Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 21 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Que répondre à son enfant quand il dit : « Je te déteste ! » ?

CHILD

Shutterstock | Ana Duque

Anna Ashkova - publié le 04/05/23

"Je te déteste !" Ces trois mots peuvent causer beaucoup de douleur à une mère ou un père. Mais au lieu d'être contrarié, pourquoi ne pas chercher avec lui l’origine de ce sentiment ?

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Entendre « Je te déteste » de la bouche de son enfant peut être très blessant, surtout quand on l’entend dire pour la première fois. Trois petits mots qu’un adolescent lance parce qu’il ne veut pas éteindre sa play et faire ses devoirs ou bien parce qu’il estime qu’il est encore trop tôt pour lui d’aller se coucher. Trois petits mots qui frappent un parent en plein cœur. 

« Vers 11-13 ans, les enfants ont du mal à contrôler leurs propos. Ils disent ce qui leur passe par la tête contrairement aux adultes qui, même s’ils peuvent ressentir de la colère, voire de la haine, envers une personne à un moment donné, ne le diront pas forcément à haute voix », explique à Aleteia le pédopsychiatre Stéphane Clerget et auteur de L’intelligence spirituelle de votre enfant : la révéler et la développer (éd. Leduc).

Et moi, je t’aime pour deux.

L’important est ainsi de se rappeler que même si l’enfant tient de tels propos cela ne veut pas forcément dire qu’il ressentait cette haine il y a une heure ou qu’il la ressentira toujours dans une heure. Ce sentiment est passager. Si ces paroles sont blessantes pour les parents, il ne faut pas pour autant les prendre trop à cœur mais plutôt y répondre et réagir correctement. 

En tant que chrétiens, nous sommes tous appelés à aimer. Ainsi, la première réponse à cette supposé détestation est l’amour ! Si un enfant crie « Je te déteste ! », la meilleure réponse serait : « Et moi, je t’aime pour deux. » Stéphane Clerget conseille toutefois de ne pas en rester là. « Il faut discuter avec l’enfant. Lui demander pourquoi il dit de telles choses. Cela lui apprendra à verbaliser ses sentiments », soutient-il. « Surtout, il faut le laisser s’exprimer, l’écouter sans le couper, tout en gardant son calme. Si on ne veut pas faire face à ses potentiels propos violents, mieux vaut éviter de l’interroger tout de suite et attendre qu’il se calme un peu. » 

Dialoguer et chercher ensemble des solutions 

« Il me semble aussi important de ne surtout pas le punir pour ces paroles blessantes car il a le droit d’être en colère », note encore Stéphane Clerget. L’enfant peut aussi avoir de bonnes raisons de se mettre dans un tel état. Il est peut-être épuisé ou a passé une mauvaise journée à l’école. Il se peut aussi qu’il ne s’aime tout simplement pas car il se sent mal dans sa peau, a de l’acné, éprouve des difficultés à se faire des amis… « Souvent, les enfants peuvent reprocher aux parents ce qui leur arrive », relève Stéphane Clerget, qui conseille aux parents d’expliquer à leur enfant qu’ils ne sont pas responsables de ce qu’il vit en ce moment (acné, manque d’amis, etc.) mais qu’ils sont là pour l’aider à résoudre ses soucis et à trouver des solutions ensemble. 

angry teenager

En discutant avec l’enfant, il est aussi possible de se rendre compte de ses erreurs en tant que parents. Était-ce bien nécessaire de lui crier dessus pour qu’il range sa chambre tout de suite? Fallait-il le priver de sortie parce qu’il a eu une mauvaise note ? « Le comportement de l’enfant peut être l’occasion d’une remise en question de la part des parents », glisse Stéphane Clerget. Si, après le dialogue avec l’enfant et une réflexion mûre, l’injustice a été constatée, pourquoi ne pas revoir ses méthodes d’éducations ? Les parents servent de modèles à leurs enfants. Demander pardon pour avoir été trop sévère ou trop exigeant sur certains points, c’est reconnaître avec humilité et sincérité que les adultes ont parfois tort. 

Découvrez aussi ces saints qui sont de puissants intercesseurs pour vos enfants :

Tags:
AdolescenceÉducationParents
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement