Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 23 juillet |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Oui, Dieu aime les chefs d’entreprise

Article réservé aux membres Aleteia Premium
PATRICK-POUYANNE-AFP-080_HL_XBOUZAS_2136660

XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies.

François Morinière - publié le 31/08/23

Dans sa chronique hebdomadaire qu’il inaugure cette semaine, le président des Entretiens de Valpré, François Morinière, revient sur le message du pape François aux chefs d’entreprise français. Comment se persuader que les entrepreneurs sont aimés de Dieu, alors qu’ils sont si souvent décriés ?

L’université d’été annuelle du Medef, qui s’est déroulée les 28 et 29 août, a été marquée par une lettre du pape François lue par Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, adressée à cette occasion aux chefs d’entreprise français, en ouverture de l’événement. Après le président ukrainien Volodymyr Zelensky en invité superstar l’année dernière, place donc à la doctrine sociale de l’Église, à l’évocation de l’entrepreneur, cheville ouvrière du bien commun, créateur d’emploi, parfois écrasé par les difficultés économiques, dépositaire du capital humain de l’entreprise. Le Pape a évoqué rapidement la figure de saint Joseph le charpentier, et il est vrai que les évocations économiques ne manquent pas non plus dans le Nouveau Testament. Le texte pontifical nous pose en fait cette question : comment se persuader vraiment que les entrepreneurs sont aimés de Dieu, alors qu’ils sont si souvent décriés ? 

Le chemin de Zachée

L’Église n’a aucun contentieux avec eux, et il faut faire la distinction entre eux et l’idolâtrie de l’argent et de manière sous-jacente avec le monde des affaires, illustré par leurs représentants que Jésus a chassé du Temple. L’entrepreneur est même appelé à la sainteté ! Deux personnages peuvent nous aider à comprendre le chemin à suivre. Pensons tout d’abord au petit et riche Zachée de Jéricho, ville commerçante, qui cherche à rencontrer Jésus malgré les obstacles : sa taille, et la foule hostile. C’est d’abord cette démarche volontaire qui est éclairante, que Jésus observe, et qui déclenche ensuite le dialogue.

On voit bien ensuite la bonté de Zachée, son envie de partage, sa lucidité pour reconnaître ses erreurs et les injustices commises. Le chemin passe donc par la recherche de Dieu qui nourrit le souci de générosité et de justice, en partageant les fruits de la richesse, par exemple par le juste impôt, par la création d’emploi, ou via la participation aux bénéfices de l’entreprise. Au passage, on peut constater que l’argent n’est pas rejeté mais orienté au bien commun. 

Dans la vie de tous les jours

C’est également cet argent qui sert au Bon Samaritain dans la célèbre parabole qui évoque la fraternité. De nouveau dans l’Évangile selon saint Luc, cet homme dont on ne sait absolument rien, et laissé à moitié mort alors qu’il se rend à Jéricho, est sauvé par la compassion — littéralement en grec “pris aux entrailles” — et la générosité de ce Samaritain, qui agit immédiatement mais aussi dans le temps. Il s’agit là de prendre en compte le soin à donner aux autres, non simplement en cas de danger mortel, mais dans la vie de tous les jours, en se souciant de leurs fragilités. L’entrepreneur doit donc fuir l’égocentrisme en considérant sa communauté et sa collectivité, dans un exercice suprême de charité. Un peu de Zachée, un peu de Bon Samaritain : voilà un bon cocktail de rentrée !

Que le patronat français sollicite le Pape pour recevoir son éclairage, montre combien l’Église est légitime à s’exprimer sur les sujets économiques. N’ayons donc pas peur de faire de même et de nous référer à cette pensée sociale chrétienne pour agir, mais aussi éclairer les petits ou grands troupeaux dont nous avons la charge !

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
bien communEconomieentrepreneurEntreprise
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement