Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 24 mai |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Maître Catherine Fabre : « Jacques Hamel a été tué parce qu’il était prêtre »

Article réservé aux membres Aleteia Premium

APL/Aleteia

Agnès Pinard Legry - published on 13/02/22

Alors que le procès de l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray s’ouvre ce lundi 14 février, Maître Catherine Fabre, qui représente le diocèse de Rouen et son archevêque, Mgr Dominique Lebrun, revient sur les enjeux et la difficulté d’un tel procès.

Près de six ans après l’assassinat du père Jacques Hamel, l’ouverture du procès de l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray ce lundi 14 février est particulièrement attendu. Si les deux auteurs du meurtre, Adel Kermiche et Abdel-Malik Petitjean, ont été tués le 26 juillet 2016. Quatre autres personnes sont renvoyées aux assises : trois pour association de malfaiteurs terroriste en vue de préparer des crimes d’atteinte aux personnes et un autre, absent car présumé mort, pour des faits de complicité d’assassinat et de tentative d’assassinat terroristes. « La difficulté d’un tel procès c’est que les auteurs principaux ne seront pas là », explique à Aleteia Maître Catherine Fabre, l’avocate qui représente le diocèse de Rouen. « Aucune des personnes poursuivies n’était dans l’église. Ils vont donc chercher à mettre en évidence la distance qu’ils avaient par rapport aux faits. » Entretien.

Aleteia : Les auteurs de l’attentat, Adel Kermiche et Abdel Malik Nabil-Petitjean sont morts et aucune des personnes poursuivies n’était dans l’église le 26 juillet 2016. Que peut-il ressortir de ce procès ?
Maître Catherine Fabre : Ce procès est attendu pour de nombreuses raisons. Dans le box de la cour d’assises spéciale de Paris, les trois personnes citées à comparaître, Jean-Philippe Jean Louis, Farid Khelil et Yassine Sebaihia, vont devoir répondre à un certain nombre d’éléments mis au jour par le juge d’instruction. Des éléments qui caractérisent un certain nombre d’implications et une adhésion à des thèses djihadistes. À la cour d’assise de décider s’ils sont coupables ou non d’association de malfaiteur terroriste. Les personnes accusées vont plutôt chercher à se dégager de l’accusation et vont se défendre en disant ne pas avoir été au courant de ce projet, ou en tout cas pas suffisamment pour être considérées comme impliquées dans le projet d’assassinat.   

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?.

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

220 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
JusticePère Jacques HamelprocèsSaint Etienne Du Rouvrayterrorisme
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement