conscience collective est marquée par ce positivisme — contaminant toutes les sphères humaines — qui réduit le champ de la connaissance légitime à ce qui est vérifiable. 

Rions de ces sottises

Mais invoquer la science devient dangereux lorsque, par elle, on croit tout savoir, voire même écrire le droit ou la loi. Nous avons besoin que toutes les disciplines sociales, humaines, philosophiques dialoguent pour progresser car « quand il se présente à la culture scientifique, l’esprit n’est jamais jeune, il est même très vieux, car il a l’âge de ses préjugés », écrivait Gaston Bachelard.

Rappelons que la principale caractéristique scientifique, c’est l’esprit critique. La science, au sens noble du terme, est discussion, interrogations, remise en question. « Le savant n’est pas l’homme qui donne les vraies réponses, il est celui qui pose les vraies questions », disait Claude Lévi-Strauss. Un vrai scientifique aime la vitalité du savoir, son insatiable désir d’apprendre maintient en lui une ouverture permanente, une humilité créative. C’est lui-même qui parfois contredit, au regard de nouvelles découvertes, ce qu’il aura lui-même postulé. Et c’est tant mieux.

Nier l’instinct maternel ? Pourquoi faire ? Si ce n’est jeter une petite pierre de plus sur l’édifice de la maternité, à une époque où des femmes, devenues hommes à l’état civil, comme Logan Brown, prennent la pose avec gros ventre, cravate cheveux courts, barbe et poils aux pattes en Une de magazines qui y accolent sans sourciller ces titres mensongers : un homme enceint. L’instinct maternel ne se prouve ni ne se démontre ? Ok. Passons notre chemin et rions de ces sottises car en réalité, chaque jour, il s’éprouve et se montre.  

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Maternitésciences
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement