Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 28 septembre |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Le voyage de Jean Paul II en Ukraine en 2001 était-il prophétique ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
John Paul II Ukraine 2001

AFP

Jean Paul II lors de sa visite historique en Ukraine du 23 au 27 juin 2001.

Marzena Devoud - publié le 14/03/22

"Personne n'a jamais autant parlé de l'Ukraine dans l'histoire", se rappelle l'historien Bernard Lecomte qui a suivi la plupart des voyages de Jean Paul II, dont sa visite en Ukraine en juin 2001. Au cours de ce voyage historique, le pape polonais n’a cessé de rappeler aux Ukrainiens leur identité nationale et européenne. Des propos qui prennent un sens tout particulier depuis le début de l'offensive russe le 24 février.

« Mais que fait Jean Paul II à Kiev ? » Cette question, de nombreux habitants de Kiev l’ont posée, en voyant sa « papamobile » remonter les rues de la capitale ukrainienne les samedi 23 et dimanche 24 juin 2001. Prévue de longue date et attendue « depuis longtemps dans la prière », sa visite à Kiev, berceau du christianisme russe, avait toujours été son rêve.

John Paul II Ukraine 2001
Jean Paul II bénit les pèlerins lors de la messe à l’hippodrome de Lviv, le 26 juin 2001.

Bien sûr, Jean Paul II savait qu’il prenait de grands risques en y allant, d’autant plus que le contexte politique de l’époque était particulièrement agité. Quelques semaines plus tôt, le Premier ministre réformateur Victor Iouchtchenko avait été évincé, après une année de crise identitaire et politique à la fois. Quant au président, Leonid Koutchma, il semblait définitivement discrédité dans son pays. 

La visite de Jean Paul II prend alors un sens radicalement nouveau dont « seul un Polonais ayant vécu sous régime communiste pouvait l’apercevoir, au-delà de toute attente », comme le remarque l’essayiste Anne Daubenton dans son livre Ukraine, l’indépendance à tout prix (Buchet-Chastel). Au moment où, fragilisés par cette crise, une partie des Ukrainiens remettent en question l’indépendance de leur pays acquise dix ans à peine auparavant, Jean Paul II n’hésite pas à rappeler ce qu’est l’Ukraine. Dans un ukrainien impeccable, il évoque le passé et les traditions de ce pays voisin de la Pologne. Il cite ses plus grands poètes et écrivains, entonnant même quelques chansons folkloriques que beaucoup d’Ukrainiens avaient oublié eux-mêmes. Imperturbable, il distille ainsi son message en soulignant l’évidente vocation européenne de l’Ukraine : 

« Dans le mot Ukraine, se trouve rappelée la grandeur de votre Patrie qui, par son histoire, témoigne sa singulière vocation de frontière et de porte entre l’Orient et l’Occident. Au cours des siècles, ce pays a été le carrefour privilégié de différentes cultures, point de rencontre entre les richesses spirituelles de l’Orient et de l’Occident. Il existe en Ukraine une évidente vocation européenne, soulignée également par les racines chrétiennes de votre culture. (…) Puisse cette terre continuer à jouer sa noble mission, avec la fierté exprimée par le poète que j’ai cité (Taras Shevchenko, ndlr) quand il écrivait : « Il n’est pas au monde une autre Ukraine, il n’existe pas d’autre Dniepr ». Peuple qui habite cette terre, ne l’oublie pas ! » 

Un voyage prophétique

Convaincu du rôle politique et religieux de l’Ukraine comme « pont » entre les « deux « poumons » du vieux continent (« occidental » avec l’Europe de l’ouest et « oriental » avec la Russie, ndlr), Jean Paul II ressent immédiatement une proximité spirituelle avec elle. 

John Paul II Ukraine 2001
Un million d’ Ukrainiens se sont rassemblés à l’hippodrome de Lviv pour assister à la béatification de 28 martyrs par Jean Paul II le 27 juin 2001.

Pour Bernard Lecomte auteur de Le monde selon Jean Paul II (Tallandier), cette mission du pape polonais n’est pas étonnante. Karol Wojtyla a passé de nombreuses années en tant que professeur de théologie à Lublin, située tout près de la frontière ukrainienne. Pour lui, l’Ukraine, c’était « le jardin d’à-côté : il était presque chez lui, il connaissait l’Ukraine mieux que les Ukrainiens », explique-t-il à Aleteia en rappelant que le « premier évènement de son voyage en 2001 a eu lieu la veille de son arrivée : des manifestations contre sa venue dirigée… par le Patriarcat de Moscou ». Le mot qui a d’ailleurs focalisé toutes les critiques des adversaires de Jean Paul II à l’époque, c’est celui de « prosélytisme ». Une similarité étonnante : dans l’emploi de ce mot, on retrouve ici le nerf de la guerre actuelle. C’est ce que Vladimir Poutine reproche aux Européens. C’est pour cela qu’il est soutenu par le Patriarcat, le même qui accusait Jean Paul II de prosélytisme », ajoute Bernard Lecomte. 

C’est donc dans ce contexte que Jean Paul II a donné aux Ukrainiens un grand cours d’histoire. Avant de quitter Kiev, le 27 juin 2001, il a dit aux Ukrainiens cette phrase annonciatrice :

« Merci à toi Ukraine, qui a défendu l’Europe dans ta lutte inlassable et héroïque contre les envahisseurs ! » 

Aujourd’hui, la dimension prophétique de cette phrase de Jean Paul II prend une dimension aussi inattendue qu’impressionnante. 

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
EuropeidentitéPape Jean Paul IIUkraine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement