Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 22 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Comment la charité se pratique même au supermarché

SUPERMARKET.jpg

Drazen Zigic I Shutterstock

Francisco Vêneto - publié le 11/04/23

L’amour du prochain se pratique aussi dans les circonstances ordinaires de la vie quotidienne.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

On peut facilement penser à la charité chrétienne comme à des actes héroïques nous permettant, par exemple, de sauver in extremis une personne en danger de mort. Bien que ces actes soient éminemment louables, ils ne sont en réalité qu’un des aspects de l’amour fraternel. 

L’amour du prochain se pratique en effet aussi dans les circonstances ordinaires de la vie quotidienne : en famille, au travail, à l’église, dans la circulation, dans les files d’attente, ou même au supermarché… Dans certaines circonstances, il n’est pas toujours évident de nous rappeler que nous sommes tous fils et filles d’un même Père, appelés à aimer notre prochain comme nous-même. Pourtant, la charité consiste à voir le Christ dans chaque personne que nous rencontrons et à la traiter avec respect et bienveillance. En tous lieux et à tout moment. 

Voici trois suggestions pour être plus attentifs aux autres, en partant d’une situation ordinaire de nos vies, comme les courses au supermarché :

1NE PAS QUITTER LA CAISSE POUR ALLER CHERCHER D’AUTRES PRODUITS

Il peut arriver que lorsque nous sommes à la caisse, alors que nos articles sont en train d’être scannés, nous réalisons qu’il nous manque un article : les croquettes « bio » de notre chat Nestor. Nous voilà alors contraints de quitter la caissière – dans un sprint digne d’une course olympique – en bousculant au passage quelques clients. « Je reviens tout de suite ! » Pendant ce temps, la file d’attente s’allonge et les clients attendent impatients. Nous voilà enfin de retour triomphant – les croquettes à la main – accueilli dans une atmosphère polaire. Pourquoi ne pas éviter tout cela en prévoyant notre liste de courses à l’avance ? Ou renoncer à acheter tel ou tel article si nous l’avons oublié ? C’est un exemple simple pour aimer concrètement notre prochain dans la vie quotidienne.

2NE PAS BLOQUER LES ALLÉES AVEC SON CADDIE

Quand nous faisons nos courses, nous quittons régulièrement notre caddie pour prendre des produits dans d’autres allées du magasin. Mais veillons-nous bien à ce que le caddie soit positionné de telle manière à ce qu’il ne gêne personne ? Cela évitera de bloquer le passage en créant des « embouteillages », de provoquer des slaloms rocambolesques entre caddies ou de jouer aux auto-tamponneuses avec d’autres clients, notamment les jours de grande affluence. 

3NE PAS REMETTRE LES PRODUITS AU MAUVAIS ENDROIT

Il peut nous arriver de mettre un produit dans notre panier que finalement nous renonçons à acheter. Voici alors que s’offrent à nous deux solutions : traverser le labyrinthe des allées du supermarché pour tâcher de remettre l’article au bon endroit ou le laisser discrètement derrière une pile de vêtements ou les compotes pour bébés, en espérant que personne ne s’en apercevra. Ni vu ni connu ! Mais cela évidemment sera un peu déplaisant pour les personnes qui travaillent dans le magasin ou pour les clients qui trouveront à côté des compotes pour bébés les fameuses croquettes de Nestor. Pourquoi alors ne pas prendre le temps de les remettre à leur place par gentillesse pour notre prochain ? 

À première vue, il peut s’agir d’actes insignifiants. Cependant, si nous considérons les autres et faisons preuve de gentillesse à leur égard, même dans ces petites actions du quotidien, nous serons par la suite capables de le faire aussi dans des circonstances bien plus importantes.

Tags:
Charité
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement