Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 29 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Scout, routier, chef… et après ? On tourne la page et voilà ?

AFFAIRES-SCOUT-CHAPEAU-FOULARD.jpg

Mavich Stock Man I Shutterstock

Caroline Moulinet - publié le 13/06/23

Le scoutisme est bien plus qu’un engagement associatif, c’est une école de vie. Quand vient le moment de tourner la page, certains scouts peuvent ressentir en cette période de transition comme un flottement. Surgissent alors des questions : comment continuer à être fidèle à l'esprit scout ? Comment trouver un nouveau chemin pour s'engager et servir ?

L’aventure scoute a transformé la vie de milliers de jeunes. Beaucoup s’engagent comme chefs ou cheftaines permettant ainsi aux nouvelles générations de participer à cette aventure. Le scoutisme apporte tant que, quand vient le moment de mettre de côté son uniforme, les jeunes réalisent le temps qu’ils donnaient : des centaines d’heures de bénévolat, la moitié de leurs soirées en semaine, un week-end sur deux. Que faire de tout ce temps disponible ?

Pour Eric, 42 ans, ses neuf années de scoutisme ont façonné sa relation à Dieu. « Il ne m’a pas été difficile de tourner la page des années scouts, il y a un temps pour tout. Mais je reste scout pour toujours. Je pense que le scoutisme est un socle qui m’a permis de bâtir la personne que je suis devenue. »‌

Les jeunes aujourd’hui se posent rapidement les questions du sens du travail et de leur place dans la société. Le scoutisme les aide à se poser les bonnes questions. Ainsi est née l’association des aînés et anciens guides et scouts d’Europe, Le Rasso. L’association rassemble une communauté fraternelle qui accompagne les anciens et les aînés en service pour vivre la Loi scoute au quotidien dans leur vie professionnelle ou étudiante, leur vie spirituelle, sociale et familiale.

‌Vivre la Loi scoute, toujours

‌Le Rasso souhaite ainsi nourrir les anciens scouts et leur engagement dans la cité. « L’association permet aux anciens scouts d’atteindre une unité de vie, explique Delphine Brosseaud, directrice déléguée du Rasso. Elle les aide à se positionner, à mieux se connaître, à mieux choisir leur voix par rapport à leurs talents et leurs valeurs. Les jeunes sont mieux armés et assument pleinement leurs choix. »‌

Gonzague témoigne de son expérience : « J’étais un scout très tardif mais j’étais convaincu des valeurs du scoutisme avant même d’être appelé à être assistant chef de troupe. Du coup j’ai naturellement prolongé ces valeurs dans ma vie, pas pour le scoutisme en tant que tel, mais parce que c’était en adéquation avec ce que je croyais, ce que je voulais cultiver, nourrir, défendre et porter. Les expériences de foi étaient porteuses d’une forme d’alignement qui devient une nécessité pour traverser la vie. »

Cinq, dix, vingt, trente ans après avoir prononcé leur promesse, les témoignages d’anciens scouts racontant comment ces années ont influencé toute leur vie est particulièrement inspirant. Eric Didio, par exemple, créateur de CredoFunding, témoigne pour le Rasso : « On parle de l’argent serviteur, le sens du service c’est quelque chose que l’on apprend au scoutisme. S’occuper des autres et des plus fragiles. »‌ Quant à Adrien Meaudre, Directeur du Personnel chez Enfants du Mékong, la première question qu’il demande aux personnes désireuses de partir comme volontaires est : « Avez-vous fait du scoutisme ? »

‌Pour Marie-Gabrielle Wintenberger, conseillère de dirigeants, c’est dans sa partie préférée de la Loi scoute qu’elle trouve l’inspiration pour travailler son intention en toute circonstance : « La guide est pure dans ses pensées, ses paroles et ses actes. »

Une nouvelle manière de s’engager dans la Cité

‌De nombreuses associations et entreprises recherchent des anciens scouts. Pour aider les anciens scouts à trouver leur place dans la Cité et s’y engager, le Rasso propose des rencontres partout en France et des conférences en ligne sur des thèmes comme ‘Réussir sa prise de poste’, ou ‘Mieux se connaître, mieux se comprendre en équipe’.

Le Rasso propose également un week-end de formation pour les jeunes anciens. Cet événement est réservé aux moins de 30 ans. Les 14-15 octobre prochains, les jeunes vont “faire le plein et mettre le feu au monde”, dit en souriant Delphine Brosseaud. “A ces jeunes qui ont beaucoup donné, nous voulons donner, nous voulons les nourrir, leur donner des clés pour leur vie à venir.” Les jeunes anciens vont ainsi vivre un temps convivial et fraternel, un temps pour se remémorer leurs années scouts mais sans tristesse ou nostalgie, sans rejouer non plus le scoutisme qu’ils ont vécu. Un temps nouveau pour un nouvel envol.

‌Une plateforme d’offres d’emploi

La directrice déléguée du Rasso poursuit : « Nous avons une plateforme d’offres d’emploi. Des anciens scouts postent leurs annonces, mais maintenant 80% des annonces sont déposées par des entreprises extérieures. Les entreprises voient le bénéfice de recruter d’anciens scouts, pour leur ‘soft skills’ mais pas seulement. Les scouts ont des talents comportementaux et techniques: ils sont autonomes, responsables, ils savent manager, travailler en équipe, faire un feedback. »

Les scouts peuvent aussi rejoindre des mouvements comme les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, un mouvement permettant de vivre la fraternité avec les autres et avec le Christ, et d’engager ses talents dans un esprit de service. Quel que soit le mouvement qui les nourrit, les scouts peuvent continuer à s’engager pour vivre leur vie professionnelle et personnelle avec le soutien d’une équipe et à la lumière de l’Evangile. Le scoutisme n’est pas une fin en soi, c’est un outil pour servir le bien commun.

Finalement après avoir marché sur les chemins avec leur troupe, les scouts continuent le chemin de leur vie, continuant à vivre les valeurs qui ont façonné leur jeunesse : respect, honnêteté, courage, obéissance, service, joie, bonté.

Ces personnalités ont un point commun : le scoutisme

Tags:
Scoutisme
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement